Ryan Poehling a besoin de plus de temps de jeu et de jouer au centre

La rétrogradation de Poehling (photo) coïncide aussi avec le retour en santé de Kotkaniemi.
Photo: Graham Hughes La Presse canadienne La rétrogradation de Poehling (photo) coïncide aussi avec le retour en santé de Kotkaniemi.

Ryan Poehling l’avait mal pris quand il a été rétrogradé par le Canadien de Montréal au terme du camp d’entraînement. Il était peut-être encore déçu mardi soir, quand il a été cédé pour une deuxième fois au Rocket de Laval, mais il a été moins pris par surprise cette fois-ci, selon ce qui a été rapporté par le Réseau des sports.

Après avoir hérité de la place de Jesperi Kotkaniemi au centre, de Paul Byron et Artturi Lehkonen à ses deux premières sorties, Poehling a été placé à l’aile gauche sur le quatrième trio. Son temps de jeu n’a jamais atteint les 10 minutes, atteignant son point le plus bas à 7:50 face aux Blue Jackets de Columbus, mardi soir.

« Pour un jeune, ça doit être plus haut que ça, a rappelé le directeur général du Canadien, Marc Bergevin, mercredi. Ça ne veut pas dire qu’il ne reviendra pas bientôt. Mais nous avions l’occasion de l’envoyer à Laval pour qu’il joue des matchs et qu’il passe plus de minutes sur la patinoire. »

Poehling avait connu des débuts éclatants dans la LNH avec une soirée de trois buts, plus un filet vainqueur en tirs de barrage, face aux Maple Leafs de Toronto en clôture de la dernière campagne. Cette fois, il n’a pas noirci la feuille de pointage au cours de ses quatre sorties. Il a décoché deux tirs au but, bloqué trois tirs et appliqué quatre mises en échec.

Bergevin a insisté pour dire que Poehling n’avait pas été avantagé en se retrouvant à l’aile, une position qui ne lui est pas naturelle.

« C’est toujours plus facile pour un centre de jouer à l’aile, je suis d’accord, mais pour un centre qui n’a jamais joué dans la Ligue nationale, de le mettre à l’aile, c’est plus difficile, a dit Bergevin. Je suis prêt à faire preuve de compréhension avec Ryan, parce que je sais qu’il a joué à l’aile gauche et que ce n’est pas sa position habituelle. Avec le temps, il va jouer au centre, mais il a besoin de millage et c’est pour ça qu’il est à Laval en ce moment. »

Phillip Danault a disputé 160 matchs dans la Ligue américaine avec les IceHogs de Rockford avant de réussir à s’établir à temps plein dans la LNH. Il sait à quel point il peut être difficile pour un jeune d’être rétrogradé dans les mineures.

« Je me souviens, j’avais disputé deux matchs à Edmonton et Vancouver [en novembre 2014], puis j’avais été renvoyé, a raconté Danault. J’avais demandé à Stan [Bowman, le directeur général des Blackhawks de Chicago] si j’allais revenir rapidement. Il m’avait dit oui, mais je n’ai pas été rappelé pendant le reste de la saison ! »

Malgré cette anecdote, Danault estime que le temps passé par Poehling chez le Rocket ne peut que lui être bénéfique.

« Il y a tellement de choses à apprendre, surtout pour un centre qui a d’énormes responsabilités, a-t-il dit. Tu baisses la garde pendant une seconde et la rondelle est dans le fond de ton filet. Il faut en profiter pour aller gagner en confiance et en constance pour ensuite amener ça avec soi dans la LNH. »

La rétrogradation de Poehling coïncide aussi avec le retour en santé de Kotkaniemi. Si jamais un attaquant du Canadien devait tomber au combat dans les prochains matchs, il ne serait pas étonnant que l’Américain âgé de 20 ans revienne rapidement avec le grand club.