Elia Viviani s’offre la victoire au sprint au Tour de France

L'Italien Elia Viviani a profité de la légère descente vers Nancy, dans l’est du pays, pour montrer sa puissance.
Photo: Jeff Pachoud Agence France-Presse L'Italien Elia Viviani a profité de la légère descente vers Nancy, dans l’est du pays, pour montrer sa puissance.

L’Italien Elia Viviani a obtenu sa première victoire d’étape au Tour de France après s’être imposé lors d’un sprint groupé.

Viviani a profité de la légère descente vers Nancy, dans l’est du pays, pour montrer sa puissance. Il a devancé Alexander Kristoff et Caleb Ewan et gagné la quatrième étape de la course de trois semaines. Le parcours, principalement sur le plat de 213,5 kilomètres de Reims à Nancy, ne proposait pas de difficulté majeure et offrait l’occasion aux sprinteurs de se disputer la victoire d’étape.

Julian Alaphilippe, le premier Français à revêtir le maillot jaune en cinq ans après son effort en solitaire la veille, est demeuré en tête du classement général, sans changement notable au sommet de la hiérarchie. Michael Woods, d’Ottawa, a conclu le sprint dans le même temps que le vainqueur tandis qu’Hugo Houle, de Sainte-Perpétue, a concédé 46 secondes à l’arrivée.

Viviani et Alaphilippe se sont chaleureusement étreints à l’issue de la deuxième victoire consécutive de leur équipe Deceuninck-Quick Step. Kristoff a démarré le sprint dans la dernière ligne droite, mais n’a pu résister à Viviani parti du côté gauche de la route. Viviani a maintenant remporté des victoires d’étape aux trois Grands Tours, dont quatre au Giro et trois à la Vuelta espagnole.

Le chouchou

 

Alaphilippe a été applaudi tout au long de l’étape. Après que plusieurs douzaines d’amateurs l’ont accueilli à l’hôtel de son équipe dans la matinée, des partisans le long des rues des petits villages de l’est de la France l’ont acclamé bruyamment en criant « Loulou, Loulou ! » — le surnom du Français. Alaphilippe a profité d’une journée sans pression, bien protégé dans le peloton par ses coéquipiers, puis il a joué un rôle dans le sprint final pour lancer le dernier effort de Viviani.

Le champion en titre, Geraint Thomas, et les autres principaux prétendants ont également profité d’une journée calme, s’assurant simplement d’être en avant pour éviter les chutes ou les cassures. Sur une longue portion du tracé sur le plat, Yoann Offredo, Frederik Backaert et Michael Schär ont pris une avance qui n’a pas jamais dépassé les trois minutes et 40 secondes.

À voir en vidéo