Le Canadien a encore sa série de défaites en tête et a besoin de l’aide de Domi

Si le trio de Tomas Tatar, Phillip Danault (à l'arrière-plan, à gauche) et Brendan Gallagher (à l'arrière-plan, au centre) continue d’être la locomotive de l’équipe, les projecteurs sont tournés vers Max Domi pour offrir un meilleur appui à cette unité.
Photo: Graham Hughes La Presse canadienne Si le trio de Tomas Tatar, Phillip Danault (à l'arrière-plan, à gauche) et Brendan Gallagher (à l'arrière-plan, au centre) continue d’être la locomotive de l’équipe, les projecteurs sont tournés vers Max Domi pour offrir un meilleur appui à cette unité.

Le Canadien a gagné deux de ses trois derniers matchs, mais la formation montréalaise n’a toujours pas tourné la page sur la série de huit revers qui avait précédé.

Les joueurs du Tricolore savent très bien qu’ils ne sont pas encore sortis du bois, alors que le classement demeure très serré dans la section Atlantique.

« Je ne dirais pas que nous sommes encore frustrés, mais nous réalisons comment les choses peuvent rapidement tourner au vinaigre, a reconnu le capitaine, Shea Weber. Nous devons apprendre de ça, nous sommes une très jeune équipe et les gars doivent réaliser que c’est une ligue compétitive et que le vent peut tourner rapidement. »

Le Canadien avait un horaire chargé au cours des dernières semaines. Il a enfin pu respirer un peu ce week-end avec deux jours de congé. La tâche ne sera pas plus facile d’ici la fin de l’année 2019. Après trois rencontres cette semaine, le Tricolore s’envolera pour l’Ouest canadien, puis le sud-est des États-Unis lors d’une séquence de sept matchs à l’étranger.

« Il est important d’être aussi reposé que possible pour pouvoir défier l’adversaire et gagner des matchs avec l’objectif de revenir dans la position où nous devrions être si ce n’était que de cette mauvaise séquence », a mentionné l’entraîneur-chef, Claude Julien.

En l’absence de Jonathan Drouin, Paul Byron et Jesperi Kotkaniemi, la profondeur du Canadien à l’attaque est mise à l’épreuve. Si le trio de Tomas Tatar, Phillip Danault et Brendan Gallagher continue d’être la locomotive de l’équipe, les projecteurs sont tournés vers Max Domi pour offrir un meilleur appui à cette unité.

Après avoir amassé 10 points lors des 10 premières rencontres de la campagne, Domi a été limité à huit points à ses 20 dernières sorties. Il a noirci la feuille de pointage lors de seulement quatre des 11 matchs des siens depuis le 16 novembre, le soir du début de la série de huit revers du Canadien.

Domi a vite rejeté la théorie selon laquelle les négociations concernant la prolongation de son contrat représentaient une distraction. Il a néanmoins admis qu’il pouvait en donner un peu plus offensivement sans cependant en faire tout un plat.

« En tant que joueur vous voulez aider l’équipe à gagner. Individuellement, vous vous regardez dans le miroir et vous voulez produire, accomplir les petits détails et aider de toutes les manières possibles, a-t-il dit. Si l’équipe profite de ces autres choses que vous faites [à part produire], ainsi soit-il. Je suis heureux avec ça. C’est un sport d’équipe. Peu importe ce qui aide l’équipe à gagner, je suis là pour ça. »

Questionné sur ce que Domi pouvait faire pour se remettre à produire comme il le faisait la saison dernière, quand il a établi un sommet personnel avec 72 points en 82 matchs, Julien a vite identifié un élément important.

« Nous savons ce qu’il peut amener à l’équipe. Présentement, il se cherche, il aimerait élever son jeu d’un cran. Et nous aurions besoin de ça, a noté Julien. Il doit s’assurer de bien travailler et d’aller dans les régions où il peut marquer des buts. L’hiver dernier, il décochait plus de tirs et il se rendait dans l’enclave. Il doit revenir à ça. »

« Pour un jeune joueur, il faut trouver la constance. L’hiver dernier, nous avons vu le bon côté de Max. Il doit retrouver son jeu de l’hiver dernier. Nous voulons l’aider, mais c’est plus une situation de se diriger vers le filet et d’être affamé dans l’enclave. »

Mardi, le Canadien rendra visite aux Penguins de Pittsburgh, qui ont gagné six de leurs huit derniers matchs. Les joueurs du Tricolore s’attendent à une forte opposition malgré l’absence de Sidney Crosby, qui a été opéré à un muscle du tronc en novembre.

« Ils demeurent une très bonne équipe, a rappelé Weber. On dirait que quand Sid n’est pas là, [Evgeni] Malkin élève son niveau de jeu et quand Malkin n’est pas là c’est Sid qui élève le sien. »

« Je ne devrais pas dire que ça ne fait pas une grande différence parce que Sid est l’un des meilleurs joueurs de la LNH, mais les joueurs des Penguins se serrent toujours les coudes quand il est absent. »

Julien n’a pas voulu dévoiler l’identité du gardien qui allait affronter les tirs des Penguins mardi, ni confirmer s’il prévoyait utiliser ses deux gardiens dans la situation de deux matchs en deux jours. Le Canadien accueillera les Sénateurs d’Ottawa, mercredi.

Le défenseur Otto Leskinen participera à un troisième match d’affilée depuis son rappel du Rocket de Laval la semaine dernière. L’attaquant Riley Barber, rappelé dimanche, sera aussi en uniforme et jouera un premier match dans la LNH depuis le 28 février 2017, quand il portait les couleurs des Capitals de Washington.