Brett Kulak s’est racheté à son retour au jeu

Le poste de Kulak au sein de la formation du Canadien n’a jamais été remis en cause au cours du camp.
Photo: Christopher Katsarov La Presse canadienne Le poste de Kulak au sein de la formation du Canadien n’a jamais été remis en cause au cours du camp.

Brett Kulak a pris des notes en regardant deux matchs sur la passerelle. Cale Fleury espère avoir l’occasion d’appliquer ce qu’il a appris en faisant la même chose.

Kulak et Fleury ont fait la paire lors des deux premières parties du Canadien cette saison, avant d’être écartés lors des deux suivantes. Ils avaient affiché un différentiel combiné de moins-3 face aux Hurricanes de la Caroline et aux Maple Leafs de Toronto et l’entraîneur Claude Julien avait affirmé la semaine dernière que Kulak avait connu de « grosses difficultés » lors de ces deux matchs.

Samedi face aux Blues de Saint Louis, Kulak a réintégré la formation et a joué en compagnie de Jeff Petry, son partenaire dans le dernier droit l’hiver dernier. Il a terminé la soirée avec un différentiel de plus-2.

« C’était agréable de travailler à nouveau ensemble, a dit Kulak. Plus le match avançait, plus nous étions à l’aise pour relancer l’attaque et patiner ensemble. Je pense que nous avons fait du bon travail pour limiter les chances de [Vladimir] Tarasenko, [Brayden] Schenn et [Jaden] Schwartz en les gardant loin du filet. »

Le poste de Kulak au sein de la formation du Canadien n’a jamais été remis en cause au cours du camp. Il a été laissé de côté seulement trois fois l’hiver dernier, après qu’il eut disputé un premier match le 23 novembre.

Le défenseur âgé de 25 ans a admis que sa confiance aurait pu être ébranlée quand il a été retiré de la formation pour les matchs contre les Sabres de Buffalo et les Red Wings de Detroit la semaine dernière. Il en a plutôt profité pour retourner à la table à dessin.

« C’est une occasion de prendre un peu de recul et de regarder les matchs sous un autre angle, a dit Kulak. Quand vous regardez les matchs à partir de la passerelle, ça vous rend fous de voir l’équipe jouer sans vous, mais vous pouvez aussi prendre des notes. »

« J’en ai aussi profité pour réviser mes matchs précédents avec une autre perspective. »

Après le match face aux Blues, Julien avait mentionné que Kulak avait peut-être ressenti une pression supplémentaire en jouant avec Fleury, qui est âgé de 20 ans. Le principal intéressé a réfuté cette théorie, rendant plutôt hommage à son jeune coéquipier.

« Il est un joueur mature qui est capable de tenir son bout, a dit Kulak au sujet de Fleury. Si nous avons l’occasion de jouer à nouveau ensemble, j’espère pouvoir mieux l’appuyer. »

De son côté, Fleury attend toujours l’occasion de se racheter. Il a aussi noté qu’il souhaitait tirer le maximum des matchs regardés sur la passerelle, mentionnant que l’action semblait se dérouler plus lentement de là-haut que sur la patinoire.

« Je ne me sentais pas trop dépassé par les événements, surtout lors du premier match, a dit Fleury en revenant sur ses premiers pas dans la LNH. Je dois faire des jeux simples et bien les exécuter. »

Puisque le Canadien compte huit défenseurs en santé dans sa formation, Julien a indiqué qu’il n’était pas impossible de voir Fleury être rétrogradé au sein du Rocket de Laval, dans la Ligue américaine de hockey.

« S’il ne joue pas ici, nous pouvons le rétrograder puis le rappeler, a mentionné Julien. C’est l’avantage quand un joueur n’a pas à être soumis au ballottage et que le club-école est proche. »

« Nous parlons continuellement avec [Fleury]. Il doit continuer à avoir du plaisir sur la glace et à travailler fort à l’entraînement, a ajouté Julien. Les choses peuvent changer rapidement. […] Il s’est retrouvé au sein d’un duo qui en a arraché. L’autre joueur a bien fait avec un nouveau partenaire. Ça ne veut pas dire que ce ne sera pas le tour [à Fleury] éventuellement. »