Les Dinos de Calgary battent les Carabins de l’UdeM et remportent la Coupe Vanier

Grant McDonald, des Dinos de Calgary, plaque le joueur des Carabins Ryth-Jean Giraud.
Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne Grant McDonald, des Dinos de Calgary, plaque le joueur des Carabins Ryth-Jean Giraud.

L’attente aura été longue pour les Dinos de l’Université de Calgary. Mais la satisfaction de la victoire en finale du championnat canadien de football universitaire n’en est que plus grande.

Les Dinos ont vaincu les Carabins de l’Université de Montréal 27-13, samedi après-midi, devant une modeste foule de 8376 spectateurs au stade Telus de l’Université Laval pour mettre la main sur la cinquième coupe Vanier de l’histoire de l’institution, mais une première depuis 1995.

Le quart-arrière étoile Adam Sinagra, originaire de Pointe-Claire, considéré par plusieurs comme le meilleur à sa position au pays, ne pouvait demander mieux pour conclure sa carrière au football universitaire.

« Nous avons joué ce match pour le gagner. Nous nous sommes bagarrés toute l’année pour nous rendre ici et je suis très fier de mes coéquipiers, s’est exclamé Sinagra, nommé le joueur par excellence du match. Un championnat gagné dans ma province, c’est la meilleure façon de finir ma carrière universitaire. »

L’ancien du collège John Abbott a complété 22 de ses 28 passes pour des gains de 292 verges. Son receveur préféré, Jalen Philpot, a capté quatre ballons pour 116 verges.

Les Dinos ont souvent été de la coupe Vanier depuis 1995, mais, à chaque fois, la victoire leur a échappé. Ils se sont notamment inclinés trois fois aux mains du Rouge et Or de l’Université Laval (2016, 2013 et 2010).

« Les gars ont travaillé tellement fort depuis si longtemps, a d’ailleurs reconnu l’entraîneur-chef Wayne Harris. Nos vétérans ont montré beaucoup de leadership pendant toute la saison. Je ne peux demander davantage de cette équipe. »

Harris a reconnu que Sinagra avait assumé son rôle de chef de file. « Il a très, très bien joué. Il nous a offert tellement de bons matchs en carrière. Mais là, il s’agit du plus important à son dernier avec nous. »

Plus opportunistes

Chez les Carabins, sacrés champions en 2014, on était conscient que le match s’est joué à peu de chose.

« Il ne nous manquait pas grand-chose, peut-être un jeu de plus ou deux, a commenté l’entraîneur-chef Danny Maciocia. Si on garde la possession du ballon sur ces jeux, c’est possible d’aller chercher des points dans la zone payante. » « Ils ont été un peu plus opportunistes que nous. Il faut leur donner le crédit, c’était la meilleure équipe aujourd’hui. »

Dimitri Morand a dirigé l’attaque des Carabins, en l’absence de Frédéric Paquette-Perreault, blessé, qui n’était même pas en uniforme. Le quart de troisième année a complété 21 de ses 38 passes pour des gains de 278 verges. Il a été victime de quatre sacs et d’une interception.

« Ils ont bien géré les zones profondes, a analysé Morand, qui a souvent eu à composer avec la pression de l’imposant no 90 (J-Min Pelley). Dès le début, nous avons été capables d’imposer le jeu au sol. Mais ils se sont ajustés. Au bout du compte, ils ont réussi plus de jeux que nous. »

L’excellente défensive des Carabins a aussi perdu tôt dans le match deux de ses meneurs, le secondeur Jean-Philippe Levesque et le demi-défensif Marc-Antoine Dequoy.

Brian Harelimara, appelé à prendre la place du Levesque, a réussi une interception, mais il a lui aussi reconnu le brio de Sinagra. « Il a placé le ballon où il le fallait. Et ses receveurs ont fait les jeux qu’ils devaient faire. Le no 5 (Jalen Philpot) est tout un joueur. »

Pénalité coûteuse

Les Dinos se sont emparés d’une priorité de 20-10 au début du quatrième quart losque Hunter Karl a capté une passe de neuf verges. Cette séquence couronnait une poussée de 10 jeux sur 87 verges.

Ils ont ajouté un touché dans la dernière minute du match grâce à une course d’une verge de Robinson Rodrigues.

Une pénalité de 15 verges pour obstruction au demi-défensif Claude-Adler Joseph au quatrième quart a finalement coûté cher aux Carabins. Elle a permis aux Dinos de poursuivre leur séquence qui a mené au majeur Karl.

Morand, avait pourtant entrepris la deuxième demie avec aplomb. L’offensive montréalaise a repris le ballon à sa ligne de 27 après le retour du botté d’envoi, Morand a complété ses quatre premières passes, dont un jeu de 45 verges à Ryth-Jean Giraud. Mais ils ont finalement dû se contenter d’un placement de 27 verges de Simoneau.

Stratégie audacieuse

Les Dinos ont rapidement pris les devants 6-0 au début du deuxième quart grâce à deux placements de Niko DiFonte, des réussites de 23 et 38 verges.

La tâche des Dinos a été facilitée par le fait que les Carabins n’ont pas obtenu de premier essai avant leur troisième séquence offensive. Mais les Montréalais ont alors fait preuve d’audace.

À la ligne de 37 des Dinos et un troisième essai, ils ont feint une tentative de placement, mais Raphaël Major-Dagenais a plutôt complété une passe de 11 verges à Bruno Lagacé pour permettre à l’attaque de se poursuivre.

Six jeux plus tard, le demi Reda Malki a franchi une verge pour le majeur et offert brièvement l’avance 7-6 aux Carabins, à la suite de la transformation de Louis-Philippe Simoneau.

Les Dinos ont aussitôt répliqué grâce à la combinaison Sinagra-Philpot. Une première passe de 38 verges au receveur a permis aux Dinos de s’installer dans le territoire montréalais. Quatre jeux plus tard, Sinagra a rejoint sa cible préférée dans la zone des buts, un jeu de 13 verges.