Jesperi Kotkaniemi paraît confiant pour l’avenir

En dix matchs pendant les séries éliminatoires, Jesperi Kotkaniemi (au centre) a récolté quatre buts et affiché un ratio défensif de 0.
Photo: Chris O'Meara Associated Press En dix matchs pendant les séries éliminatoires, Jesperi Kotkaniemi (au centre) a récolté quatre buts et affiché un ratio défensif de 0.

Encore conscient qu’il a des facettes de son jeu à améliorer et qu’il est encore très jeune, Jesperi Kotkaniemi croit tout de même pouvoir faire avancer sa carrière à la suite des dernières séries éliminatoires.

C’est ce que le joueur de centre du Canadien de Montréal a laissé entendre lors d’une conférence téléphonique depuis sa terre natale de la Finlande, jeudi matin.

« Je pense avoir progressé un peu pendant l’été et lorsque nous nous sommes entraînés avant de nous rendre à Toronto. Je me sentais bien là-bas et j’ai confiance de faire des pas dans la bonne direction », a déclaré Kotkaniemi.

Au bout du fil, Kotkaniemi semblait prudent dans l’évaluation qu’il faisait de ses performances contre les Penguins de Pittsburgh et les Flyers de Philadelphie.

La semaine dernière, toutefois, le directeur général Marc Bergevin s’était montré élogieux à l’endroit du premier choix de l’équipe en 2018 au point de le voir comme un élément clé du Canadien, au centre, pendant les 10 ou 15 prochaines années, tout comme Nick Suzuki.

« Ça laisse toujours une bonne sensation. Ça donne l’impression qu’il a confiance en nous », a noté Kotkaniemi en réaction aux propos de Bergevin.

« Nick et moi allons faire de notre mieux et nous souhaitons que ça pourra aider l’équipe. »

L’entraîneur-chef Claude Julien avait également eu de bons mots pour Kotkaniemi au début du camp d’entraînement. Interrogé à ce sujet, Kotkaniemi s’est de nouveau montré reconnaissant.

« Quand un entraîneur-chef dit des choses du genre, ça augmente le niveau de confiance et ça vous donne l’impression que vous avez fait quelque chose de bien. C’était vraiment agréable. »

En dix matchs pendant les séries, Kotkaniemi a récolté quatre buts et affiché un ratio défensif de 0. Surtout, il s’est fait remarquer pour ses nombreux coups d’épaule, 36 pour être précis, soit deux de moins que le meneur chez le Canadien, le défenseur Ben Chiarot.

« Je faisais ça pour le plaisir ! », a lancé Kotkaniemi en ricanant.

« Ça me garde éveillé. Parfois, c’est amusant », a-t-il ajouté.

Ces dix matchs éliminatoires ont fait réaliser à Kotkaniemi que le hockey des séries ne ressemble pas nécessairement à celui qui se pratique pendant un calendrier régulier de 82 parties. En décrivant les différences, on pouvait sentir qu’il comptait en tirer une précieuse expérience.

« Le style est un peu différent. Je pense que c’est plus simple, plus robuste et qu’il y a plus de vitesse. Aussi, le jeu défensif des équipes est un peu meilleur. C’est plus difficile de marquer des buts. »

On ne sait trop encore quand le Canadien tiendra son prochain camp d’entraînement, mais on peut imaginer que Kotkaniemi s’y présentera avec un état d’esprit positif. Néanmoins, il garde sa prudence quand il parle de son jeu.

« Chaque année où vous retournez au camp, il y a de nouveaux défis. C’est comme un nouveau départ. Vous devez être compétitifs pendant le camp et être à votre mieux. »

« Je viens tout juste d’avoir 20 ans, et il y a plusieurs aspects de mon jeu sur lesquels je dois travailler. Mon but est de m’améliorer à tous les niveaux et être un meilleur joueur lorsque je reviendrai [à Montréal]. »