La tâche sera ardue pour Andreescu en finale, dit son entraîneur

«J’espère fortement, et je suis assez confiant, que [Bianca Andreescu] se présentera dans l’enceinte demain, les deux pieds bien ancrés, et qu’elle se donnera à fond, a déclaré son entraîneur, Sylvain Bruneau. [Mais] évidemment, il y a une autre joueuse sur le court qui aura son mot à dire.»
Photo: Matthew Stockman Getty Images Agence France-Presse «J’espère fortement, et je suis assez confiant, que [Bianca Andreescu] se présentera dans l’enceinte demain, les deux pieds bien ancrés, et qu’elle se donnera à fond, a déclaré son entraîneur, Sylvain Bruneau. [Mais] évidemment, il y a une autre joueuse sur le court qui aura son mot à dire.»

L’entraîneur de Bianca Andreescu comprend pourquoi la Canadienne est perçue comme la négligée en prévision de son duel contre la légendaire Serena Williams, samedi, en finale du simple féminin des Internationaux de tennis des États-Unis.

« C’est certain que la mission est imposante, a reconnu Sylvain Bruneau vendredi. Avec ses résultats, sa résilience et tout le reste, je pense qu’elle a montré ce dont elle est capable cette année.

« Alors, oui, la tâche sera ardue demain. C’est certain qu’il s’agit de la plus lourde commande de sa jeune carrière. Mais elle est une guerrière, une batailleuse de rue. Elle veut compétitionner », a-t-il ajouté.

Williams compte 23 titres en carrière en tournois du Grand Chelem et un triomphe samedi lui permettra de rejoindre l’Australienne Margaret Court, qui détient le record de tous les temps.

En comparaison, Andreescu, une Ontarienne de 19 ans, en était à sa première présence dans le tableau principal des Internationaux des États-Unis cette année. Elle tentera de devenir la première athlète issue du Canada à remporter un tournoi du Grand Chelem en simple depuis le début de l’ère professionnelle.

« J’espère fortement, et je suis assez confiant, qu’elle se présentera dans l’enceinte demain, les deux pieds bien ancrés, et qu’elle se donnera à fond », a déclaré Bruneau.

« Évidemment, il y a une autre joueuse sur le court qui aura son mot à dire. Toutefois, je suis pas mal certain que Bianca sera en mesure de se présenter avec le bon état d’esprit. »

« Pas surpris »

Patrick Mouratoglou, l’entraîneur de Williams, a admis qu’il avait le pressentiment qu’Andreescu pourrait connaître du succès au dernier tournoi du Grand Chelem de la saison, après une campagne où elle s’est révélée et a signé des triomphes lors de deux tournois de haut niveau.

« Comme je l’ai dit avant le tournoi, on m’avait demandé d’identifier mes deux joueurs négligés et j’avais nommé Bianca et [Daniil] Medvedev », a confié Mouratoglou.

« Je ne suis pas surpris qu’elle soit parvenue là. Je m’attendais à la voir en finale et je pense qu’elle sera numéro 1 mondiale tôt. Je veux dire, pas trop tôt mais dans le futur, parce qu’elle a tout ce dont elle a besoin pour devenir numéro 1. »

Ce sera la deuxième finale entre Williams et Andreescu en un mois. À la Coupe Rogers à Toronto, Williams s’est retirée après 19 minutes de jeu, alors qu’elle était menée 3-1, à cause d’une blessure au dos.

« Elle a beaucoup d’outils dans son jeu. Elle a un arsenal complet, a analysé Moratoglou. L’aspect physique, le côté athlétique et le caractère. Elle semble incroyablement confiante. Elle a l’impression qu’elle est à sa place. C’est ce qu’elle dégage. »