Le Canadien laisse filer deux avances face aux Red Wings

Franz Nielsen a marqué deux buts pour les Red Wings.
Photo: Gregory Shamus Getty Images AFP Franz Nielsen a marqué deux buts pour les Red Wings.

Malgré le fait qu’il ait détenu deux avances dans le match, dont l’une à la septième minute de jeu de la troisième période, le Canadien de Montréal a subi une autre défaite face aux Red Wings de Detroit, 4-3 mardi soir au Little Caesars Arena.

C’est la troisième fois en autant de tentatives cette saison que les Red Wings (11-30-3), de loin la pire équipe dans la Ligue nationale de hockey, arrachent une victoire au Canadien. Les Red Wings avaient d’abord gâché l’ouverture locale du Tricolore au Centre Bell, l’emportant 4-2 le 10 octobre. Le 14 décembre, également au Centre Bell, les Red Wings avaient de nouveau battu les hommes de Claude Julien, 2-1.

« Oui, ça fait mal », a reconnu Tomas Tatar, qui a joué à Detroit pendant sept saisons.

Lors d’une brève mêlée de presse, Julien a parlé d’erreurs de ses joueurs, mais aussi d’un manque d’engagement de certains, qu’il a refusé d’identifier.

« Les erreurs qu’on a commises, pour certains, c’est peut-être un peu de la fatigue. On demande beaucoup à certains joueurs. Pour d’autres, je pense qu’on a besoin d’un meilleur “commitment” », a d’abord déclaré Julien, qui était à prendre avec des pincettes.

« Quand tu regardes la situation, a-t-il enchaîné, tu peux trouver toutes les excuses au monde, ça revient au même. Je pense qu’on l’a déjà dit ; l’effort en général est là avec l’équipe. Par contre je reviens à la même chose : les décisions qu’on prend, et le “commitment” n’est pas toujours là. Pour certains, c’est un apprentissage. Pour certains autres, on a besoin d’un peu plus. On n’a pas à regarder ailleurs que nous-mêmes ce soir. C’était inacceptable. »

À la suite de cette septième défaite consécutive, le Canadien (18-19-7) a de nouveau glissé d’un rang au classement général de l’Association Est. Il occupe maintenant le 13e échelon avec 43 points, un de moins que les Rangers de New York (20-18-4) qui, au même moment, surprenaient l’Avalanche du Colorado au Madison Square Garden. De plus, les Rangers ont deux matchs en banque.

La défaite, par ailleurs, est venue gâcher une autre bonne sortie d’Ilya Kovalchuk qui, à défaut d’avoir inscrit un premier but dans son nouvel uniforme, a récolté deux aides. Il a d’abord participé au but de Nick Suzuki (8e), lors d’un avantage numérique de deux hommes tôt en deuxième période. Il a récolté sa deuxième aide sur le filet de Victor Mete (4e) à 6:13 de la troisième période.

Le but de Suzuki avait procuré au Canadien une avance de 2-0, après le filet d’Artturi Lehkonen (10e), réussi en désavantage numérique en première période. Celui de Mete permettait au Tricolore de briser une impasse de 2-2 que les Red Wings avaient provoquée grâce au premier de deux buts de Franz Nielsen, à 12:22 de la deuxième période, et à celui de Robby Fabbri (11e), dès la 51e seconde de la troisième période.

« Nous avions une avance d’un but au début de la troisième période, et je pense que tout le monde dans le vestiaire croyait que nous allions récolter la victoire », a déclaré le gardien Charlie Lindgren, qui disputait un deuxième match depuis son retour avec le Canadien.

« Nous avions une chance de les sortir du match, mais ils ont marqué pendant la première minute et c’était redevenu un match de hockey. C’est l’équipe qui allait réaliser les jeux les plus importants en fin de match qui allait l’emporter, et ils les ont faits. »

Après le but de Mete, il a fallu environ cinq minutes aux Red Wings pour égaler le score, grâce à Nielsen qui, le temps d’une soirée, a bonifié son total d’un à trois buts en saison. Puis, avec 3:52 à écouler au temps réglementaire, le jeune espoir Filip Zadina a assommé les hommes de Claude Julien avec son cinquième de la saison.

Le Canadien, qui disputait un deuxième match en autant de soirs, a dirigé 26 tirs vers Jonathan Bernier, dont seulement six en première période.

À l’autre extrémité, Lindgren a fait face à 30 rondelles.

« Notre gardien nous a donné une chance. Mais même avec la rondelle, on n’était pas capable de faire une passe, même de gérer la rondelle seul. On la perdait devant le filet. On était tout croche ce soir », a également déclaré Julien, ce qui mettait fin au volet francophone de sa mêlée de presse.

Après cette rapide excursion vers Detroit, le Canadien sera de retour au Centre Bell jeudi soir, face aux Oilers d’Edmonton.