Ni repêché ni connu, Daws tente de se tailler une place avec l’équipe canadienne

Le gardien Nico Daws à l'entraînement au camp de sélection d'Équipe Canada junior
Photo: Nathan Denette La Presse canadienne Le gardien Nico Daws à l'entraînement au camp de sélection d'Équipe Canada junior

Nico Daws n’a jamais joué à l’échelle internationale, n’a jamais participé à une seule séance d’entraînement avec Hockey Canada et n’a pas été choisi par une des 31 équipes lors du repêchage de la LNH en juin dernier.

Alors comment un gardien de but avec ce curriculum vitae a-t-il pu se retrouver sur le point de se tailler une place au sein de l’équipe nationale en vue du Championnat du monde de hockey junior ?

Devant cette question, Daws a mis du temps à répondre. « Honnêtement, je ne le sais vraiment pas. »

Ses statistiques époustouflantes au cours des trois derniers mois constituent une bonne piste de départ.

Le gardien du Storm de Guelph est en tête de la Ligue de l’Ontario (OHL) grâce à une moyenne de buts alloués de 2,06 et d’un pourcentage d’arrêts de, 939, après avoir disputé que 34 matchs à titre de gardien substitut lors de ses deux premières saisons junior. Le Storm occupe présentement le deuxième rang du classement général.

« Je me suis beaucoup entraîné cet été, a-t-il mentionné. Je savais que je devais vraiment m’améliorer et vraiment prouver que j’avais ma place. »

Debout devant un décor de Hockey Canada et arborant une tuque noire ornée d’une feuille d’érable rouge, Daws a certainement montré qu’il appartenait à cette ligue.

« C’est définitivement un honneur, quelque chose que je n’avais jamais fait auparavant, a expliqué le joueur originaire de Burlington, en Ontario. Lorsque j’ai reçu l’appel, j’étais très excité. Avec un peu de chance, je vais pouvoir me tailler une place au sein de l’équipe et poursuivre mon parcours avec eux. »

Daws est l’un des quatre gardiens de but qui se sont présentés au camp de sélection du Canada cette semaine dans l’espoir d’obtenir une place dans l’alignement de 23 joueurs pour le tournoi des moins de 20 ans qui se déroulera du 26 décembre au 5 janvier en République tchèque.

Olivier Rodrigue et Hunter Jones ont un historique avec Hockey Canada dans les groupes d’âge inférieurs et faisaient tous deux partie de la formation cet été, mais Daws et Joel Hofer n’ont jamais obtenu leur chance sur scène internationale. Le pays devra sélectionner trois gardiens avant de partir pour la République tchèque.

« Ce que nous aimons dans ce groupe, c’est qu’il a vraiment, très bien évolué de septembre à aujourd’hui, a déclaré Brad McEwen, recruteur en chef du programme canadien. Ils ont tous des statistiques extrêmement intéressantes, ils ont des victoires, leurs équipes se portent bien. Ils se sont mis dans une bonne position. »

C’est vrai, mais l’identité de ceux qui occuperont la place devant le filet du Canada demeure la plus grande question jusqu’à présent.

« C’est une course ouverte, a déclaré Mark Hunter, directeur général des Knights de London dans la OHL et membre du groupe de gestion de l’équipe nationale. C’est un bon défi pour chaque gardien de but dans ce vestiaire. »

Daws, cependant, n’était pas certain à l’automne qu’il allait avoir sa chance à Guelph, sans parler du Canada.

« J’ai amorcé la saison sans savoir où j’allais jouer, a-t-il déclaré. Ça a fini par marcher. Je dois rester à Guelph. J’ai vraiment fait mes preuves. »

« Vraiment heureux que d’autres personnes commencent à le remarquer. »

Les juniors mondiaux n’étaient pas sur son radar jusqu’à ce qu’il soit invité à jouer pour l’équipe de la Ligue de l’Ontario dans la série Canada-Russie en novembre. Daws, qui avait alors un pourcentage d’arrêts inférieur à, 900 chez les juniors avant cette saison, a arrêté les 13 tirs auxquels il a fait face.

« Je n’avais vraiment aucune attente, a-t-il admis. Je voulais simplement m’imposer à titre de gardien partant. »

Alors qu’il soufflera ses 19 bougies le 22 décembre lorsque le Canada fera ses derniers préparatifs avant d’affronter les États-Unis, le gardien de six pieds et quatre pouces et 202 livres a impressionné ses coéquipiers potentiels.

« Nous avons tenté de le déjouer trois fois et il s’est imposé, a raconté l’attaquant du Spirit de Saginaw, Cole Perfetti. C’est plutôt cool. Il ne faisait pas partie du programme pour les moins de 17 ans, les moins de 18 ans, mais il mérite d’être ici. »

« Ses statistiques ne mentent pas », a ajouté le défenseur des Otters d’Érie, Jamie Drysdale.

Daws a mentionné qu’il n’avait pas ressenti de pression cette semaine, alors qu’il faisait partie d’une formation de 31 joueurs comprenant 11 joueurs qui ont été repêchés au premier tour.

« [Personne] ne s’attend à quelque chose de votre part, a-t-il dit. Tu fais simplement faire ce que tu as à faire. »

Daws s’entraîne avec Jones durant la saison estivale et a avoué que c’était agréable d’avoir au moins un visage familier autour de l’hôtel et de la patinoire.

« Il m’aide à être beaucoup plus à l’aise, a soutenu Daws. Il y a beaucoup de gars ici que je ne connais pas. »

Jones souhaite évidemment décrocher le rôle de gardien partant, mais il est fier de la progression de son partenaire d’entraînement.

À ce stade-ci, tout est un peu de l’extra pour Daws, après avoir vu 217 noms défiler devant le sien — dont 22 gardiens — lors du dernier repêchage.

« Ne pas être repêché, ne jamais jouer pour Équipe Canada, ne pas aller dans des camps de la LNH… c’est agréable de bien jouer et de prouver que les gens ont tort, a-t-il reconnu. J’essaie de me concentrer sur l’instant présent. J’ai beaucoup de travail ici. »

« Je n’ai pas vraiment envie de ralentir. »