Convention collective: la Ligue nationale de hockey opte pour le statu quo

Toutefois, «dans toute convention collective, les parties peuvent toujours identifier les dossiers avec lesquels elles ne sont pas satisfaites et qu’elles souhaiteraient voir modifiés», a déclaré le commissaire Gary Bettman.
Photo: Charles Krupa Associated Press Toutefois, «dans toute convention collective, les parties peuvent toujours identifier les dossiers avec lesquels elles ne sont pas satisfaites et qu’elles souhaiteraient voir modifiés», a déclaré le commissaire Gary Bettman.

La LNH a annoncé qu’elle ne va pas exercer l’option de rouvrir plus tôt la convention collective actuelle.

La ligue avait le droit de rouvrir l’entente jusqu’à dimanche, mais le circuit a informé l’Association des joueurs de la LNH de sa décision vendredi.

« En se basant sur l’état actuel du hockey et ses aspects financiers, la LNH estime qu’il est essentiel de continuer à poursuivre sur la lancée créée avec nos joueurs et, par conséquent, elle n’exercera pas son option de rouvrir la convention collective, a dit le commissaire Gary Bettman, par communiqué.

« Nous sommes plutôt prêts à ce que l’actuelle convention collective reste en vigueur pendant toute la durée de son mandat. »

Les joueurs ont jusqu’au 15 septembre pour décider s’ils veulent ou non se retirer des deux dernières années de l’entente, qui a été signée en 2013 et qui doit s’étendre jusqu’à la fin de la saison 2021-2022.

Dans un bref communiqué, l’Association des joueurs, à toutes fins utiles, s’est limitée à dire qu’elle va continuer d’en discuter avec ses membres, à l’approche de la mi-septembre.

Le contrat initial de 10 ans, signé après le dernier lockout, comprenait la clause de retrait au bout de huit ans pour les propriétaires et les joueurs.

Si les joueurs décident de se retirer, la ligue pourrait faire face à un autre arrêt de travail l’automne prochain.

Les joueurs de la LNH sont entrés en grève en 1992 et depuis, les propriétaires ont mis les joueurs en lockout en trois occasions.

Une partie de la saison 1994-1995 a été perdue à cause d’un lockout, tandis que toute la campagne 2004-2005 a été annulée.

L’entente actuelle a mis fin au lockout qui a réduit la saison 2012-2013 à 48 matchs.

« Dans toute convention collective, les parties peuvent toujours identifier les dossiers avec lesquels elles ne sont pas satisfaites et qu’elles souhaiteraient voir modifiés, a déclaré Bettman.

« Cependant, notre analyse montre clairement que les avantages de continuer à fonctionner conformément aux conditions actuelles — tout en travaillant avec les joueurs pour répondre à nos préoccupations respectives — l’emportent de loin sur les conséquences perturbatrices d’y mettre fin après la saison à venir. »