Tampa Bay a su s’adapter aux Stars

La détermination du Lightning était évidente lundi soir lors du match no 2.
Photo: Jason Franson La Presse canadienne La détermination du Lightning était évidente lundi soir lors du match no 2.

Le Lightning de Tampa Bay a créé l’égalité 1-1 en finale de la Coupe Stanley face aux Stars de Dallas en réalisant qu’il ne pouvait pas amener un couteau à une fusillade, comme l’a dit l’entraîneur-chef Jon Cooper en citant le film « Les incorruptibles ».

Cooper a mentionné que l’engagement renouvelé de son équipe pour le jeu robuste et défensif représente le plus gros changement entre la puissante machine qui a gagné 62 matchs en 2018-2019 avant d’être balayée par les Blue Jackets de Columbus au premier tour des séries et l’équipe qui se retrouve à trois victoires d’un championnat de la coupe Stanley.

« Nous étions une équipe qui croyait que ce n’était pas suffisant de vous battre 3-0, nous voulions vous battre 9-0. Nous avons dû changer cette mentalité », a expliqué Cooper en visioconférence, mardi.

« Si vous jouez de cette manière, particulièrement une fois en séries, les choses ne vont bien se dérouler pour vous.

« Je crois que l’expérience et une leçon d’humilité peuvent aider à redresser la barre, a-t-il ajouté. Et je crois sincèrement qu’après l’expérience de l’an dernier, je ne sais pas exactement comment le dire, mais nous récoltons le fruit de ce terrible échec. »

Pour y arriver, le directeur général Julien BriseBois a ajouté de l’expérience et des joueurs qui n’ont pas peur de se salir le nez.

Au cours de l’été 2019, il a embauché les vétérans Pat Maroon et Kevin Shattenkirk. Puis avant la date limite des transactions, il a acquis le défenseur Zach Bogosian et les attaquants Blake Coleman et Barclay Goodrow.

Coleman et Goodrow, aux côtés de Yanni Gourde, ont solidifié le troisième trio, qui joue un rôle défensif, offrant plus d’espace aux étoiles Nikita Kucherov et Brayden Point pour s’occuper de l’offensive.

Cooper a également noté que les joueurs déjà au sein de l’équipe ont fait des ajustements afin de s’engager à garder la rondelle hors du filet du Lightning.

La détermination du Lightning était évidente lundi soir lors du match no 2. Les Stars ont multiplié les mises en échec et coups de bâton sur Kucherov tôt dans le match. Le Russe a toutefois répliqué en mettant la table pour deux buts en avantage numérique avec de savantes passes.

Et quand les Stars ont réduit l’écart à 3-2 tôt en troisième période, le Lightning a fermé la porte grâce à un échec-avant soutenu.

Ryan McDonagh a appliqué une sévère mise en échec à Blake Comeau tard en deuxième période et l’attaquant des Stars pourrait rater le troisième match, mercredi. Cédric Paquette s’en est pris à Corey Perry après que l’attaquant des Stars l’eut immobilisé contre la glace en lui encerclant la tête avec son coude.

Après la rencontre, Cooper a défendu ses joueurs, rappelant « qu’il faut se défendre et ne rien donner à l’adversaire.

« Vous ne pouvez pas vous présenter à ces matchs-là avec un couteau quand l’adversaire a un fusil. Vous devez aussi vous armer », a-t-il dit.

L’entraîneur-chef des Stars, Rick Bowness, a affirmé que les débordements sur la patinoire pouvaient être associés au fait que les deux équipes sont maintenant en isolement depuis près de deux mois, loin de leurs proches, afin d’éviter de contracter la COVID-19.

« Quand absolument rien ne change dans votre routine d’un jour à l’autre pendant huit semaines, à part jouer un match un jour sur deux, vous finissez par avoir la mèche un peu plus courte », a dit Bowness.

« Vous ne pouvez pas relaxer entre les matchs en allant au restaurant avec votre épouse ou en allant jouer au golf. »

Les Stars avaient écopé trois punitions lors de la dernière période du premier match et s’en étaient sortis indemnes. Ils ont aussi visité trois fois le banc des punitions en première période du premier match et c’est ce qui les a vite coulés. Bowness espère voir sa troupe faire preuve de plus de discipline.

À voir en vidéo