Le Grand Prix du Canada est maintenu pour l’instant, dit François Dumontier

Il n'est pas exclu la possibilité que l’épreuve montréalaise du Grand Prix de Formule 1 soit déplacée.
Photo: Valérian Mazataud Archives Le Devoir Il n'est pas exclu la possibilité que l’épreuve montréalaise du Grand Prix de Formule 1 soit déplacée.

Le promoteur du Grand Prix du Canada, François Dumontier, continue d’espérer pouvoir donner le coup d’envoi de la saison de Formule 1 en présentant sa course le 14 juin, comme prévu, malgré la pandémie de COVID-19.

Mais il n’a pas exclu la possibilité que l’épreuve montréalaise soit déplacée, comme plusieurs autres depuis le début de la campagne, « quelque part entre la fin de l’été et le début de l’automne ».

Dumontier a ajouté qu’il discutait avec les dirigeants de la F1 et de la FIA aux deux jours, afin de se maintenir informé des derniers développements en lien avec le coronavirus. Il a aussi précisé qu’une décision finale sur la tenue du Grand Prix du Canada sera prise « entre Pâques et le début du mois de mai ».

Pour l’instant, le Grand Prix du Canada donnerait le ton à la saison de F1 le 14 juin, puisque le Grand Prix d’Azerbaïdjan a été reporté, retardant le début de la saison de Formule 1 jusqu’à la mi-juin — au plus tôt.

Cette décision signifie que les huit premières courses de la saison 2020 ont été reportées ou annulées à cause du virus.

Le Grand Prix d’Australie en lever de rideau de la saison à Melbourne a été annulé quelques heures seulement avant le début de la course, le 13 mars. La course au Bahreïn, qui devait avoir lieu la semaine suivante à huis clos, et le premier Grand Prix du Vietnam, le 5 avril, ont ensuite été rapidement annulés. Le Grand Prix de Chine à Shanghai, le 19 avril, avait été reporté en février.

La semaine dernière, l’emblématique Grand Prix de Monaco a fait partie des trois courses annulées. Alors que les épreuves aux Pays-Bas et en Espagne ont été reportées, l’événement de Monaco a été rayé du calendrier pour 2020.

De plus, la pause de la mi-saison a été devancée d’août à mars et avril. Elle a par ailleurs été prolongée de 14 à 21 jours consécutifs, pour faciliter la planification.

La saison devrait se terminer avec le Grand Prix d’Abou Dhabi le 29 novembre, mais pourrait être prolongée pour accueillir certaines courses reportées — dont celle du Canada.