Danault veut garder ses responsabilités offensives

Phillip Danault a été muté au centre d’un trio plus défensif au cours de la récente série de qualification contre les Penguins de Pittsburgh.
Photo: Graham Hughes La Presse canadienne Phillip Danault a été muté au centre d’un trio plus défensif au cours de la récente série de qualification contre les Penguins de Pittsburgh.

Phillip Danault ne veut pas faire un pas arrière dans sa progression dans la LNH.

Après s’être établi comme le centre numéro un du Canadien de Montréal et avoir piloté l’un des meilleurs trios du circuit Bettman à cinq contre cinq, il n’est pas question pour l’attaquant québécois de se faire confier uniquement une mission défensive. Et son utilisation, la saison prochaine, influera sur son désir de rester ou non à long terme au sein de l’organisation.

« J’adore produire offensivement et j’ai adoré mon rôle au cours des deux dernières années, a dit Danault en conférence téléphonique, mardi. Je sais que je peux atteindre un autre niveau. Je ne sais pas si je veux être limité à un rôle juste défensif. »

« Je veux m’améliorer chaque année. Je ne pense pas que c’est en jouant seulement défensivement que je vais m’améliorer », a-t-il renchéri.

Alors que son contrat arrivera à échéance au terme de la prochaine campagne, Danault a été interrogé à savoir si son rôle au sein de l’équipe aura une influence dans sa décision de s’engager à long terme avec le Canadien ou non.

« Oui », a-t-il simplement répondu.

Danault a eu du succès au cours des deux dernières saisons au centre de Tomas Tatar et de Brendan Gallagher, composant l’un des meilleurs trios de la LNH à cinq contre cinq. Il a connu des campagnes de 53 points en 81 matchs et de 47 points en 71 rencontres.

Il a toutefois été muté au centre d’un trio plus défensif au cours de la récente série de qualification contre les Penguins de Pittsburgh, jouant avec Artturi Lehkonen et Paul Byron, et il a récolté seulement un but dans un filet désert et deux aides en 10 parties éliminatoires.

L’émergence de Nick Suzuki et de Jesperi Kotkaniemi pendant les séries a aussi donné le luxe aux entraîneurs du Canadien de confier une mission défensive à Danault.

« Dans les séries, mon rôle était très défensif et, oui, c’est mon pain et mon beurre, mais je sais que je peux en donner plus, comme je l’ai prouvé dans les dernières années », a-t-il évoqué.

Danault n’a pas été le seul chez le Canadien à voir sa production chuter lors des séries. Tatar et Gallagher, qui a subi une blessure à la hanche en ronde de qualification avant de subir une fracture de la mâchoire lors des quarts de finale de l’Est, ont aussi été discrets sur la feuille de pointage.

Tatar a marqué deux buts lors d’un même match, tandis que Gallagher a récolté un but et trois aides en neuf parties.

« Face aux Penguins, nous affrontions leur meilleur trio et je suis content de ce que nous avons accompli défensivement, a souligné Tatar. Bien sûr, j’aurais aimé produire un peu plus, mais c’est parfois comme ça en séries. L’important, c’est d’avoir gagné la ronde et nous en sommes fiers. »

« Nous ne pouvons pas être jugés seulement sur le travail pendant les séries. Mais nous avons vécu de beaux moments et démontré que l’équipe est vouée à un bel avenir », a ajouté le Slovaque.

Tatar pourrait aussi devenir joueur autonome sans compensation au terme de la prochaine campagne. Il a affirmé aimer jouer à Montréal et vouloir poursuivre l’aventure avec le Canadien. Il est aussi conscient que l’impact économique de la pandémie de COVID-19 pourrait compliquer la tâche des équipes pendant la saison morte.

À voir en vidéo