Mondiaux de natation: le relais mixte canadien se qualifie pour Tokyo

Kylie Masse (sur la photo), Richard Funk, Maggie MacNeil et Yuri Kisil ont complété l’épreuve en trois minutes et 43,06 secondes, abaissant du même coup leur chrono des préliminaires et confirmant l’obtention de leur billet pour les JO.
Photo: Lee Jin-man Associated Press Kylie Masse (sur la photo), Richard Funk, Maggie MacNeil et Yuri Kisil ont complété l’épreuve en trois minutes et 43,06 secondes, abaissant du même coup leur chrono des préliminaires et confirmant l’obtention de leur billet pour les JO.

Le Canada a terminé en cinquième place de la finale du relais mixte mercredi aux Championnats du monde de natation de Gwangju, en Corée du Sud, obtenant ainsi son laissez-passer pour les Jeux olympiques de Tokyo en 2020.

Kylie Masse, Richard Funk, Maggie MacNeil et Yuri Kisil ont complété l’épreuve en trois minutes et 43,06 secondes, abaissant du même coup leur chrono des préliminaires et confirmant l’obtention de leur billet pour les JO.

« Je sais que nous avions remporté le bronze (dans cette discipline) il y a deux ans, mais nous n’étions pas vraiment à ce niveau ce soir, a admis MacNeil. Cependant, je suis très fière de nous, car nous avons qualifié l’équipe pour l’an prochain et c’est tout ce qui compte. »

L’épreuve a été remportée par l’Australie en 3:39,08, devant les États-Unis (3:39,10) et la Grande-Bretagne (3:40,68).

Plus tôt dans la journée, l’Ontarienne Penny Oleksiak s’est contentée de la sixième place en finale du 200 m libre.

Oleksiak a démarré sa course sur les chapeaux de roue en finale, tournant à 26,48 secondes après 50 mètres. Le peloton l’a cependant rattrapée, et la Torontoise âgée de 19 ans a complété la distance en 1:56,59.

« Penny a participé à sa première finale mondiale au 200 m libre, après avoir réussi un meilleur temps personnel en demi-finale, a rappelé le directeur de la haute performance et entraîneur national John Atkinson. Elle a démarré sa course en trombe ce soir et a fait preuve de volonté dans la façon dont elle l’a gérée. C’est très positif pour Penny. »

L’épreuve a été remportée facilement par Federica Pellegrini en 1:54,22 secondes. L’Italienne a devancé au muret l’Australienne âgée de 18 ans Ariarne Titmus, et obtenu du même coup sa quatrième médaille d’or dans cette épreuve.

Pellegrini a ainsi rejoint la Hongroise Katinka Hosszu et Sjostrom à titre de seules nageuses à avoir gagné une épreuve à quatre reprises aux Mondiaux. Pellegrini a aussi triomphé en 2009, 2011 et 2017.

Titmus, qui avait surpris l’Américaine Katie Ledecky en finale du 400 m libre, s’est emparée de l’argent en 1:54,66. La Suédoise Sarah Sjostrom a complété le podium avec un temps de 1:54,78. Sjostrom a eu recours à un masque à oxygène en bordure de la piscine après la course, mais elle semblait totalement remise lorsqu’elle s’est présentée pour la cérémonie de remise des médailles quelques minutes plus tard.

Pour sa part, Ledecky n’a pas nagé depuis lundi. Elle s’est retirée des vagues préliminaires du 200 m libre et de la finale du 1500 m libre mardi en raison d’un malaise. La nageuse étoile est suivie pas des médecins, mais aucun diagnostic n’a été révélé.

Oleksiak et Taylor Ruck, de Kelowna, en C.-B., seront de retour dans la piscine lors des vagues préliminaires du 100 m libre jeudi matin.

Cole Pratt, de Calgary, participera de son côté au 200 m dos, tandis que ses compatriotes Sydney Pickrem et Kelsey Wog seront en action au 200 m brasse féminin. Gabe Mastromatteo, de Kenora, en Ontario, fera ses débuts aux Championnats du monde en prenant part au 200 m brasse masculin. Le Canada prendra aussi part au relais 4x200 m libre féminin.

Peu importe l’issue de ces épreuves, il s’agit déjà des meilleurs Championnats du monde pour le Canada avec une récolte de deux médailles d’or, une d’argent et une de bronze.

Milak surpasse la marque de Phelps

Du côté masculin, le Hongrois Kristof Milak a abaissé la marque établie par Michael Phelps il y a 10 ans et remporté le 200 m papillon.

Milak a franchi la distance en 1:50,73, abaissant ainsi la marque de 1:51,51 réussie par Phelps aux Mondiaux de Rome en 2009 — à l’époque où les combinaisons ultra-performantes étaient permises.

« Quand je me suis retourné et que j’ai vu le temps, toute la pression et tout le stress qui pesaient sur mes épaules se sont envolés. Je n’ai pu contenir des larmes de joie », a confié Milak.

Le nageur âgé de 19 ans est devenu le plus jeune champion du monde dans une épreuve depuis Phelps à 18 ans, en 2003.

Le Japonais Daiya Seto a terminé deuxième en 1:53,86, devant le Sud-Africain Chad Le Clos en 1:54,15. Aucun Canadien ne participait à cette épreuve.

D’autre part, l’Italien Gregorio Paltrinieri s’est adjugé l’or au 800 m libre en 7:39,27.

Le Danois Henrik Christiansen a fini deuxième, et le Français David Aubry s’est emparé du bronze.

Les Championnats du monde de natation se poursuivront jusqu’à dimanche.

Avec Associated Press