Kovalchuk et Thompson ne ferment pas la porte à des retours chez le Canadien

Ilya Kovalchuk, qui pourrait devenir joueur autonome le 1er juillet, ne ferme pas la porte à un retour chez le Canadien.
Photo: Graham Hughes La Presse canadienne Ilya Kovalchuk, qui pourrait devenir joueur autonome le 1er juillet, ne ferme pas la porte à un retour chez le Canadien.

Ilya Kovalchuk aura été membre du Canadien pendant 52 jours, mais il a l’impression d’avoir porté les couleurs de la formation montréalaise pendant beaucoup plus longtemps.

Autant les partisans ont apprécié le franc-tireur russe pendant son séjour de 22 rencontres avec le Tricolore, autant Kovalchuk a aimé jouer dans le marché montréalais. Si bien que Kovalchuk ne ferme pas la porte à un retour chez le Canadien, lui qui pourrait devenir joueur autonome sans compensation le 1er juillet.

Le message du vétéran Nate Thompson était le même. Kovalchuk et lui ont été échangés en retour de choix au repêchage respectivement dimanche et lundi à des équipes en meilleure posture que le Tricolore dans la course aux séries.

« Quand je vais devenir joueur autonome, [Montréal] sera l’une des destinations que j’aurai en tête, a admis Kovalchuk après avoir fait ses adieux à ses coéquipiers du Canadien, lundi matin. Les partisans, les joueurs, la direction vers laquelle l’équipe se dirige, il y a beaucoup de choses que j’aime ici. »

« Quand je suis arrivé ici, je ne connaissais personne. Mon agent m’a dit de venir et il avait raison. C’est l’une des meilleures décisions que j’ai prises dans ma carrière. J’ai adoré mon expérience ici. Ce ne fut que deux mois, mais j’ai l’impression que ç’a duré plus longtemps. »

Embauché le 3 janvier après avoir vu son contrat être résilié par les Kings de Los Angeles quelques semaines plus tôt, Kovalchuk a relancé sa carrière chez le Canadien. L’équipe était privée des services des attaquants Jonathan Drouin, Brendan Gallagher, Joel Armia et Paul Byron quand Kovalchuk est débarqué chez le Tricolore, et il a connu des débuts éclatants.

Kovalchuk, qui est âgé de 36 ans, a amassé six buts et six aides à ses 15 premiers matchs, faisant sa place parmi les favoris des amateurs montréalais. Il a été limité à une aide à ses sept dernières sorties et il a été échangé aux Capitals de Washington dimanche soir contre un choix de troisième tour en 2020.

« Marc [Bergevin] aurait pu m’échanger ailleurs, mais il m’a demandé ma préférence, a-t-il noté. Je crois que je vais bien cadrer chez les Capitals. »

Bergevin a admis que l’offre d’une autre formation de la LNH aurait pu être meilleure que celle des Capitals, mais qu’il a préféré ne pas essayer de faire monter les enchères et plutôt satisfaire le vétéran russe.

À Washington, Kovalchuk retrouvera ses compatriotes Alex Ovechkin, Evgeny Kuznetsov, Dmitry Orlov et Ilya Samsonov. Kovalchuk a noté que son épouse était heureuse de retrouver plusieurs compagnes qu’elle a côtoyées lors des compétitions internationales. Les deux garçons de Kovalchuk avaient toutefois un message différent pour leur père.

« Mes enfants ont eu beaucoup de plaisir ici. Mes garçons veulent rester, a raconté Kovalchuk. Ils voulaient que je dise à leur mère qu’ils allaient rester ici et que les filles (l’épouse et la fille de Kovalchuk) pouvaient retourner à Los Angeles ! »

Si Kovalchuk s’est senti si bien à Montréal, c’est aussi en raison de l’ambiance dans le vestiaire de l’équipe. Malgré les hauts et les bas des dernières semaines, il a vite fait sa place au sein du groupe.

« C’est comme une famille ici. Tout le monde a l’équipe à coeur, a mentionné Kovalchuk. Le personnel d’entraîneurs est aussi tricoté serré, comme la direction. Geoff [Molson, le président] est toujours avec l’équipe. Ça en dit long. »

Pour sa part, Thompson aura passé un peu plus d’un an avec le Canadien, qui avait acquis ses services des Kings de Los Angeles le 11 février 2019.

Il a aussi affirmé qu’il aimerait revenir chez le Canadien si l’organisation lui tendait la main le 1er juillet.

« Je ne savais pas trop à quoi m’attendre en arrivant. J’ai senti que la ville, vous [les journalistes], les joueurs […] j’ai vite été adopté par tout le monde. Je ne m’y attendais pas du tout, a raconté Thompson. Surtout un gars comme moi, de quatrième trio et non une super vedette. Avoir cette notoriété ici, c’est quelque chose que je n’oublierai jamais. Ce fut toute une expérience. »

« Je suis devenu très près de plusieurs joueurs au sein de cette équipe. En fait, avec tous les joueurs de cette équipe. Nous étions un groupe tissé serré. »

Thompson, qui est âgé de 35 ans, a été échangé aux Flyers de Philadelphie en retour d’un choix de cinquième ronde en 2021. Il en sera à sa huitième équipe dans la LNH après avoir été échangé pour une troisième année de suite dans les jours précédents ou lors de la date limite des transactions.

Bergevin avait affirmé il y a quelques années que si vous recherchiez de la loyauté chez quelqu’un, vous feriez mieux de vous acheter un chien. Il faudra voir si le Canadien, Kovalchuk et Thompson feront preuve de loyauté ou non le 1er juillet prochain.