Djokovic plus zen à Rome

Novak Djokovic, qui occupe le sommet du classement mondial, a été plutôt courtois avec l’arbitre au cours de sa victoire de 6-3, 6-2 aux dépens de Salvatore Caruso au deuxième tour du Masters de Rome.
Photo: Clive Brunskill Pool Agence France-Presse Novak Djokovic, qui occupe le sommet du classement mondial, a été plutôt courtois avec l’arbitre au cours de sa victoire de 6-3, 6-2 aux dépens de Salvatore Caruso au deuxième tour du Masters de Rome.

Novak Djokovic s’est mieux comporté à son premier match depuis son expulsion des Internationaux des États-Unis.

Le Serbe, qui occupe le sommet du classement mondial, a été plutôt courtois avec l’arbitre au cours de sa victoire de 6-3, 6-2 aux dépens du détenteur d’un laissez-passer Salvatore Caruso au deuxième tour du Masters de Rome.

Quand l’arbitre est descendu de sa chaise pour venir inspecter une marque de balle et infirmer une décision en faveur de Caruso, Djokovic s’est contenté de répliquer : « Ouais », avant d’effacer la marque.

Quand il a été impressionné par Caruso, qui a réussi 13 coups gagnants contre 12 pour Djokovic, ce dernier y est allé d’un « Bravo ».

« C’était une journée chaude et Caruso, un spécialiste de la terre battue, avait déjà joué trois matchs ici, a-t-il noté. Ça a été un très bon test pour moi. Je suis très fier de la façon dont je me suis comporté dans les moments importants. »

Lundi, Djokovic, quatre fois gagnant à Rome, a dit avoir appris une « énorme leçon » de son expulsion de Flushing Meadows pour avoir frappé une balle de façon non intentionnelle sur une juge de ligne.

« J’avais très hâte de rejouer après les incidents de New York. J’ai besoin de ressentir du positif sur le court et je voulais retirer tout souvenir négatif de ma mémoire, afin que ça ne devienne pas un problème pour moi. »

Le seul moment où Djokovic a semblé irrité est survenu au troisième jeu de la deuxième manche. Le jeu s’est retrouvé sept fois à égalité avant que le Serbe ne brise le service de Caruso. Au fur et à mesure que le jeu avançait, Djokovic a semblé ennuyé par des sons de la foule, même si le Campo Centrale est vide de partisans en raison de la pandémie.

Les seules personnes dans l’enceinte étaient les entraîneurs et les gens travaillant pour le tournoi.

J’avais très hâte de rejouer après les incidents de New York. J’ai besoin de ressentir du positif sur le court.

 

« Qui vous dérange ? » lui a demandé l’arbitre.

Djokovic a poliment répondu : « Il y a 10 personnes dans les estrades. »

Il s’est plus tard expliqué.

« C’était très, très silencieux, ce qui est inhabituel comparativement à ce à quoi nous sommes habitués à Rome. Mais il y avait des gens, environ cinq ou six personnes, qui discutaient dans le corridor. »

Au prochain tour, il fera face au Serbe Filip Krajinovic, tombeur de l’Italien issu des qualifications Marco Cecchinato 6-4, 6-1.

Le retour de Nadal

Neuf fois vainqueur de la compétition, Rafael Nadal a également réussi sa rentrée après sept mois d’absence, mercredi, triomphant de son compatriote Pablo Carreno Busta 6-1, 6-1.

Nadal n’a pas joué un match depuis sa victoire à Acapulco en février. Il avait décidé de faire l’impasse sur les Internationaux des États-Unis.

Le no 2 au monde a été en contrôle du début à la fin et n’a mis que 73 minutes à vaincre son adversaire.

Dans un autre duel de deuxième tour, l’espoir italien Jannik Sinner a renversé la troisième tête de série, Stefanos Tsitsipas, 6-1, 6-7 (9), 6-2 dans un duel entre deux champions des finales Next Gen de l’ATP.

De plus, le Romain Matteo Berrettini a défait l’Argentin Federico Coria 7-5, 6-1 ; tandis que Marin Cilic a montré la sortie à la sixième tête de série, David Goffin, 6-2, 6-2. Détenteur d’un laissez-passer, l’Italien Stefano Travaglia a surpris Borna Coric 7-6 (2), 7-5.

En double, Milos Raonic et Félix Auger-Aliassime ont gagné leur match de premier tour 7-5, 6-4 contre l’Américain Austin Krajicek et le Croate Franko Skugor. Denis Shapovalov et son partenaire indien Rohan Bopanna ont quant à eux défait l’Argentin Guido Pella et le Chilien Cristian Garin 6-4, 6-4.

Dans le tableau féminin, la favorite, Simona Halep, a éliminé l’Italienne détentrice d’un laissez-passer Jasmine Paolini 6-3, 6-4. Demi-finaliste l’an dernier, Kiki Bertens a défait Polona Hercog 6-2, 6-4, tandis que la Monténégrine issue des qualifications Danka Kovinic a surpris la sixième tête de série, Belinda Bencic, 6-3, 6-1.

De retour sur le terrain quatre jours après avoir été finaliste aux Internationaux des États-Unis, Victoria Azarenka a évincé la championne du Masters de Rome en 1999, Venus Williams, en deux manches de 7-6 (7), 6-2.

Après sa défaite, Williams s’est consolée en promenant son chien sur le site désert.

À voir en vidéo