Plus de peur que de mal pour Alexis Lafrenière

Lafrenière n’a pas voulu dire si son tournoi était terminé.
Photo: Petr David Josek Associated Press Lafrenière n’a pas voulu dire si son tournoi était terminé.

Alexis Lafrenière a souri en assistant aux derniers instants de la séance d’entraînement dimanche. Il avait de toute évidence l’air soulagé.

Le joueur étoile ratera le match du Canada contre l’Allemagne, lundi, et l’équipe n’a pas voulu s’avancer sur sa présence pour le reste du Championnat du monde de hockey junior.

Lafrenière, pour sa part, n’a pas voulu dire si son tournoi était terminé.

« Il marche. C’est positif », a déclaré l’entraîneur adjoint d’Équipe Canada junior, André Tourigny, dans un point de presse en français au cours duquel il a précisé qu’un test d’imagerie par résonance magnétique effectué sur le genou gauche de Lafrenière n’avait révélé aucune fracture ni déchirure ligamentaire.

Ce test a été réalisé dans un hôpital d’Ostrava, à la suite d’un diagnostic initial effectué par le thérapeute en chef de l’équipe, le Dr Ed Berdusco.

Le médecin « n’a pas voulu dire s’il pouvait jouer, mais il n’a pas dit qu’il ne pourrait pas », a ajouté Tourigny.

Lafrenière ratera de toute évidence le match de lundi contre l’Allemagne, mais pourrait effectuer un retour au jeu mardi contre le pays hôte, la République tchèque, ou encore pendant la ronde des médailles, à compter de jeudi.

« Il s’amuse et fait des blagues avec les gars, a décrit Tourigny. Il est très détendu en ce moment, donc c’est un bon signe. »

L’attaquant québécois avait dû être escorté hors de la patinoire pendant la deuxième période du match entre le Canada et la Russie, samedi.

Tandis que les Canadiens tiraient de l’arrière 3-0, la jambe de l’attaquant étoile âgé de 18 ans s’est retrouvée coincée entre les jambières du gardien russe Amir Miftakhov alors qu’il tentait de traverser son demi-cercle. Lafrenière s’est ensuite tordu de douleur, alors qu’il était allongé sur la surface glacée.

« C’est difficile pour lui d’être à l’écart, a reconnu le capitaine canadien, Barrett Hayton. C’est bien de l’avoir dans l’entourage de l’équipe, car il amène une belle énergie. »

Lafrenière a marqué 23 buts et amassé 70 points en seulement 32 rencontres cette saison avec l’Océanic de Rimouski, dans la LHJMQ.

Il s’était signalé avec une performance de quatre points dans la victoire de 6-4 du Canada contre les États-Unis en lever de rideau du tournoi, le 26 décembre.

Hayton s’excuse

Entre-temps, Hayton a dû faire un deuxième mea culpa pour avoir refusé de retirer son casque protecteur pendant l’hymne national russe après la correction de 6-0 subie samedi.

« Je veux simplement m’excuser… aux Russes, à leur équipe et à tout le monde, a déclaré le hockeyeur âgé de 19 ans, dans un communiqué diffusé par Hockey Canada en fin de soirée samedi. Ce n’est pas ce que je voulais faire, mais je dois accepter la responsabilité de mes gestes. »

Les représentants de l’unifolié ont pris part à un entraînement très intense dimanche, dans l’espoir de tourner la page sur la déconfiture de la veille.

« Il faut saluer le travail des Russes, a dit Tourigny. Ils ont joué avec intensité. Ils jouaient avec l’énergie du désespoir. Ils étaient beaucoup plus intenses que nous. C’est un aspect que nous pouvons améliorer, ce qui est une bonne nouvelle. »

Hayton a ajouté que les Canadiens, qui ont une fiche d’une victoire et d’une défaite dans le groupe B, ont peut-être prêché par excès de confiance.

« C’est de toute évidence un rappel à l’ordre, a-t-il dit. Ils nous ont vraiment malmenés. »

Changement à l’attaque

Les principaux gagnants de l’absence de Lafrenière lundi seront Connor McMichael, le meilleur marqueur de la Ligue de hockey junior de l’Ontario et membre des Knights de London et Dawson Mercer — le 13e attaquant lors des deux premiers matchs du tournoi.

Le Canada a par ailleurs appris dimanche qu’il devra se débrouiller sans deux de ses trois meilleurs attaquants face à l’Allemagne lundi puisque Joe Veleno a écopé d’une suspension d’un match en raison d’un coup donné avec son casque lors de la défaite contre la Russie.

L’espoir de 19 ans des Red Wings de Detroit est l’une des pièces maîtresses de l’avantage et du désavantage numérique et a été le joueur le plus efficace lors des mises en jeu avec un rendement de 57,6 %.