Lewis Hamilton peut désormais viser les sept titres de Schumacher

Lewis Hamilton a qualifié 2019 de l’un de ses championnats les plus difficiles jusqu’ici.
Photo: Mark Thompson Getty Images Agence France-Presse Lewis Hamilton a qualifié 2019 de l’un de ses championnats les plus difficiles jusqu’ici.

Un par un, Lewis Hamilton a doublé les grands pilotes de l’histoire de la Formule 1. Sauf un.

Et maintenant, Hamilton se rapproche rapidement de l’héritage du grand Michael Schumacher. Ses chances de le rattraper, que l’on croyait autrefois impossibles, semblent désormais très bonnes.

Hamilton a remporté le sixième championnat de sa carrière, dimanche, en terminant deuxième au Grand Prix des États-Unis.

Le sixième titre de Hamilton, son cinquième depuis 2014, a permis au pilote britannique de devancer l’Argentin Juan Manuel Fangio, le « Parrain » de la Formule 1, qui a remporté cinq titres dans les années 1950. Hamilton est maintenant seul derrière Schumacher.

« C’est un honneur de figurer avec ces grands », a déclaré Hamilton.

Et il y a peut-être urgence pour Hamilton de tenter de rejoindre Schumacher.

Bien qu’il ait déclaré qu’il resterait probablement avec Mercedes après l’expiration de son contrat actuel en 2020, il est âgé de 34 ans et l’un des plus vieux pilotes du plateau. La Formule 1 modifiera ses règlements en 2021 avec l’espoir qu’ils relanceront l’intérêt et la rivalité avec des modifications techniques aux voitures et un budget limité pour contraindre les grandes équipes comme Mercedes, Ferrari et Red Bull.

Et si Mercedes a remporté six titres consécutifs des constructeurs dans la foulée des succès d’Hamilton, Ferrari et Red Bull ont suffisamment progressé pour que beaucoup voient un championnat plus ouvert dès l’année prochaine.

Beaucoup ont cru la même chose en 2019, mais Hamilton et Mercedes ont encore une fois pris le dessus. Hamilton compte 10 victoires cette saison, un total qui le place tellement devant son coéquipier Valtteri Bottas qu’il n’avait besoin que de terminer huitième ou mieux à Austin pour s’assurer le titre.

Hamilton a sans doute eu la vie facile ces trois dernières années. En 2017 et 2018, il a remporté ses titres à Mexico lors de courses où il n’a même pas terminé sur le podium.

Il a remporté le titre dimanche, même s’il est passé à côté d’une victoire qui aurait pu mettre un point d’exclamation au championnat. Hamilton aurait pu prendre les choses tranquillement, mais il a plutôt choisi de se mêler à la lutte pour la victoire lorsqu’il est passé du cinquième au troisième rang dès le premier tour. Il s’est plus tard hissé en tête et y est resté jusqu’à ce que Bottas le dépasse dans les derniers tours.

« Vous pouvez voir à quel point Lewis est toujours motivé. Il veut remporter chaque course et obtenir le meilleur résultat possible », a mentionné le directeur de l’équipe Mercedes, Toto Wolff.

Hamilton a remporté son premier championnat à 23 ans chez McLaren en 2008, gagnant par un point grâce à un dépassement au dernier virage du dernier tour lors de la dernière course au Brésil. Il n’en a pas gagné un autre avant de se joindre à Mercedes.

La domination immédiate de Mercedes depuis l’ère des moteurs hybrides a amené certains à se demander si c’était la voiture ou le pilote qui remportait les titres.

Mais Hamilton a été le pilote aux commandes de ces missiles argentés sur les circuits et sa parfaite maîtrise en a réduit plusieurs au silence. Il a relevé le défi posé par son ancien coéquipier Nico Rosberg en 2014 et 2015, puis a tenu tête à Sebastian Vettel de Ferrari en 2017 et 2018.

Les discussions autour du record de sept titres de Schumacher ont commencé en 2017, quand Hamilton a égalé les quatre titres de Vettel. Après la course dimanche, Vettel s’est rendu dans la salle de repos après la course pour offrir une poignée de main et une accolade à Hamilton.

Hamilton a qualifié 2019 de l’un de ses championnats les plus difficiles jusqu’ici. Il a pris le départ de la position de tête seulement à quatre reprises et a signé seulement deux victoires dans ces circonstances. Il a également fait allusion au décès en mai de son ami et ancien champion de F1 Niki Lauda, qui a été président non exécutif de l’équipe Mercedes et qui jouait un rôle important dans le garage de l’équipe.

« Il me manque tellement. Aujourd’hui, il aurait enlevé sa casquette. Je n’aurais pas pu le faire sans Niki », a reconnu Hamilton.

Maintenant, la chasse au record de Schumacher est vraiment lancée. Hamilton veut juste lever le pied pendant quelques jours ou quelques mois.

« Rejoindre Michael n’a jamais été un objectif pour moi, a juré Hamilton. Je pensais vraiment que me rapprocher de Michael était tellement irréaliste. Je me souviens d’avoir eu un seul titre [championnat] pendant une longue période et ça semblait si loin. Désormais, ça semble à la fois si proche et néanmoins si éloigné.  Et je ne veux pas trop focaliser sur le fait d’essayer d’égaler les sept titres de Michael, car pour le moment, je veux profiter du moment présent », a conclu Hamilton.