Danny Maciocia et les Carabins sont prêts pour les Axemen d’Acadia

Les Carabins se rendront au Raymond Field samedi pour tenter de remporter la coupe Uteck face aux Axemen, champions de l’association de l’Atlantique.
Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne Les Carabins se rendront au Raymond Field samedi pour tenter de remporter la coupe Uteck face aux Axemen, champions de l’association de l’Atlantique.

Après une grosse victoire face au Rouge et Or de l’Université Laval, une autre grosse commande attend les Carabins de l’Université de Montréal : les Axemen d’Acadia.

Les Carabins (6-2) se rendront au Raymond Field samedi pour tenter de remporter la coupe Uteck face aux Axemen (8-0), champions de l’association de l’Atlantique. La troupe de Danny Maciocia a obtenu son billet pour cette demi-finale du football universitaire canadien en battant le Rouge et Or 25-10, samedi dernier, au stade Telus.

« Est-ce que je m’attendais à un écart de 15 points ? Non, mais je pensais que si nous jouions un bon match, nous pourrions l’emporter, a indiqué Maciocia en entrevue avec La Presse canadienne plus tôt cette semaine. »

« J’ai parlé tout au long de la semaine de faire attention aux détails et d’être opportunistes, et nous avons réussi à le faire. Nous avons probablement pris quelques punitions de trop — une qui a mené au touché du Rouge et Or —, mais nous avons été opportunistes, avec un botté bloqué et une interception sur un jeu truqué. Ça nous a aidés. Nous n’avons pas accordé de sac non plus, alors que dans le dernier match contre eux, ils en avaient réussi sept. »

Maciocia et les Carabins n’ont pas célébré cette victoire très longtemps : ils savent que le défi que représentent les Axemen est de taille.

« C’est une équipe mieux classée que nous et qui n’a pas subi la défaite cette année. Ils ont plusieurs bonnes armes : un bon quart-arrière [Hunter Guenard], tout un porteur de ballon [Dale Wright], de bons receveurs et une grosse ligne à l’attaque. »

« Défensivement, ils alignent le joueur par excellence de l’association, le secondeur Bailey Feltmate, ainsi que le joueur de ligne défensive Thomas Grant, un choix du Rouge et Noir d’Ottawa au dernier repêchage. C’est une équipe qui est bien dirigée [par l’entraîneur-chef Jeff Cummins]. Il faudra jouer du football de haut niveau si on veut gagner ce match-là. »

L’ambiance risque d’être électrisante au domicile des Axemen, qui tente d’atteindre la grande finale du football canadien pour la première fois depuis 1981. Jadis une puissance du football canadien — les Axemen ont atteint la Coupe Vanier en 1976, 1977, 1979 et 1981, remportant les deux dernières éditions — la formation de l’Atlantique souhaitera mettre fin à la domination des universités québécoises, qui ont envoyé un représentant en finale chaque année depuis 2010.

« Ce n’est pas hostile comme au CEPSUM ou au stade Telus, mais ils joueront à guichets fermés, a dit Maciocia au sujet du Raymond Field. Il y aura beaucoup d’ambiance et ils aimeraient sûrement mettre fin à cette tendance d’atteindre les demi-finales et de ne pas passer à l’étape suivante. »

Les vainqueurs se rendront au stade Telus de l’Université Laval la semaine suivante pour la grande finale du football universitaire canadien. Ils affronteront les Marauders de McMaster ou les Dinos de l’Université de Calgary, qui s’affronteront samedi pour l’obtention de la coupe Mitchell.