Deux premiers matchs encourageants pour le Canadien et pour Drouin

Après la rencontre face aux Hurricanes, l’entraîneur-chef Claude Julien avait affirmé que les équipes avaient joué à un rythme digne des séries. Mais le Canadien devra toutefois continuer de peaufiner son jeu.
Photo: Graham Hughes La Presse canadienne Après la rencontre face aux Hurricanes, l’entraîneur-chef Claude Julien avait affirmé que les équipes avaient joué à un rythme digne des séries. Mais le Canadien devra toutefois continuer de peaufiner son jeu.

Tout n’a pas été parfait lors des deux premiers matchs du Canadien, mais la formation montréalaise a néanmoins lancé sa saison du bon pied en récoltant trois points sur une possibilité de quatre.

À travers la LNH, les buts sont nombreux et le Tricolore n’a pas été la seule équipe à réussir une remontée spectaculaire comme celle de samedi, quand il a effacé un déficit de trois buts en troisième période avant de vaincre les Maple Leafs de Toronto 6-5 en fusillade. Il avait aussi comblé un retard de deux buts en ouverture de campagne face aux Hurricanes de la Caroline, avant de s’incliner 4-3 en tirs de barrage.

Le Canadien a été l’une des équipes les plus tenaces du circuit l’hiver dernier, se classant à égalité au troisième rang avec les Sabres de Buffalo avec sept victoires quand il se retrouve en arrière au score après 40 minutes de jeu. Pour une équipe qui veut bâtir sur la saison précédente, le Canadien semble déjà en mesure d’afficher la même attitude.

« Nous avions une bonne énergie en fin de saison quand nous nous battions pour faire les séries, a mentionné Jonathan Drouin. Je pense que nous avons ramené ça pendant le camp et les premiers matchs de la saison. »

Après la rencontre face aux Hurricanes, l’entraîneur-chef Claude Julien avait affirmé que les équipes avaient joué à un rythme digne des séries. L’énergie déployée en troisième période face aux Maple Leafs a aussi été impressionnante.

Le Canadien devra toutefois continuer de peaufiner son jeu. Carey Price a souvent été laissé à lui seul lors des deux premiers matchs.

« Le rythme était beaucoup plus rapide que lors du calendrier préparatoire et il faut s’habituer à jouer ensemble à ce rythme-là, a noté le défenseur Jeff Petry. Avec le temps, certaines erreurs devraient disparaître de notre jeu.

« Nous devons travailler en unité de cinq pour couper les jeux et réduire l’espace dans la zone. Nous devons nous assurer que, si l’équipe adverse tente des tirs, alors ils vont venir de la périphérie et non de l’enclave. »

Drouin retrouve le sourire

Le Canadien a aussi confirmé que sa force à l’attaque sera sa profondeur. Après avoir commencé le match au sein du quatrième trio, Paul Byron a été l’une des bougies d’allumage quand il s’est retrouvé en compagnie de Drouin et Max Domi.

De son côté, Drouin a été l’un des meilleurs attaquants de l’équipe, faisant vite oublier un camp d’entraînement qui avait soulevé plusieurs points d’interrogation.

« Je me sens bien. Notre trio jouait bien. Je patine plus aux alentours de la rondelle, ce qui est l’une des choses que je voulais faire après avoir regardé les vidéos cet été, a raconté Drouin. Je me sens plus impliqué dans toutes les facettes du jeu. Je l’ai fait pendant deux matchs. Maintenant, il faut continuer. »

Julien a quant à lui relevé l’aspect psychologique du travail effectué avec Drouin au cours des dernières semaines, voire des derniers mois.

« Il a trouvé son intensité, son côté compétiteur, a analysé Julien. C’est souvent une question psychologique. Il doit apprendre à gérer la pression qui vient quand vous jouez dans votre province natale.

« Il veut bien faire, pas seulement à cause de cette pression, mais aussi pour ses coéquipiers. Parfois, ça prend du temps à cliquer. Nous sommes là pour l’aider, pour l’encourager. Nous tentons de le défendre, parce que nous savons ce qui se passe dans sa tête. Il commence à trouver son jeu et nous espérons le voir continuer dans cette direction. Je suis content de ce qu’il a accompli lors des deux premiers matchs. »

Par ailleurs, l’attaquant Nick Cousins est ennuyé par une blessure au bas du corps. Il a patiné brièvement sur la glace du Complexe sportif Bell lundi matin avant de retraiter au vestiaire. L’équipe a ensuite annoncé la nouvelle.

Âgé de 26 ans, Cousins a été laissé de côté lors des deux premiers matchs du Tricolore cette saison. Il a signé un contrat d’une saison d’une valeur d’un million de dollars avec le Canadien le 5 juillet.