Brendan Gallagher a craint le pire quand il a été atteint à la main gauche

Brendan Gallagher avait raté 17 rencontres en 2015-2016 en raison de fractures à deux doigts de la main gauche.
Photo: Stephane Dube Getty Images Agence France-Presse Brendan Gallagher avait raté 17 rencontres en 2015-2016 en raison de fractures à deux doigts de la main gauche.

Brendan Gallagher a eu très peur quand il a été atteint à la main gauche par un tir de Torey Krug en troisième période face aux Bruins de Boston mardi.

Gallagher était « en beau fusil » après l’incident et avait vite retraité au vestiaire. Après tout, c’est en raison de blessures à cette main qu’il a dû s’absenter le plus souvent dans sa carrière.

L’attaquant du Canadien avait raté 17 rencontres en 2015-2016 en raison de fractures à deux doigts de la main gauche. La saison suivante, il avait raté 18 parties en raison d’une fracture de la main gauche.

« Cette fois, c’était la première fois que j’étais atteint sur le dessus de la main, a raconté Gallagher mercredi. C’était une sensation différente. J’ai eu mal pendant un moment, mais une fois dans le vestiaire, la douleur a commencé à passer. J’ai subi un examen aux rayons X. Il n’y avait rien. J’ai pu revenir au banc à temps pour célébrer le but de “Benny” [Chiarot]. C’est bizarre comment je suis toujours atteint à la même place. »

L’attaquant Ryan Poehling et le défenseur Jeff Petry ont aussi quitté brièvement la rencontre face aux Bruins en deuxième période. Poehling et Gallagher étaient sur la patinoire lors de l’entraînement mercredi. Petry était en journée de traitements, tout comme les vétérans Shea Weber et Carey Price.

L’entraîneur-chef du Canadien, Claude Julien, a confirmé que Petry sera à son poste jeudi face aux Flyers de Philadelphie.

Kotkaniemi de retour face aux Flyers ?

Julien a été moins clair quand il a été questionné au sujet de la disponibilité de Jesperi Kotkaniemi face aux Flyers. Le Finlandais âgé de 19 ans a raté les trois derniers matchs du Tricolore en raison d’une blessure à l’aine.

« Il va faire le voyage. Ensuite, nous verrons, a dit Julien. C’était son premier entraînement avec l’équipe ce matin [mercredi]. Nous verrons comment il se sent. Les médecins auront leur mot à dire concernant l’évolution de sa rééducation. Nous prendrons ensuite une décision. »

De son côté, Kotkaniemi, qui a été limité à deux buts et une aide en 12 matchs cette saison, n’a pas voulu se servir de son problème à l’aine comme excuse — un problème qu’il a traîné pendant un certain temps avant de l’aggraver face aux Coyotes de l’Arizona. Kotkaniemi a toutefois admis que la blessure avait affecté un peu son coup de patin, mais il espère maintenant que la pause lui aura été bénéfique.

« J’ai profité d’un peu de repos. Je me sens reposé et je suis prêt à jouer », a-t-il résumé.

Déjà la fin du duo Chiarot-Weber ?

Puisque Weber et Petry n’ont pas foulé la glace du Complexe sportif Bell, il a été impossible de savoir si Weber et Chiarot allaient de nouveau faire la paire face aux Flyers.

Après la victoire de 5-4 face aux Bruins, Julien avait noté qu’ils avaient été réunis dans l’objectif de compter sur un duo plus défensif et physique pour affronter le trio numéro un de l’adversaire.

Les Flyers n’ont pas un trio comme celui de Patrice Bergeron chez les Bruins. Les éléments offensifs sont éparpillés au sein des trois premières unités. Julien n’a pas voulu dévoiler ses intentions.

« Nous allons le revoir cette saison, c’est certain, a-t-il dit au sujet de ce duo. Je ne peux pas dire quand. Je n’ai pas décidé des duos pour demain [jeudi]. »

« Quand vous regardez [Alex] Ovechkin à Washington, c’est un trio pesant. Ce sont des choses que nous voulons faire contre des gros trios comme celui-là. Nous avons eu un bon exemple [mardi] de ce que ça peut donner. Weber et Chiarot ont fait du bon travail », a conclu Julien.