L’Impact devra se faire combatif et professionnel contre Toronto

Bien que les 24 équipes toujours en lice logent au même hôtel, elles sont isolées les unes des autres dans la « bulle » de la MLS.
Photo: Darryl Dyck La Presse canadienne Bien que les 24 équipes toujours en lice logent au même hôtel, elles sont isolées les unes des autres dans la « bulle » de la MLS.

Pour espérer vaincre le Toronto FC et revenir au plus fort de la lutte au classement du groupe C du tournoi de relance de la MLS, l’Impact de Montréal devra jouer de façon plus combative et professionnelle.

Ce sont les mots qu’ont tour à tour utilisés Zachary Brault-Guillard et Orji Okwonkwo à l’issue de la séance d’entraînement de l’équipe, dimanche.

En plus d’afficher plus de combativité, Brault-Guillard a noté que l’équipe montréalaise avait manqué un peu de rythme lors du match de jeudi, qu’elle a perdu 1-0 contre le Revolution de la Nouvelle-Angleterre. « On avait un système mis en place, mais on avait un peu de mal à se trouver. Là, on a retrouvé un peu nos principes d’avant, je pense, et j’espère que ça va faire la différence », a déclaré Brault-Guillard.

« Nous devons jouer comme des professionnels, comme l’a dit l’entraîneur l’autre soir, et nous devrons travailler très fort pour aider nos coéquipiers », a noté Okwonkwo, de son côté.

À voir en vidéo

L’Impact et le Toronto FC devaient croiser le fer mercredi soir, dans ce qui serait un premier rendez-vous entre les deux grands rivaux depuis le 25 septembre dernier au BMO Field. C’est là que la formation montréalaise a connu son seul moment triomphal de la saison 2019, en remportant la coupe des Voyageurs, emblème du Championnat canadien.

Cette importante rencontre aura finalement lieu jeudi soir, à 20h. Ce changement, confirmé par l’Impact dimanche soir, est devenu nécessaire après que le duel prévu en matinée entre le Toronto FC et D.C. United eut été déplacé à lundi matin.

« C’est un derby. Un derby, ça se gagne, ça ne se perd pas. Ça va être un très gros match », a reconnu Brault-Guillard, qui n’a pas oublié ce que l’Impact avait accompli contre le Toronto FC en septembre.

« Je me souviens du Championnat canadien de l’année dernière. On a gagné le match aller. On a perdu le match retour, mais on a gagné aux penaltys grâce à Clément [Diop, le gardien de but]. Cette année, on voudrait faire nouvel augure pour reprendre trois points mercredi. C’est vrai qu’on a mal commencé par ce premier match contre New England. Mais il faut repartir de l’avant », a rappelé Brault-Guillard.

Match reporté

Selon les confidences d’une source, le Toronto FC et le D.C. United devraient être en mesure de disputer lundi matin le match qu’ils devaient jouer dimanche matin dans le cadre du tournoi de relance de la MLS.

Ce duel a été reporté par la ligue en raison d’un résultat positif non confirmé à la COVID-19, au sein de D.C. United, et d’un autre non concluant chez le Toronto FC.

La source s’est toutefois confiée sous le couvert de l’anonymat puisque la ligue n’a pas encore communiqué les détails de la reprise du match

La MLS a précisé qu’une série de tests de dépistage, menée samedi, avait mené à la découverte d’un test positif chez un joueur de D.C. United et à un autre non concluant chez un joueur du Toronto FC. Le test positif est considéré comme non confirmé jusqu’à l’obtention d’un résultat identique lors d’un second test.

Les deux joueurs et les deux équipes devaient se soumettre à de nouveaux tests de dépistage. Le commissaire adjoint de la MLS, John Abbott, avait stipulé plus tôt dimanche que le match allait être reprogrammé une fois que la ligue aurait obtenu les résultats des nouveaux tests. Abbott avait annoncé la nouvelle quelques minutes à peine avant le coup d’envoi du match, prévu à 9 h.

Précédemment, les dirigeants de la ligue avaient dû exclure le FC Dallas et le Nashville SC en raison de nombreux cas de COVID-19 au sein des deux formations.

« Dans le cas de Dallas et de Nashville, en fonction du nombre de tests positifs chez ces équipes et leur capacité à tenir des séances d’entraînement, la chose la plus prudente à faire était de les exclure », a déclaré Abbott lors d’une conférence de presse virtuelle dimanche matin.

Bien que les 24 équipes toujours en lice logent au même hôtel, elles sont isolées les unes des autres dans la « bulle » de la MLS. Les joueurs et les autres membres du personnel sont testés une journée sur deux.

À l’extérieur, le nombre de cas positifs continue de grimper.

Dimanche, les autorités de la Floride ont rapporté 15 300 nouveaux cas au cours de la plus récente période de 24 heures, un record pour une seule journée aux États-Unis depuis le début de la pandémie.