Pas question de baisser les bras chez le Canadien

Les visages se faisaient longs, jeudi soir, au banc du Canadien de Montréal. L’équipe traverse une deuxième série de huit défaites dans la même saison pour une première fois depuis son entrée dans la LNH en 1917.
Photo: Graham Hughes La Presse canadienne Les visages se faisaient longs, jeudi soir, au banc du Canadien de Montréal. L’équipe traverse une deuxième série de huit défaites dans la même saison pour une première fois depuis son entrée dans la LNH en 1917.

Même si le Canadien traverse une deuxième série de huit défaites dans la même campagne pour une première fois depuis au moins son entrée dans la LNH en 1917, personne ne baisse les bras dans le camp de la formation montréalaise.

Les joueurs ont même retrouvé le sourire à l’entraînement vendredi, lors d’un exercice avec les filets postés aux lignes bleues.

« Les temps sont durs dernièrement, mais il y avait aussi un but à cet exercice, a rappelé l’entraîneur-chef, Claude Julien. Nous voulions faire travailler nos joueurs dans une zone plus restreinte. Ça servait à deux choses : détendre l’atmosphère, mais aussi travailler dans les espaces limités. Nous continuons à tout faire pour nous replacer sur la bonne voie. »

Le capitaine Shea Weber avait rappelé après le revers de 4-2 face aux Oilers d’Edmonton jeudi qu’il ne servait à rien de s’apitoyer sur son sort. Le gardien Carey Price a fait écho à ces propos vendredi, quand il a été questionné sur une déclaration faite plus tôt cette semaine au cours de laquelle il avait affirmé qu’il était « au-delà de la frustration ».

« Ça veut dire ce que ça veut dire : ne pas se laisser atteindre par une attitude négative et continuer à faire les choses qui me permettraient de connaître du succès sans me soucier du résultat », a expliqué Price.

Price, qui est âgé de 32 ans, a indiqué que c’est son expérience dans la LNH qui lui permettait de mieux gérer la situation actuelle. Et c’est cette attitude que les meneurs du Canadien tentent d’inculquer aux jeunes joueurs de l’équipe.

« J’essaie d’oublier tous les matchs quand ils sont terminés, a mentionné la recrue Nick Suzuki. Nous regardons la vidéo pour nous améliorer, mais chaque jour est un nouveau départ. Notre groupe de meneurs fait du bon travail pour ne pas avoir la tête basse. “Weby” [Weber] et les autres se présentent le lendemain de chaque match avec une bonne attitude. Ça aide les jeunes à emboîter le pas. »

Avant les rencontres de vendredi, le Tricolore se retrouvait au 13e rang de l’Association de l’Est, à neuf points des Flyers de Philadelphie et du dernier rang donnant accès aux séries.

Ça veut dire ce que ça veut dire : ne pas se laisser atteindre par une attitude négative et continuer à faire les choses qui me permettraient de connaître du succès sans me soucier du résultat

 

La situation du Canadien ne peut être ignorée, même par les joueurs. Le classement est affiché dans le corridor tout juste à l’extérieur du vestiaire du Complexe sportif Bell.

Price a rappelé laconiquement que les Blues de St. Louis ont gagné la Coupe Stanley le printemps dernier alors qu’ils occupaient le dernier rang du classement général de la LNH le matin du 3 janvier.

« Je sais qu’il y a un nuage noir au-dessus de nous présentement, mais personne n’a abandonné, a insisté Julien. Les joueurs et les entraîneurs continuent de travailler fort. J’ai vu plusieurs situations dans le passé où les équipes ont baissé les bras, mais ce n’est pas le cas ici. Est-ce que les joueurs sont frustrés ? Oui, parce qu’ils ont le succès de l’équipe à coeur, parce qu’ils veulent gagner.

« Vous voyez les mêmes matchs que moi. Nous ne sommes pas dominés par l’adversaire, mais les erreurs sont coûteuses », a-t-il ajouté.

Sans Gallagher à Ottawa ?

Le Canadien pourrait être privé de l’attaquant Brendan Gallagher quand il rendra visite aux Sénateurs d’Ottawa, samedi.

Gallagher était de retour au jeu face aux Oilers, après avoir raté quatre rencontres en raison d’une commotion cérébrale. Julien a indiqué que l’attaquant avait ressenti des maux de tête en fin de soirée et qu’il devait rencontrer les médecins de l’équipe pour savoir si les maux de tête étaient liés à la commotion cérébrale subie le 31 décembre ou s’ils étaient simplement le résultat d’un virus.

Les défenseurs Jeff Petry et Ben Chiarot étaient également absents. Julien a confirmé que Petry sera à son poste face aux Sénateurs, tandis que Chiarot a besoin d’au moins quelques jours de plus pour se remettre d’une blessure au bas du corps subie mardi, au cours de la défaite 4-3 du Tricolore face aux Red Wings de Detroit.

Pour sa part, l’attaquant Matthew Peca est prêt à effectuer un retour au jeu, a indiqué Julien. Peca n’a pas joué depuis le 10 décembre, en raison d’une blessure à une jambe. Il pourrait donc être en uniforme samedi si Gallagher n’est pas en mesure de jouer.