Le dernier adieu aux larmes à Kobe et à Gianna Bryant

L’ambiance au-dehors, sous un ciel ensoleillé, était comme dans la salle: au recueillement, silencieuse et triste.
Photo: Mark Ralston Agence France-Presse L’ambiance au-dehors, sous un ciel ensoleillé, était comme dans la salle: au recueillement, silencieuse et triste.

Quelque 20 000 personnes et un parterre de stars de la NBA et de tous bords étaient présents lundi au Staples Center pour rendre un dernier hommage à Kobe Bryant et à sa fille Gianna, morts le 26 janvier dans un écrasement d’hélicoptère.

L’hommage a débuté par une vidéo retransmise sur les écrans géants revenant sur l’histoire sportive et personnelle de Bryant, avant que Beyoncé ne chante ses tubes XO et Halo. Après quoi, ovationnée, émue, elle a regardé tout là-haut en direction de Kobe, dont les maillots trônent au plafond du stade.

Intitulé « Une célébration de la vie pour Kobe et Gianna Bryant », cet hommage public s’est tenu à une date symbolique, décidée par l’épouse et la mère des défunts, Vanessa Bryant, présente aux places d’honneur avec ses trois autres filles.

Le 24 février 2020, car celui qui fut un des plus grands joueurs de tous les temps a porté le numéro 24 pendant les 20 ans où il a joué dans l’équipe de L.A., parce que sa fille, jeune joueuse prometteuse, évoluait elle avec le numéro 2.

Toute la famille de la NBA était présente pour cet adieu public : l’équipe actuelle des Lakers, LeBron James en tête, mais aussi Michael Jordan, Bill Russell, Kareem Abdul-Jabbar, Phil Jackson, Pau Gasol, Magic Johnson, Jerry West, Elgin Baylor, Tim Duncan, Shaquille O’Neal, Dwyane Wade, Tony Parker, Gregg Popovich, Doc Rivers, Stephen Curry, James Harden, sans oublier le patron de la ligue, Adam Silver.

Des célébrités de la musique (Kanye West, Jennifer Lopez, Snoop dogg), du cinéma (Spike Lee) et de la télévision (comme l’animateur Jimmy Kimmel) étaient également dans les murs.

Tous se sont levés et ont été émus aux larmes quand Vanessa Bryant a pris la parole, la gorge nouée par le chagrin.

À propos de Gianna, elle a dit : « Nous ne pourrons pas voir GG aller au secondaire avec Natalia. Je ne pourrai pas lui dire à quel point elle est magnifique le jour de son mariage. Je ne verrai plus jamais ma petite fille marcher dans l’allée, danser avec son père. »

« Elle serait probablement devenue la meilleure joueuse de la WNBA. Elle aurait fait une énorme différence pour le basketball féminin. GG était déterminée à changer la façon dont tout le monde considère les femmes dans le sport », a-t-elle ajouté.

Kobe « était tout pour moi depuis mes 17 ans et demi », a-t-elle ensuite dit. « J’étais sa première petite amie, son premier amour, sa femme, sa meilleure amie, sa confidente et sa protectrice. C’était le mari le plus incroyable. »

« Nous avons vraiment eu une histoire d’amour incroyable. Nous nous aimions de tout notre être. Deux personnes parfaitement imparfaites faisant une belle famille et élevant nos filles douces et incroyables. Kobe était le MVP [most valuable player, meilleur joueur] des papas », a-t-elle dit.

Bien avant la cérémonie, tôt lundi matin, des milliers des personnes, toutes générations confondues, avaient afflué au centre-ville. Certains qui pensaient pouvoir acheter des billets ont été refoulés, comme Brandy Richter et sa fille de trois ans, Penelope, « venus exprès de Seattle ».

L’ambiance au-dehors, sous un ciel ensoleillé, était comme dans la salle : au recueillement, silencieuse et triste. Ce qui n’a pas empêché les habituels vendeurs à la sauvette de tenter d’écouler leurs stocks de t-shirts à l’effigie du héros défunt, entre deux grils à hot-dogs.

Les détenteurs de tickets ont dû passer deux contrôles de sécurité avant de pénétrer dans le Staples Center et ont eu droit au « t-shirt officiel », à un badge « KB » et à un programme de 24 pages de cet événement qui fera certainement date dans l’histoire de Los Angeles.

Depuis presque un mois qu’a eu lieu la tragédie, toute la ville porte le deuil de la star des Lakers. Les bus annoncent entre de deux arrêts des « RIP Kobe » (« Repose en paix, Kobe ») et des portraits de Bryant père et fille s’affichent sur des panneaux géants avec en légende « 8 24 FOREVER THE ONE ».

Comme lors des grands soirs promis et offerts par Bryant, pendant les 20 ans où il a porté le maillot pourpre et or, avec cinq titres de la NBA à la clé, les places pour cet événement, dans « la maison que Kobe a construite », se sont arrachées à des prix symboliques allant de 24,02 $ à 224 $.

Le 26 janvier, Kobe Bryant, 41 ans, sa fille Gianna, 13 ans, et sept autres personnes ont perdu la vie dans l’accident d’hélicoptère survenu au nord-ouest de Los Angeles.

En ce jour où un émouvant adieu public leur était offert, Vanessa Bryant a déposé une plainte contre la compagnie d’hélicoptères et les ayants droit du pilote Ara Zobayan, qui a également trouvé la mort dans la tragédie.

La veuve de Kobe Bryant poursuit en justice la société d’hélicoptères

La veuve de Kobe Bryant a entamé lundi des poursuites judiciaires contre la société ayant affrété l’hélicoptère qui s’est écrasé près de Los Angeles le 26 janvier, tuant la légende du basket, sa fille de 13 ans et sept autres personnes.

La plainte a été déposée par Vanessa Bryant auprès d’un tribunal de Los Angeles le jour même où la ville rendait un dernier hommage public à Kobe et à Gianna Bryant, en présence d’un parterre de stars réunies au Staples Center.

Cette plainte vise les sociétés Island Express Helicopters et Island Express Holding Corp., ainsi que les ayants droit du pilote de l’hélicoptère, Ara Zobayan, lui aussi mort dans l’accident dont les causes, indéterminées, font l’objet d’une enquête.

Les autres victimes sont un entraîneur de baseball, John Altobelli, sa femme, Keri, et leur fille Alyssa, qui jouait au basket dans le même club que Gianna, Christina Mauser, entraîneuse adjointe de l’équipe de basket des deux adolescentes, et Sarah et Payton Chester, une mère et sa fille.

Les enquêteurs de l’agence américaine chargée de la sécurité dans les transports ont déjà établi que le moteur de l’hélicoptère, dont les débris étaient éparpillés sur près de 200 mètres à flanc de colline, n’avait pas connu de défaillance.

Ils continuent à analyser les éléments récoltés sur place et les données du vol pour tenter de déterminer les circonstances du drame, survenu alors qu’un épais brouillard recouvrait la zone. Ces investigations vont durer des semaines, sinon des mois, et le rapport final n’est pas attendu avant au moins un an.

La plainte de Vanessa Bryant reproche notamment à la société exploitant l’hélicoptère d’avoir autorisé l’appareil à voler dans « un épais brouillard et des nuages bas » en ce dimanche matin, des conditions météo qui avaient incité les forces de l’ordre et autres opérateurs touristiques à maintenir de leur côté leurs hélicoptères au sol.

Le pilote « Ara George Zobayan a tenté de manoeuvrer l’hélicoptère vers l’avant et le haut pour sortir des nuages, puis a entamé un virage qui a précipité l’hélicoptère contre un terrain pentu à une vitesse d’environ 290 km/h », accuse la plainte.

Le document affirme en outre que M. Zobayan avait été épinglé par l’aviation civile américaine en 2015 pour avoir volé sans respecter les règles de navigation à vue.