Bilan de fin d’année: les victoires et les histoires en or de 2019

Malgré une blessure récurrente, Bianca Andreescu a remporté trois titres, dont celui des Internationaux des États-Unis.
Photo: Charles Krupa Associated Press Malgré une blessure récurrente, Bianca Andreescu a remporté trois titres, dont celui des Internationaux des États-Unis.

Nous avons eu droit à une année sportive 2019 sous le signe de l’effervescence grâce aux athlètes et aux équipes canadiens. De l’ascension de nos jeunes joueurs de tennis à la frénésie de la marche victorieuse des Raptors, en passant par le dernier tour de piste de l’un des plus grands fondeurs de l’histoire du pays, les 12 derniers mois nous ont permis d’être témoins de plusieurs moments mémorables. Voici 10 coups de coeur.​

Bianca Andreescu - De l’ombre à la lumière

Révélation de l’année, la jeune joueuse de tennis a gagné le coeur de tous en 2019. Elle a connu une saison exceptionnelle avec trois titres, dont celui aux Internationaux des États-Unis qui a fait d’elle la première Canadienne à remporter un tournoi du Grand Chelem. Mais elle s’est avant tout révélée par sa détermination dans le feu de l’action et sa personnalité attachante.

On a sans doute déjà oublié certains de ses exploits, comme sa séquence de 17 victoires ou ses 8 gains contre des joueuses du top-10 mondial. Mais cette image de l’Ontarienne de 19 ans s’approchant avec empathie de Serena Williams pour la consoler à la suite de l’abandon de l’Américaine en finale de la Coupe Rogers, à Toronto, restera un moment fort de son année. Une grande championne dans tous les sens du terme.

Raptors de Toronto - Champions à jamais

Les Raptors ont créé un énorme engouement pour le basketball au Canada pendant leur parcours en séries éliminatoires au printemps. Les succès de l’équipe ont mobilisé les amateurs d’un bout à l’autre du pays, plusieurs villes créant leur version du « Jurassic Park ».

La formation torontoise a surfé sur sa vague, surtout après avoir éliminé in extremis les 76ers de Philadelphie lors de l’ultime match de la demi-finale d’association avec un panier à la dernière seconde de la vedette Kawhi Leonard. Et les Torontois se sont assuré le premier championnat de l’histoire de la concession — et le premier de l’histoire du pays — en détrônant les Warriors de Golden State, doubles champions en titre.

Une belle façon de boucler la boucle pour le basketball au Canada puisque Toronto a accueilli le premier match de la NBA en 1946.

 
Photo: Nathan Denette La Presse canadienne La performance des Raptors la saison dernière a créé l’effervescence au pays.

Mikaël Kingsbury - Indétrônable

Le bosseur de Deux-Montagnes domine tellement son sport qu’il serait facile de croire qu’il n’a plus rien à prouver.

Et pourtant, Kingsbury a atteint en 2019 un objectif qui lui tenait à coeur depuis plusieurs années : réussir un doublé aux Championnats du monde. Il y a deux ans, le Japonais Ikuma Horishima lui avait volé la vedette en raflant les deux titres. Cette fois, il a pris les moyens pour que personne ne vienne lui faire de l’ombre.

Celui qui totalise 58 victoires et 84 podiums en 102 départs au circuit de la Coupe du monde entend conserver son trône. Et un neuvième globe de cristal lui semble déjà promis.

L’équipe de la Coupe Davis - Un parcours de rêve

On ne savait pas trop à quoi s’attendre du nouveau format de la Coupe Davis, mais le Canada a surpris tout le monde en s’invitant en finale du tournoi contre l’Espagne et Rafael Nadal.

C’était sans compter le brio de Denis Shapovalov et du vétéran Vasek Pospisil, qui ont tour à tour écarté les États-Unis, l’Italie, l’Australie et la Russie. Envoyés dans la mêlée en finale, Félix Auger-Aliassime et Shapovalov ont tenu leur bout face aux expérimentés Espagnols, ce qui a fait dire à Nadal que le Canada serait invincible dans les années à venir.

On ne peut certes le contredire à la lumière de la progression de Shapovalov et Auger-Aliassime, qui terminent l’année aux 15e et 21e rangs mondiaux, respectivement. Et ils n’ont que 20 et 19 ans…

Alex Harvey - Les adieux d’un grand

Le fondeur de Saint-Ferréol-les-Neiges rêvait d’un dernier podium pour conclure sa carrière devant les siens lors des finales de la Coupe du monde de ski de fond en mars à Québec. Il a fait encore mieux avec deux médailles d’argent.

Après la première acquise au 15 km classique, l’émotion l’a rattrapé et il n’a pu contenir ses larmes, tellement heureux de pouvoir offrir ce moment privilégié à ses parents et à ses partisans. Porté en triomphe le lendemain à l’issue de sa deuxième place à la poursuite 15 km, il affichait la fierté de celui qui peut se retirer la tête haute.

 
Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne Alex Harvey a mis fin à sa carrière avec émotion, et avec deux médailles d’argent.

Maxence Parrot - Une détermination à toute épreuve

La carrière du multiple champion des X Games en slopestyle et au grand saut a pris une tournure inattendue en janvier lorsqu’il a dévoilé avoir reçu un diagnostic de cancer.

On a craint le pire en avril lorsqu’il a reporté une conférence de presse visant à faire un bilan de santé, parce que trop affaibli par ses traitements de chimiothérapie.

Le planchiste de Bromont a non seulement remporté sa bataille, mais, deux mois seulement après ses derniers traitements, il a raflé l’or à son retour à la compétition, s’imposant au grand saut des X Games d’Oslo, fin août. Et pour terminer l’année en beauté, il est devenu le premier à atterrir un triple saut périlleux quatre vrilles et demie lancé en compétition pour s’offrir la victoire à la Coupe du monde de Pékin.

Brooke Henderson - Une jeunesse record

Elle n’a que 22 ans et déjà elle est la golfeuse canadienne la plus titrée du circuit de la LPGA. Avec sa victoire à la classique Meijer en juin, Henderson a mis la main sur un 9e titre, un de plus que Sandra Post.

Depuis qu’elle est passée chez les professionnelles, Henderson a fait étalage d’un potentiel qui permet de croire que le meilleur est encore devant elle.

Kim Boutin - Toujours plus vite

Quelques mois après avoir envisagé d’accrocher ses patins, la Sherbrookoise est devenue quasi invincible. Depuis le début de la saison de la Coupe du monde, Boutin accumule les podiums. Elle s’est même permis d’améliorer le record du monde du 500 mètres, elle qui disait avoir peur de la vitesse dans les virages.

Ses succès à répétition ont aiguisé ses ambitions, qui se portent désormais sur un titre de championne du monde lors du grand rendez-vous de la saison à Séoul à la mi-mars 2020.

Ivannie Blondin - Retour au sommet

La patineuse de vitesse longue piste est en feu depuis le début de la saison. L’Ottavienne a connu une séquence de cinq victoires en lever de rideau de la saison de Coupe du monde. De surcroît, des victoires dans cinq épreuves différentes. Il s’agit du meilleur début de saison en carrière pour la double médaillée olympique qui a traversé une période dépressive après avoir raté ses objectifs aux Jeux de Pyeongchang.

Marie-Ève Dicaire - Un coup de poing invaincu

Devenue championne du monde des super mi-moyennes (IBF) presque dans l’indifférence fin 2018 — elle a livré le combat tout juste avant celui lors duquel Adonis Stevenson a été grièvement blessé —, Marie-Ève Dicaire a depuis occupé l’avant-scène de la boxe québécoise. Elle a défendu avec succès sa ceinture à trois reprises. Invaincue en 17 combats, elle ambitionne d’ajouter d’autres ceintures à son palmarès.