Fatigué, l’Impact est défait 3-1 par le Revolution

L’Impact a glissé au septième rang dans l’Est, avec 16 points en 13 matchs.
Steven Senne Associated Press L’Impact a glissé au septième rang dans l’Est, avec 16 points en 13 matchs.

Henry Kessler a converti un corner dans les arrêts de jeu de la première demie et le Revolution de la Nouvelle-Angleterre a filé vers un gain de 3-1 aux dépens de l’Impact de Montréal mercredi.

Gustavo Bou et Diego Fagundez ont marqué en deuxième demie pour le Revolution.

L’Impact a été limité au but de Lassi Lappalainen, à la 86e minute.

Les hommes de Bruce Arena signaient un premier gain au Gillette Stadium cette saison, après un revers et quatre matchs nuls.

Quant à l’Impact, il s’agissait pour lui d’un troisième revers de suite. Durant la séquence, le club a été surclassé 10-3 pour les buts.

« J’ai ressenti une certaine fatigue de tout le monde, mentale et physique », a dit l’entraîneur Thierry Henry, évoquant la lourdeur du calendrier et le fait d’être installé à l’étranger.

« Les conditions sont ce qu’elles sont, mais ce n’est pas facile. Nous n’avons pas mis de pression comme à l’habitude et nous avons manqué d’agressivité sur des corners et lors de certaines actions. »

L’Impact devait se débrouiller sans Saphir Taïder, blessé à la cuisse à l’entraînement, et aussi Romell Quioto, qui a écopé d’un carton rouge dimanche, contre Philadelphie.

J’ai ressenti une certaine fatigue de tout le monde, mentale et physique

 

L’équipe montréalaise a glissé au septième rang dans l’Est, avec 16 points en 13 matchs.

Dans la deuxième minute des arrêts de jeu, Lee Nguyen a dirigé la frappe du coin. Le ballon a bifurqué vers Kessler, qui l’a amorti de la poitrine avant de se distancer de Samuel Piette.

Il a ensuite fait mouche à la gauche de Clément Diop, marquant ainsi un premier but en MLS. C’était le huitième coup de pied de coin de la Nouvelle-Angleterre en première demie.

« Pour certains joueurs, il y a beaucoup d’accumulation ces derniers temps, a dit Piette, faisant écho aux propos de Henry, concernant la fatigue et le fait de jouer à l’étranger. Le Revolution a un système un peu énervant, physique et direct, qu’il applique bien. Cela dit, ce n’est pas nécessairement une excuse pour ne pas remporter nos duels. »

L’Impact va rejouer dimanche à 19 h contre les Red Bulls de New York, au Red Bull Arena. « Il faut voir le match [de mercredi] comme une erreur de parcours, a ajouté Piette. Il faut en retirer quelque chose et se retrousser les manches. »

Bou a doublé le coussin tôt en deuxième portion de rencontre (49e). Tajon Buchanan a mené l’incursion et a fait une courte passe à l’Argentin. Un premier tir a été stoppé par le défenseur Luis Binks, mais la frappe suivante a été précise, du côté droit du filet. Fagundez a été laissé seul sur le flanc gauche et a saisi sa chance, à la 65 minute.

En fin de match, Lappalainen a reçu une longue passe parfaite d’Emanuel Maciel, a battu de vitesse Andrew Farrell et a déjoué Matt Turner.

L’Impact a eu une bonne chance de marquer à la 60e minute, mais il y avait hors-jeu. Une passe un peu tardive de Piette a permis à Zachary Brault-Guillard d’être seul et d’y aller d’un puissant tir, bloqué.

Kelyn Rowe, du Revolution, a obtenu deux occasions rapprochées sur des corners, à la 10e minute. Sa première tête a été stoppée, l’autre a manqué la cible, trop haut. Une autre tête de Rowe a raté de peu la cible, à la 36e minute.

À la 12e minute, l’Impact a menacé via un bel échange entre Bojan et Jorge Corrales, sur le flanc gauche. Le ballon a été centré, mais Piette a raté sa tête. À la 18e, Orji Okwonkwo a décoché sans avertissement, d’un peu plus loin que la zone de penalty, et Turner a dû plonger à sa droite.

L’ancien capitaine et actuel entraîneur adjoint Patrice Bernier fêtait ses 41 ans mercredi.

À voir en vidéo