Carey Price, l’étoile du Canadien dans la victoire contre les Flames

Carey Price a effectué 31 arrêts dans cette rencontre contre les Flames.
Photo: Graham Hughes La Presse canadienne Carey Price a effectué 31 arrêts dans cette rencontre contre les Flames.

Le Canadien aura besoin de nombreuses autres performances de ce type de la part de Carey Price s’il souhaite revenir dans la course aux séries.

Price a été l’étoile du Tricolore, lundi soir au Centre Bell, et les joueurs de soutien ont pris le relais à l’attaque, aidant la formation montréalaise à gagner un deuxième match de suite, 2-0 face aux Flames de Calgary.

Price a stoppé 31 tirs pour réussir un deuxième jeu blanc cette saison et un 46e en carrière. Il a ainsi rejoint Ken Dryden au troisième rang dans l’histoire du Canadien à ce chapitre.

C’est également la deuxième fois seulement cette saison que Price accorde moins de deux buts dans deux rencontres consécutives, lui qui a aussi aidé le Canadien à battre les Sénateurs d’Ottawa 2-1 en prolongation, samedi. Price avait accompli le même exploit les 6 et 10 décembre derniers, face aux Rangers de New York et aux Penguins de Pittsburgh.

« [Price] a bien joué à Ottawa et nous avons gagné. Ç’a enlevé beaucoup de poids sur nos épaules, a admis l’entraîneur-chef du Canadien, Claude Julien. Ce soir [lundi], il ressentait encore les bonnes sensations du dernier match.

« Nous espérons qu’il est en voie de revenir au sommet de son art. »

Jordan Weal et Ryan Poehling ont généré l’offensive du Canadien (20-20-7), qui présente maintenant un dossier de 2-7-1 depuis le congé de Noël.

« Nous cherchons à avoir des trios équilibrés. Ce soir, nous avons pu employer nos quatre trios et notre rythme de jeu était bien meilleur, a mentionné Julien. Notre équipe est bâtie ainsi. Nous jouons bien mieux quand nous pouvons déployer nos quatre trios. Le niveau d’énergie est meilleur et nous pouvons augmenter le rythme. »

David Rittich a repoussé 35 lancers devant le filet des Flames (25-18-5).

Le Canadien a commencé la rencontre sur les chapeaux de roue et possédait à un certain moment un avantage de 12-1 au chapitre des tirs au but. L’avantage du Tricolore dans le jeu en première période n’a toutefois mené qu’à un seul but, quand Weal a surpris Rittich en pivotant à 13:30.

Rittich a fermé la porte devant Tomas Tatar en fin d’engagement, puis à nouveau peu de temps après le début de la deuxième période.

Le reste du deuxième vingt a été l’affaire de Price, même s’il n’a pas été particulièrement occupé. Price a néanmoins frustré quatre fois les Flames sur des attaques en surnombre ou après un revirement du Canadien.

À l’autre bout de la patinoire, le trio de Phillip Danault, Ilya Kovalchuk et Tatar a été celui qui a coincé le plus souvent les Flames dans leur territoire, sans toutefois menacer le filet de Rittich.

Tatar est revenu à la charge dès le début de la troisième, mais il s’est encore une fois buté à Rittich.

Poehling a finalement offert un coussin un peu plus confortable à Price, déjouant Rittich à 9:45 du troisième tiers. Il s’agissait pour Poehling d’un premier point en 20 matchs avec le Tricolore cette saison.

Price a ensuite continué son travail irréprochable. Il a notamment réussi un bel arrêt contre Elias Lindholm grâce à un déplacement latéral rapide, puis a capté un tir des poignets de Sam Bennett même si la rondelle a dévié sur le bâton d’Artturi Lehkonen.

Par ailleurs, le défenseur Ben Chiarot était de retour au jeu pour le Canadien après avoir raté deux matchs en raison d’une blessure au bas du corps. Brett Kulak lui a cédé sa place.

Le Canadien jouera son prochain match mercredi, quand il accueillera les Blackhawks de Chicago au Centre Bell. Il se rendra ensuite à Philadelphie, pour y affronter les Flyers, jeudi.

Échos de vestiaire

Carey Price a affiché un léger sourire en parlant du fait qu’il avait rejoint Ken Dryden au troisième rang de l’histoire du Canadien au chapitre des jeux blancs :

« C’est un autre exploit assez spécial. Maintenant, j’ai hâte au suivant. »

Jordan Weal a noté que Price semblait particulièrement en forme lundi soir :

« Il a réussi quelques arrêts sur des deux contre un tard en deuxième période, on pouvait voir qu’il était dans sa bulle. Il joue comme ça depuis le début de la saison. C’est un plaisir de compter sur le meilleur gardien au monde et de pouvoir le regarder à l’oeuvre soir après soir. »

Ryan Poehling était soulagé d’avoir enfin noirci la feuille de pointage :

« C’est une bonne sensation et honnêtement, c’est un soulagement. Mais le moment était idéal. Nous menions par un but et il était important de creuser l’écart, donner un coussin plus confortable à l’équipe pour fermer les livres. »