Auger-Aliassime plie bagages à Hambourg

Le tennisman de 20 ans aurait pu profiter des largesses de Bublik, 56e au monde, qui lui a accordé six balles de bris, mais Auger-Aliassime n’en a converti qu’une seule.
Photo: Seth Wenig Associated Press Le tennisman de 20 ans aurait pu profiter des largesses de Bublik, 56e au monde, qui lui a accordé six balles de bris, mais Auger-Aliassime n’en a converti qu’une seule.

Le Québécois Félix Auger-Aliassime a vu son parcours à l’Omnium d’Hambourg se terminer en huitièmes de finale, alors qu’il a été stoppé par le Kazakh repêché des qualifications Alexander Bublik 6-4, 6-2.

Auger-Aliassime, 21e raquette mondiale, a éprouvé des ennuis au service au cours de cette rencontre, ne remportant que 50 pour cent des échanges joués sur ses premières balles, en plus de concéder quatre bris de services en huit occasions. Il a aussi commis quatre doubles fautes

Le tennisman de 20 ans aurait pu profiter des largesses de Bublik, 56e au monde, qui lui a accordé six balles de bris, mais Auger-Aliassime n’en a converti qu’une seule.

Bublik affrontera en quarts le Chilien Christian Garin, tombeur de l’Allemand détenteur d’un laissez-passer Yannick Hanfmann 6-2, 7-6 (3).

Le Français Benoît Paire a quant à lui affirmé mercredi qu’on lui a permis de participer au tournoi d’Hambourg malgré deux tests positifs à la COVID-19. Il s’est toutefois retiré de son match de premier tour contre le Danois Casper Ruud alors qu’il tirait de l’arrière 6-4, 2-0 pour une raison inconnue.

Paire a renoncé aux Internationaux des États-Unis après un test positif et a passé plus d’une semaine en isolement. Il a ensuite participé au Masters de Rome la semaine dernière, s’inclinant au premier tour.

Selon l’agence de presse allemande dpa, Paire a déclaré qu’il avait subi deux tests positifs à Hambourg, suivis d’un test négatif. Il a ajouté qu’il était incertain de participer aux Internationaux de France, qui seront lancés dimanche, et qu’il mettrait fin à sa saison prématurément si on ne lui permet pas de fouler les courts.

Avec l’Associated Press