Thiem et Zverev en finale des Internationaux des États-Unis

Zverev tente de devenir le premier Allemand à triompher en Grand Chelem depuis Boris Becker en 1996, en Australie.
Photo: Seth Wenig Associated Press Zverev tente de devenir le premier Allemand à triompher en Grand Chelem depuis Boris Becker en 1996, en Australie.

Leur dernier duel eut lieu en demi-finale de l’Open d’Australie, mais cette fois, Dominic Thiem et Alexander Zverev, vainqueurs vendredi de Daniil Medvedev et Pablo Carreno, s’affronteront pour un sacre à l’US Open, le premier en Grand Chelem pour l’un comme pour l’autre.

À Melbourne, c’était l’Autrichien qui avait eu le dernier mot, au bout d’un combat âpre de près de quatre heures pour atteindre la finale, ensuite perdue face à Novak Djokovic, qu’il avait pourtant bousculé.

Dimanche, il aura au moins l’avantage de l’expérience, même douloureuse, à ce stade, puisqu’il a aussi échoué deux fois en finale de Roland-Garros contre le maître des lieux, Rafael Nadal (2018, 2019). En face, Zverev découvrira, quant à lui, la saveur particulière d’un tel moment, dans un contexte inédit avec le huis clos imposé par le coronavirus.

Sa quatrième finale en Majeur, Thiem (3e mondial) ne l’a pas volée face à Medvedev (5e), qui n’a pas non plus démérité. Mais là où la solidité de l’Autrichien a été constante, le Russe a payé cher quelques écarts, lui qui fut tout aussi impressionnant durant cette quinzaine — il n’avait pas perdu une seule manche jusque-là.

Finaliste héroïque l’an passé face à Rafael Nadal, Medvedev est momentanément sorti de sa première manche, à 3-2, en raison d’un challenge (arbitrage vidéo) qui lui a d’abord été refusé, avant que Thiem ne demande à l’arbitre de l’accorder.

« Un peu chanceux »

Le résultat a donné raison au Russe, qui s’est excusé auprès de l’Autrichien, mais il n’en a pas pour autant retrouvé son calme. Ce dont a profité Thiem pour s’échapper et enlever la manche.

« J’ai perdu ma concentration, commencé à faire des erreurs. Oui j’étais assez loin de remporter ce premier set. Mais Dominic a vraiment bien joué », a reconnu Medvedev, quand son adversaire avouait s’être « senti un peu chanceux sur le premier set, avec ce qu’il s’est passé ».

« Mais après, nous avons tous les deux joué un grand tennis », a poursuivi Thiem à juste titre.

Les deux manches suivantes, très serrées, ont été tranchées aux jeux décisifs. Lors du premier, le frappeur autrichien a dû sauver une balle de set, avant de conclure sur un énième pilon en coup droit.

Le second tie-break, survenu après que Thiem a réussi à égaliser à 5-5, a vu Medvedev craquer en commettant des fautes directes au pire moment, pour s’incliner en 2 h 55 min.

Plus tôt, Alexander Zverev a réussi à renverser une situation compromise, pour finalement venir à bout de Pablo Carreno 3-6, 2-6, 6-3, 6-4, 6-3.

« Je ne peux pas être plus heureux, c’est la première fois que je gagne après avoir été mené deux sets à zéro et je le fais à ce stade », s’est exclamé le 7e mondial, avant de vite reprendre ses esprits : « je sais que la plus haute marche reste à franchir ».

« J’étais au plus bas »

Zverev, mené 7-2 par Thiem dans leurs confrontations, sait qu’il ne sera pas forcément le favori. En revanche, il l’était bien face à l’Espagnol, 27e mondial, qu’il avait battu facilement lors de leur première confrontation, en demi-finale du Masters 1000 de Miami en 2018.

Mais l’Allemand est totalement passé à côté de son entame, ratant à peu près tout ce qu’il entreprenait (36 fautes directes lors des deux premiers sets).

« Je regardais le score au tableau d’affichage… J’étais au plus bas, je me disais “je suis en demi-finale, je suis censé être favori de ce match et je suis mené deux sets à rien”. Mais je savais qu’il fallait que je joue un meilleur tennis tout simplement », a expliqué Zverev.

Ce qu’il a fait en s’appuyant d’abord sur un service enfin efficace, en première comme en deuxième balle, et en se montrant également plus agressif dans le jeu.

Après le gain du 3e set, Zverev a confirmé cet ascendant, profitant cette fois d’une baisse de régime de Carreno qui, s’excusant de ne pas l’avoir fait exprès, a atteint l’Allemand au bras sur un point au filet.

Quelque peu courroucé, ce dernier a néanmoins su conserver sa concentration. Au 5e set, après que l’Espagnol a fait appel au médecin pour son dos, il a breaké d’entrée et n’a plus lâché son avantage pour finalement s’imposer en 3 h 22 min.

Bouchard enchaîne

À Istanbul, Eugenie Bouchard a obtenu son billet pour disputer une première demi-finale en près de deux ans. La Westmountaise a réussi un bris au dernier jeu pour venir à bout de Danca Kovinic, 92e joueuse mondiale, 3-6, 6-4, 7-5 à l’issue d’un duel de trois heures et deux minutes en quarts de finale du tournoi sur terre battue. Bouchard, âgée de 26 ans, actuellement au 272e rang mondial, affrontera en demi-finale l’Espagnole Paula Badosa Gibert.

Bouchard enchaîne

À Istanbul, Eugenie Bouchard a obtenu son billet pour disputer une première demi-finale en près de deux ans. La Westmountaise a réussi un bris au dernier jeu pour venir à bout de Danca Kovinic, 92e joueuse mondiale, 3-6, 6-4, 7-5 à l’issue d’un duel de trois heures et deux minutes en quarts de finale du tournoi sur terre battue. Bouchard, âgée de 26 ans, actuellement au 272e rang mondial, affrontera en demi-finale l’Espagnole Paula Badosa Gibert.