Mission accomplie pour Vincent de Haître

Vincent de Haître
Photo: Jeff McIntosh Le Presse canadienne Vincent de Haître

Même s’il le sait depuis quelques mois déjà, c’est seulement mercredi que Vincent de Haître a pu officiellement dire : « Mission accomplie ».

C’est que le Comité olympique canadien (COC) et Cyclisme Canada ont dévoilé le nom des 17 athlètes, neuf femmes et huit hommes, qui représenteront le Canada dans les épreuves de cyclisme sur route et de cyclisme sur piste aux Jeux olympiques de Tokyo, repoussés jusqu’en 2021. De Haître, qui a représenté le Canada en patinage de vitesse longue piste aux Jeux de Sotchi, en 2014, et de Pyeongchang, quatre ans plus tard, fait partie du lot.

« Même si je le sais depuis quelques mois — je ne pouvais pas en parler avant que le COC ne le fasse —, ça me procure tout de même beaucoup de joie. Je suis très content de cette qualification pour des Jeux d’été », a-t-il indiqué au cours d’un entretien téléphonique avec La Presse canadienne.

La difficulté pour lui résidera maintenant en conjuguer l’entraînement de haut niveau pour les deux sports, puisque les Jeux olympiques d’hiver de Pékin n’auront lieu que six mois après ceux de Tokyo, dont la tenue a été repoussée par la pandémie de COVID-19.

« Retourner au patin, c’est plus difficile que je l’aurais imaginé. Mais c’est la vie : ce n’est pas commun de pratiquer deux sports et il n’y a pas vraiment de modèles d’entraînement que je peux calquer, a expliqué de Haître. C’est de l’inconnu. On essaie de jumeler les jours d’entraînement de chaque sport pour ne pas passer de l’un à l’autre chaque jour. »

C’est d’ailleurs en raison de ce court délai — 180 jours entre la cérémonie de clôture à Tokyo et celle d’ouverture à Pékin — que de Haître et son équipe ont dû modifier leur approche.

« De la façon dont on regarde ça, c’est que lorsque je suis en vélo, je suis un cycliste, quand je suis au patin, je suis un patineur. Je ne pense pas à ce que je viens de travailler dans l’autre sport quand je m’entraîne. Je ferme complètement mon esprit à l’autre sport et je me concentre à 100 pour cent sur ce que je fais. »

Une chose est certaine : de Haître ne compte pas faire que de la figuration à Tokyo.

« Au patin, j’ai encore le record du monde au sprint par équipe, la marque canadienne sur 1000 m, un podium au Championnat du monde et plusieurs podiums auparavant. En vélo, j’ai fait moins de compétitions, mais je suis quand même plusieurs fois champion national sur 1000 m — j’ai le record national dans les deux sports sur cette distance — et j’ai un podium au 1000 m des Championnats panaméricains, où j’ai aussi gagné la poursuite par équipes.

« Je fais partie de l’équipe qui a établi la marque nationale en poursuite et j’ai aussi terminé quatrième du Championnat du monde au contre-la-montre 1 km : je sais que je suis un athlète de niveau élite à l’international dans les deux sports, malgré mon temps d’entraînement limité. C’est là-dessus que je base ma confiance. »

Duehring de retour

Jasmin Duehring mènera l’équipe féminine, elle qui en sera à ses troisièmes Jeux avec l’équipe féminine de poursuite, médaillée de bronze à Londres (2012) et Rio de Janeiro (2016). Elle sera accompagnée de ses coéquipières des JO de Rio de Janeiro Allison Beveridge et Georgia Simmerling, ainsi que d’Annie Foreman-Mackey et Ariane Bonhomme, qui en seront à leurs premiers Jeux.

En plus de la poursuite, Beveridge participera également à l’omnium. Kelsey Mitchell et Lauriane Genest représenteront le pays au sprint et au keirin. Les sprinteuses seront rejointes chez les hommes par le vétéran Hugo Barrette et le champion canadien Nick Wammes.

L’équipe masculine pour Tokyo sera aussi composée de Derek Gee, Jay Lamoureux et Michael Foley. Sur route, Michel Woods sera le chef de file. Il sera accompagné par Hugo Houle, ainsi que par un troisième cycliste dont l’identité reste à confirmer.

L’équipe féminine sera menée par les championnes canadiennes Leah Kirchmann et Karol-Ann Canuel.

Le dernier athlète pour la course sur route masculine et les remplaçants qui ne feront pas le voyage seront sélectionnés en mai 2021, tandis que les athlètes pour les épreuves de vélo de montagne et de BMX seront choisis d’ici juin 2021.

À voir en vidéo