Les Alouettes à la recherche d’une 3e victoire d’affilée face aux Eskimos

La dernière fois que les Alouettes ont inscrit trois victoires d’affilée, c’était lors des trois dernières semaines du calendrier 2016.
Photo: Graham Hughes La Presse canadienne La dernière fois que les Alouettes ont inscrit trois victoires d’affilée, c’était lors des trois dernières semaines du calendrier 2016.

Les Alouettes de Montréal tenteront de réaliser un exploit qu’ils n’ont pas accompli depuis 2016 : gagner un troisième match d’affilée.

La commande ne sera pas aisée pour les Alouettes (2-2), qui viennent de battre coup sur coup les Tiger-Cats de Hamilton et le Rouge et Noir d’Ottawa. Avec les Eskimos d’Edmonton comme visiteurs, samedi, au stade Percival-Molson, les Alouettes feront face à l’une des plus prolifiques attaques de la Ligue canadienne en 2019.

Les Eskimos occupent d’ailleurs le deuxième rang dans l’Ouest en vertu de leur fiche de 3-1. Seuls les Blue Bombers de Winnipeg, toujours invaincus cette saison, leur ont infligé un revers. Ils viennent de déclasser les Lions de la Colombie-Britannique à leur dernière sortie, 33-6.

Le quart des Eskimos Trevor Harris vient au deuxième rang du circuit Ambrosie avec 1362 verges par la passe et un taux de réussite de 73,2 %. Ses huit passes de touché lui confèrent le troisième rang parmi les passeurs de la LCF.

Au sol, les Eskimos comptent sur C.J. Gable, qui vient au deuxième rang avec 415 verges en quatre rencontres. Seul le porteur de ballon des Alouettes William Stanback et ses 457 verges le devancent.

D’ailleurs, l’attaque des Eskimos en avait fait voir de toutes les couleurs aux porte-couleurs des locaux lors du premier match de la saison, avec 608 verges au total. Malgré tout, les Eskimos ne l’avaient emporté que 32-25.

« Nous avions accordé beaucoup trop de verges, s’est rappelé l’entraîneur-chef, Khari Jones. Heureusement, nous avions provoqué quelques revirements, ce qui nous avait gardés dans le match. Nous savons davantage qui nous sommes comme équipe cette fois-ci, alors je me sens bien par rapport au défi que nous pouvons relever ce week-end. »

« On n’aime pas trop tenir compte des matchs précédents dans notre préparation, a ajouté le centre Kristian Matte. Nous nous sommes adaptés et eux aussi ont changé des choses. C’est cliché de le dire, mais si on peut demeurer dans notre plan de match, ne pas commettre trop d’erreurs, nous aurons de bonnes chances de l’emporter. Chaque semaine, on aborde les matchs comme si notre fiche était de 0-0. On ne veut pas s’enfler la tête ni s’en faire avec le résultat. »

« La première chose à se rappeler, c’est qu’on ne regarde pas nécessairement nos adversaires, mais on se concentre plutôt sur ce que nous pouvons faire, a pour sa part expliqué le secondeur Henoc Muamba. Ce qu’on veut, c’est s’améliorer de match en match. C’est ce qu’on veut faire : mieux jouer que la semaine dernière. Si on fait ça, je crois qu’on va se mettre en bonne position pour l’emporter. »

La dernière fois que les Alouettes ont inscrit trois victoires d’affilée, c’était lors des trois dernières semaines du calendrier 2016. Les Alouettes avaient toutefois réussi l’exploit dans une cause perdue : ils avaient été exclus des séries pour la première fois depuis le retour de l’équipe à Montréal, en 1996.

Cette fois, ils obtiendraient ces victoires dans le premier tiers de la saison, alors que leurs adversaires n’en sont pas à reposer leurs meilleurs éléments en vue des matchs éliminatoires. Qui plus est, l’équipe profitera la semaine prochaine de sa deuxième semaine de congé de la saison. La lancer sur une victoire serait fort apprécié.

« C’est vrai ! J’avais oublié qu’on s’en allait en congé par la suite, a lancé à la blague Matte. Pour moi, je n’y pense pas : je reste concentré sur le match à jouer. Mais j’admets que de quitter sur une victoire serait excellent ! » « Ma semaine serait beaucoup plus belle ! » a admis Jones sourire aux lèvres.

Blitz contre la faim

Pour la 17e année, les Alouettes et Purolator proposent le Blitz contre la faim, qui a pour objectif de venir en aide aux banques alimentaires de la grande région de Montréal.

Les Alouettes demandent aux spectateurs qui assisteront au match de samedi d’apporter avec eux des denrées non périssables ou encore de contribuer en faisant un don. Les denrées et les dons amassés appuieront Moisson Montréal, organisme à but non lucratif qui distribue des denrées à plus de 257 organismes communautaires accrédités, qui rejoignent 137 000 personnes, dont près de 45 000 enfants.

Pour une deuxième année consécutive, Muamba est le porte-parole de cette initiative. « Je suis vraiment très fier d’être associé à cet événement, a-t-il dit. En grandissant, ma mère me rappelait que nous avions beaucoup de chance et qu’il fallait aider ceux qui en avaient moins. Il s’agit d’une belle occasion pour les partisans et moi d’aider les gens qui sont dans le besoin. »

L’année dernière, plus de 30 000 livres de nourriture ont été amassés. Les gens qui veulent faire un don, mais qui ne seront pas au match de samedi, peuvent le faire au purolatorblitzcontrelafaim.com.