Le Canada champion de hockey junior

Le Québécois Alexis Lafrenière, célébrant ici la victoire aux dépens des Russes, a été nommé l’attaquant par excellence du tournoi.
Photo: Ryan Remiorz La Presse canadienne Le Québécois Alexis Lafrenière, célébrant ici la victoire aux dépens des Russes, a été nommé l’attaquant par excellence du tournoi.

Le Canada a défait la Russie 4-3 et remporté le Championnat du monde de hockey junior, dimanche, pour s’adjuger le 18e titre de son histoire dans ce tournoi réservé aux joueurs âgés de moins de 20 ans.

Akil Thomas a joué les héros en déjouant habilement le gardien russe Amir Miftakhov avec 3:58 à écouler au match pour procurer la victoire au Canada. Il s’agissait de la première avance de l’unifolié dans le match, et elle fut suffisante pour lui procurer la médaille d’or.

« La sensation est incroyable. Ç’a été un long tournoi », a déclaré Thomas.

« Nous avons eu beaucoup d’adversité. Maintenant que c’est terminé et que nous avons des médailles d’or autour de nos cous est quelque chose d’incroyable. »

Dylan Cozens, Connor McMichael et le capitaine Barrett Hayton — dont la présence était incertaine avant la rencontre en raison de sa violente chute contre la rampe la veille — ont aussi fait vibrer les cordages pour le Canada. Calen Addison et Alexis Lafrenière se sont signalés avec deux mentions d’assistance chacun.

« Il y a de la douleur, il n’y a pas de doute. Mais quand vous êtes sur la glace, vous ne ressentez pas grand-chose, vous ne faites que jouer », a commenté Hayton.

« Vous êtes totalement dans le moment présent. Vous ne sentez pas vraiment ces blessures. C’est certain que la sensation est bonne en ce moment ! »

Nikita Alexandrov, le capitaine russe Grigori Denisenko et Maxim Sorkin ont riposté pour la Russie.

Hayton a été nommé le joueur du match pour le Canada, tandis qu’Alexandrov a obtenu cet honneur du côté russe. De plus, même s’il a raté deux rencontres en raison d’une blessure à un genou, Lafrenière a été nommé l’attaquant par excellence du tournoi.

Les Canadiens ont ainsi obtenu leur revanche face aux Russes, qui leur avaient infligé un cuisant revers de 6-0 pendant la phase préliminaire.

La rencontre avait pourtant mal commencé pour le Canada. Après avoir fait preuve d’indiscipline à répétition en début de match, il s’est finalement brûlé.

Alexandrov a ouvert la marque en avantage numérique à 9:37 du deuxième vingt, en faisant dévier un tir de la pointe du défenseur Yegor Zamula entre les jambières du gardien Joel Hofer. Après avoir étudié la reprise vidéo attentivement, puisque la rondelle a été touchée à la limite de la hauteur permise, les arbitres ont accordé le deuxième filet du tournoi d’Alexandrov.

Les Canadiens ont ensuite profité de — l’étonnante — décision de l’arbitre en chef d’appeler deux pénalités différentes sur la même séquence aux Russes. Il n’en fallait pas plus pour ouvrir la porte aux représentants de l’unifolié.

Cozens a sauté sur une rondelle libre dans l’enclave et l’a habilement poussée derrière Miftakhov à 11:02, pour créer l’égalité 1-1.

Denisenko a toutefois redonné les devants aux siens à 14:47 en poussant à son tour une rondelle libre dans l’enclave sous Hofer, alors que ce dernier était étendu sur la patinoire. L’espoir du Canadien de Montréal, Alexander Romanov, en a profité pour ajouter une mention d’assistance à sa fiche.

Le Canada est rentré au vestiaire après 40 minutes de jeu en accusant un déficit de 2-1. Cependant, l’indiscipline de Zamula, qui a asséné un double-échec au visage de Hayton après la sirène signalant la fin de la deuxième période, a redonné espoir aux joueurs de l’entraîneur-chef Dale Hunter.

Ils n’ont pu en profiter, et Sorkin a creusé l’écart à 3-1 à 8:47 en décochant un tir des poignets de l’enclave qui a battu Hofer dans la lucarne, du côté du bâton.

McMichael a par la suite rétréci l’écart à un seul but 34 secondes plus tard en redirigeant accidentellement avec son patin droit un tir de la pointe d’Addison au fond de la cage russe. Le filet a été accordé à la suite d’une reprise vidéo, redonnant vie aux joueurs canadiens.

Et Hayton a profité d’une supériorité numérique, avec moins de 10 minutes à jouer, pour créer l’égalité 3-3 en décochant un puissant tir des poignets dans la lucarne du côté du bâton de Miftakhov.

Ce filet a mis la table pour l’éventuel filet victorieux de Thomas, quelques minutes plus tard.

Sauf que le Canada n’était pas encore prêt à célébrer puisque le défenseur Kevin Bahl a écopé une pénalité mineure pour avoir accroché avec 2:41 à écouler au temps réglementaire. La Russie en a profité pour retirer son gardien et se donner un avantage numérique à six contre quatre.

La formation canadienne a aussi semblé jouer de chance lorsqu’une tentative de dégagement, qui a semblé frapper une caméra à l’extérieur de la surface de jeu, n’a pas été signalée comme étant une punition pour avoir retardé le jeu, avec 1:47 à écouler. La Russie aurait alors pu déployer une attaque à six contre trois.

Peu de temps après, la Russie a été prise en défaut pour obstruction, forçant Miftakhov à retourner devant son filet. Puis, 48 secondes plus tard, Denisenko a été puni pour avoir joué avec un bâton brisé.

Fort d’un avantage à cinq contre trois, le Canada a pu égrener les dernières secondes au cadran avant que les joueurs ne sautent du banc pour aller célébrer sur la patinoire.