Thierry Henry tient à revoir l’esprit combatif de l’Impact

L’Impact sautera sur le terrain jeudi soir après avoir eu une semaine complète pour se préparer.
Photo: Ryan Remiorz La Presse canadienne L’Impact sautera sur le terrain jeudi soir après avoir eu une semaine complète pour se préparer.

Deux mots commencent à coller à la peau de Thierry Henry depuis le début du tournoi de relance de la MLS : « fighting spirit ». Cinq jours après les avoir prononcés après la défaite de sa troupe contre le Revolution de la Nouvelle-Angleterre, l’entraîneur-chef de l’Impact de Montréal a de nouveau tenu à préciser sa pensée à ce sujet, à 48 heures d’un important rendez-vous contre le Toronto FC qui pourrait donner une bonne idée du sort que connaîtra la formation montréalaise.

« Le “fighting spirit” n’était pas sur le match ce jour-là, a-t-il lancé en insistant sur les trois derniers mots de son énoncé lors d’une vidéoconférence, mardi après-midi. C’est une équipe, je le dis depuis le début, qui va au moins toujours se battre. Il n’y a pas eu ça dans ce match pour x raisons. Il n’y a pas eu ça, il y a eu des fautes techniques, et j’espère que ça va être gommé contre Toronto, un match qui est vraiment important pour nous, déjà, et aussi pour les supporters. »

« Depuis le début [de la saison], c’est justement ce qu’on avait. C’est vrai que c’était un peu court, a reconnu Henry en faisant allusion à l’éventail de parties que l’équipe avait jouées jusque-là, mais c’est quelque chose qu’on a toujours eu, et on ne l’a pas eu contre la Nouvelle-Angleterre. J’espère que c’était juste un petit hic au niveau de la compétitivité et que ça reviendra. »

Grande rivalité

Le fait que l’Impact livrera bataille au Toronto FC, ses plus grands rivaux en MLS, est peut-être le meilleur remède pour revoir cet esprit bagarreur chez les joueurs montréalais lors de ce derby. Un derby à saveur particulière, d’ailleurs, puisqu’il sera présenté sur terrain neutre et qu’il n’y aura aucun partisan d’une équipe pour narguer les supporters de l’autre formation.

« En fin de compte, il s’agit d’une rivalité, peu importe si vous jouez dans votre jardin, au stade Saputo ou dans un autre stade. C’est le match que vous ne voulez pas perdre. Je n’ai même pas besoin de motiver les joueurs. Et je suis sûr que c’est la même chose pour Toronto. Peu importe l’endroit, vous devez vous battre », a déclaré Henry.

Son homologue Greg Vanney ne se pose pas de questions non plus sur le niveau d’intensité que l’on devrait voir sur le terrain.

« Les deux équipes vont voir ça comme trois points vraiment importants à aller chercher », a-t-il déclaré lors de sa propre vidéoconférence.

« Dans ce contexte, je pense que le niveau d’intensité sera là. […] Je pense que personne ne va reculer. »

L’Impact sautera sur le terrain jeudi soir après avoir eu une semaine complète pour se préparer. Chez le Toronto FC, ce deuxième match du tournoi surviendra un peu plus de 72 heures après un décevant verdict nul de 2-2 contre D.C. United lundi.

La formation torontoise a laissé filer une avance de 2-0 contre une équipe réduite à dix joueurs et à laquelle elle a laissé deux buts, le premier à moins de sept minutes du coup de sifflet final, et le second, pendant les arrêts de jeu.

« La réaction psychologique de nos gars a été la bonne, c’est-à-dire un peu de colère, un peu de gêne et un peu de frustration à cause de la façon dont ça s’est terminé », a affirmé Vanney.

Lundi, le défenseur Rod Fanni avait affirmé que ce match nul représentait un résultat parfait pour l’Impact dans le contexte général du groupe C. Questionné à ce sujet, Henry voyait les choses du même angle, bien qu’il ait insisté sur un élément fondamental.

« C’est toujours mieux de l’autre côté de voir qu’il y a eu un match nul. Maintenant, à nous aussi de répondre présents contre Toronto. Si tu ne prends pas de points contre Toronto, le match nul ne ressemble plus à rien de l’autre côté. Tout peut arriver, vous le savez très bien, en MLS. À nous de bien préparer ce match. »

Comme il fallait s’y attendre, Henry n’a rien dit de ses intentions quant à son onze partant. « Je ne vais pas divulguer ici ce que je vais faire et ce qui va se passer. On verra qui sera bien physiquement, qui a pu s’entraîner, qui a pu se préparer pour pouvoir être performant contre Toronto. »

Avec Neil Davidson

À voir en vidéo