Dure saison pour le Canadien à domicile

L’entraîneur-chef du Canadien, Claude Julien
Photo: Gene J. Puskar Associated Press L’entraîneur-chef du Canadien, Claude Julien

Les insuccès du Canadien cette saison commencent à en irriter beaucoup. Mercredi matin, au Complexe Bell de Brossard, un spectateur a même brandi une affiche sur laquelle était inscrit : « Congédié [sic] Bergevin et Timmis [sic]. »

La patience des spectateurs a été mise à rude épreuve cette saison, et encore davantage lorsqu’on réalise que la défaite de 4-3 en prolongation du Canadien contre les Canucks de Vancouver était sa 21e en 34 rencontres au Centre Bell. En comparaison, le Tricolore présente une fiche — plus respectable — de 16-12-3 à l’extérieur.

Bref, les partisans du CH n’ont pas été gâtés.

L’entraîneur-chef Claude Julien n’a pas caché que cette réalité explique une partie des déboires de l’organisation cette saison. Surtout que, jusqu’ici, la plupart de ses tentatives pour corriger la situation se sont révélées vaines.

« C’est difficile. De la façon dont on se débrouille sur la route, si nous avions été aussi bons à domicile, alors nous serions dans la course aux séries éliminatoires présentement », a-t-il confié sans détour.

« Mais honnêtement, je ne sais pas [pourquoi c’est comme ça]. On doit corriger la situation. C’est sûr que certains de nos joueurs produisent davantage à l’extérieur qu’à domicile. Mais je n’ai vraiment pas de réponse ; on essaie encore de changer ça », a ajouté Julien, excédé.

De la façon dont on se débrouille sur la route, si nous avions été aussi bons à domicile, alors nous serions dans la course aux séries éliminatoires

 

« Ce n’est pas fini »

Dans le vestiaire, le même message d’espoir a été relayé par le capitaine, Shea Weber. Ce dernier avait encore sur le coeur la remontée victorieuse des Canucks la veille. Un scénario crève-coeur qui s’est produit trop souvent cette saison.

« Il faut être meilleurs à la maison, a répété Weber. Je n’ai toutefois aucune réponse à vous fournir pour expliquer cette situation. Nous connaissons de bons débuts de match — nous avons pris les devants 2-0 contre les Canucks hier —, mais il faut qu’on trouve des façons de sceller l’issue de ces rencontres. Il faut jouer pendant 60 minutes. »

Il s’agira maintenant de voir si les joueurs appliqueront rapidement ce qu’ils prêchent, à commencer par le match contre les Rangers de New York, jeudi. Après tout, le temps commence à manquer pour le Bleu-blanc-rouge.

« Ce n’est pas fini, a rectifié Weber. Est-ce que c’est difficile ? Oui, ça l’est, depuis un bon moment déjà. Mais il faut qu’on y aille un match à la fois. Il faut qu’on garde espoir, et qu’on se prépare à affronter les Rangers. »

Mete quitte pour la saison

Par ailleurs, une autre tuile est tombée sur la tête du Canadien de Montréal, qui a appris mercredi qu’il serait privé d’un de ses joueurs habituels en défensive pour le reste de la saison.

Victor Mete devra s’absenter pour les 17 derniers matchs de la campagne en raison d’une fracture à un pied, a annoncé l’organisation montréalaise par voie de communiqué.

« C’est une perte. C’est l’une parmi tant d’autres cette saison ; les blessures de [Jonathan] Drouin, de [Paul] Byron, et les blessures qui se sont étirées pendant un mois, comme celles à [Joel] Armia et (Brendan) Gallagher, donc c’est une autre blessure qui s’ajoute à la liste », a déclaré l’entraîneur-chef Claude Julien, sur un ton résigné.