Plusieurs faux diagnostics positifs dans la NFL

Les Jets de New York ont tenu un entraînement dimanche, après que leurs diagnostics positifs se soient finalement révélés négatifs.
Photo: Adam Hunger Associated Press Les Jets de New York ont tenu un entraînement dimanche, après que leurs diagnostics positifs se soient finalement révélés négatifs.

La NFL a révélé dimanche que plusieurs diagnostics positifs à la COVID-19 avaient été répertoriés la veille par l’un de ses laboratoires de dépistage. Parmi les clubs qui ont rapporté de faux diagnostics positifs se trouvent les Vikings du Minnesota, qui en ont dénombré 12, les Jets de New York, avec 10, et les Bears de Chicago, avec 9.

La ligue a demandé au laboratoire BioReference, situé au New Jersey, d’enquêter sur ces résultats, « alors que les clubs tentent de confirmer ou de démentir les diagnostics positifs ». La NFL n’a pas nommé les clubs concernés, ni le nombre de diagnostics positifs.

Les Jets ont annulé une simulation de match samedi soir, mais ils ont tenu un entraînement complet dimanche matin, après que leurs diagnostics positifs se sont finalement révélés négatifs. Les Bears ont déplacé leur entraînement de dimanche matin à l’après-midi.

Les Steelers de Pittsburgh ont précisé avoir reçu six faux diagnostics positifs, et les joueurs concernés seront de retour à l’entraînement lundi. Les Eagles de Philadelphie ont empêché quatre de leurs joueurs de s’entraîner dimanche. Les Browns de Cleveland ont carrément annulé leur séance d’entraînement.

Le nombre de diagnostics positifs à la COVID-19 répertoriés sur un site d’entraînement, qui se sont à terme révélés faux, met en lumière la précarité de la situation dans la NFL à moins de trois semaines du début du calendrier régulier.

« C’est de toute évidence préférable que ça se produise maintenant plutôt que dans trois semaines, a évoqué le directeur général des Bills de Buffalo, Brandon Beane, dont le club a obtenu quelques-uns de ces résultats positifs. Mais on dirait que, périodiquement, ou même de manière hebdomadaire, quelque chose se produit. Qui sait la prochaine surprise qui nous attend ? »

Beane a mentionné que les tests effectués dans le nord-est des États-Unis étaient « détraqués », et a ajouté qu’il s’agissait « d’un problème au laboratoire, et non avec nos gars ». Certains joueurs des Bills avaient été écartés des entraînements par mesure préventive.

Quiconque reçoit un diagnostic positif à la COVID-19 — même si celui-ci se révèle être un faux positif après une nouvelle analyse — doit obtenir deux autres tests négatifs avant de pouvoir reprendre l’entraînement avec ses coéquipiers.

La NFL mise sur BioReference pour tous ses tests de dépistage de la COVID-19, mais ceux-ci sont analysés par plusieurs sous-traitants aux quatre coins des États-Unis afin d’accélérer la vitesse d’obtention des résultats — en moins de 24 heures, dans certains cas. À l’aube du week-end, seuls quatre joueurs présents aux camps de la NFL avaient reçu un véritable diagnostic positif au coronavirus.

« Les équipes ont immédiatement pris des mesures préventives, comme stipulé dans le protocole de santé et de sécurité de la NFL et de l’AJNFL [Association des joueurs de la NFL], et entameront des procédures de [recherche de contacts], de confinement des individus et de modification des calendriers, dans les cas où ce sera nécessaire, pouvait-on lire dans le communiqué de la NFL. Les autres laboratoires où des tests de dépistage ont été effectués n’ont pas obtenu de résultats semblables. »