Maxence Parrot a eu raison du lymphome de Hodgkin qui l’affligeait

Pas question pour Maxence Parrot de prendre les choses tranquillement : la maladie l’a privé de sa passion, il met donc les bouchées doubles pour aller reconquérir son titre du Big Air aux X Games d’Oslo, qui se mettront en branle le 31 août.
Photo: Paul Chiasson La Presse canadienne Pas question pour Maxence Parrot de prendre les choses tranquillement : la maladie l’a privé de sa passion, il met donc les bouchées doubles pour aller reconquérir son titre du Big Air aux X Games d’Oslo, qui se mettront en branle le 31 août.

La voix au bout du fil ne laisse planer aucun doute : Maxence Parrot est à la fois soulagé et heureux. Le planchiste de 24 ans a annoncé mercredi avoir vaincu le lymphome de Hodgkin qui l’affligeait après six mois de traitements, dont 12 séances de chimiothérapie.

« Le fait de le voir écrit sur papier que je suis officiellement en rémission complète, c’est vraiment cool. Ça fait du bien. Ç’a été une grosse bataille, j’ai mis tout ce que j’ai, a-t-il déclaré à La Presse canadienne au cours d’un entretien téléphonique de chez lui, à Bromont. J’étais quand même assez confiant, parce qu’après un "scan" à mi-chemin des traitements, nous avions vu que 95 % des cellules cancéreuses avaient disparu. Dans ma tête, après avoir battu 95 % en trois mois, battre les cinq autres n’allait pas être difficile. »

Le médaillé d’argent en slopestyle aux Jeux olympiques de Pyeongchang, en Corée du Sud, a repris l’entraînement il y a deux semaines maintenant. Pas question pour lui de prendre les choses tranquillement : la maladie l’a privé de sa passion, il met donc les bouchées doubles pour aller reconquérir son titre du Big Air aux X Games d’Oslo, qui se mettront en branle le 31 août.

« Ça arrive très vite : dans cinq semaines. Mais j’aime relever de gros défis, a-t-il souligné. Mon but est d’aller en Norvège pas seulement pour participer, mais pour gagner. Je m’entraîne six jours par semaine, encore plus que l’année dernière, car j’en ai beaucoup à rattraper. Ça fait six mois que je suis “au repos”. C’est certain que j’ai perdu beaucoup de masse musculaire et de capacité cardiovasculaire. Je n’ai pas fait de planche depuis six mois et ça me fait du bien de bouger. J’ai beaucoup de plaisir à tenter de relever ce défi-là. »

Parrot souhaitait défendre son titre au Big Air en janvier dernier, mais le cancer est venu contrecarrer ses plans. Il a bel et bien l’intention de mettre la main sur le titre pour une cinquième fois, ce qui serait sa 10e médaille en tout aux X Games.

« Après quatre mois de chimio, les X Games d’Oslo ont été annoncés. C’est devenu ma motivation pour terminer mes traitements jusqu’au bout, a expliqué Parrot. Je voyais cela comme une occasion de disputer une compétition plus rapidement que prévu, car notre saison commence habituellement en novembre. »

Il ne croit pas que d’imposer un tel rythme d’entraînement à son corps soit néfaste.

« Je mets le paquet afin de me remettre en forme, alors c’est certain que je m’entraîne beaucoup. Tant et aussi longtemps que je n’aurai pas retrouvé ma forme d’avant, je vais m’entraîner. Toute mon attention est là-dessus. C’est certain qu’après les X Games, je me tournerai vers la saison qui vient et j’aurai deux à trois mois pour me préparer. Je ne pense pas tenir le même rythme d’entraînement, à moins que je ne ressente le besoin de le faire. Je n’ai jamais fait ça de cette façon auparavant, je crois donc que je vais ralentir la cadence par la suite. »

Parrot s’envolera pour la Suisse vers la mi-août afin de reprendre l’entraînement sur neige et de tenter de contrer au maximum les effets du décalage horaire. Il gagnera ensuite la Norvège le 28 août.

C’est la première fois qu’il retournera en Europe depuis qu’il a découvert une bosse dans son cou, en novembre dernier. Après avoir subi une biopsie, Parrot a connu le verdict le 21 décembre : lymphome de Hodgkin classique de stade IIA, ou stade précoce. Il souhaitait tout de même participer aux X Games de janvier avant d’entreprendre ses traitements, mais ses médecins lui ont expliqué qu’un cancer qu’on ne soigne pas est un cancer qui nous tue. Parrot a immédiatement changé ses plans.

Le lymphome de Hodgkin est un cancer relativement rare, selon Lymphome Canada. De manière générale, il représente environ 0,5 % des cancers et 15 % des lymphomes diagnostiqués. Chaque année au Canada, on diagnostique le lymphome de Hodgkin chez environ 900 personnes.

En 1960, un diagnostic comme celui qu’a reçu Parrot ne laissait présager une survie que dans 10 % des cas. Grâce à la recherche, le taux de survie se situe maintenant à 85 %.