Les Carabins renversent le Rouge et Or 25-10 en finale de la Coupe Dunsmore

En 2014, les Carabins avaient déjà battu le Rouge et Or 12-9 au stade Telus. Un an plus tard, ils leur avaient fait le coup une nouvelle fois, l’emportant 18-16.
Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne En 2014, les Carabins avaient déjà battu le Rouge et Or 12-9 au stade Telus. Un an plus tard, ils leur avaient fait le coup une nouvelle fois, l’emportant 18-16.

Menés par une défensive étanche et par une solide prestation du quart Frédéric Paquette-Perrault, les Carabins de l’Université de Montréal ont défait le Rouge et Or de l’Université Laval par la marque de 25-10 en finale de la Coupe Dunsmore du football universitaire québécois, samedi au stade Telus.

Ce n’est que la troisième victoire des Carabins à la coupe Dunsmore, et elles ont toutes été inscrites dans la même enceinte sportive. En 2014, les Carabins avaient battu le Rouge et Or 12-9 au stade Telus. Un an plus tard, ils leur avaient fait le coup une nouvelle fois, l’emportant 18-16.

Cette année, ils ont interrompu la séquence de trois victoires des joueurs de Greg Constantin à la Coupe Dunsmore, en étouffant pendant les trois premiers quarts une attaque qui avait accumulé 301 points en huit matchs en saison régulière.

« On a commis des erreurs et les Carabins en ont profité, a dit l’entraîneur-chef du Rouge et Or, Glen Constantin. Dans les circonstances, on s’est battu jusqu’à la fin et je suis fier de l’effort des gars malgré tout. » Cette victoire des Carabins fait aussi en sorte que la finale de la Coupe Vanier, le 23 novembre, se tiendra au stade Telus sans le Rouge et Or.

Paquette-Perrault a lancé deux passes de touché en première demie à Kevin Kaya et à Ryth-Jean Giraud. L’autre majeur des Carabins a été l’oeuvre de Marc-Antoine Dequoy sur un retour d’interception de 85 verges au troisième quart. La troupe de Danny Maciocia a ajouté un placement et deux simples.

Le seul touché du Rouge et Or est venu au quatrième quart à la suite d’une passe de trois verges de Thomas Bolduc à Jonathan Breton-Robert. David Côté a ajouté un placement de 36 verges au premier quart.

En finale de la Coupe Uteck, samedi prochain, les Carabins affronteront les Axemen d’Acadia, qui ont facilement défait les Gaiters de l’Université Bishop 31-1 en finale de l’Association du sport interuniversitaire de l’Atlantique. Le match aura lieu au domicile des Axemen, à Wolfville, en Nouvelle-Écosse.

«[Samedi] c’est bien de célébrer, mais le travail est loin d’être terminé, a dit Maciocia. Il nous reste encore deux gros matchs afin de pouvoir dire mission accomplie. Les Axemen sont invaincus cette saison, alors ce sera tout un défi.»

Les Carabins s’imposent

Après avoir été limités à quatre jeux et deux bottés de dégagement lors de leurs deux premières séries à l’attaque, les Carabins ont réussi à percer la défensive du Rouge et Or à leur troisième opportunité. Et d’impressionnante manière.

Une course de 20 verges et des passes précises de Paquette-Perrault ont mené au premier touché du match, une passe de 26 verges à Kaya, complètement oublié dans la zone des buts. Ce touché est venu couronner une poussée de 94 verges en neuf jeux, le tout en un peu plus de cinq minutes.

Après le placement de Côté qui permettait au Rouge et Or de s’approcher à quatre points, les Carabins ont orchestré une autre poussée productive au début du deuxième quart, celle-là de 75 verges en six jeux qui s’est terminée par une passe de touché de dix verges à Giraud qui portait la marque 14-3.

Les Carabins ont ajouté deux simples avant la fin de la demie, un sur un placement raté de Louis-Philippe Simoneau et l’autre à la suite d’un botté de dégagement d’Alan Penverne.

Après un placement de 33 verges de Simoneau au début du troisième quart, les Carabins ont semé le désarroi parmi les partisans du Rouge et Or.

Dequoy a transformé une feinte de placement du Rouge et Or en spectaculaire touché de 85 verges pour les Carabins en interceptant une passe de Zack Fitzgerald, un demi défensif qui jouait le rôle de teneur, avant de longer la ligne de côté jusque vers la zone payante.

Malgré une attaque plus incisive au quatrième quart, le Rouge et Or a manqué de temps et n’a pu combler l’imposant recul.

« [Les Carabins] ont fait des gros jeux aux bons moments, a mentionné le coordonnateur défensif du Rouge et Or, Marc Fortier. Ils ont profité de nos erreurs de communication, et leurs gros joueurs ont excellé dans les moments opportuns. »