L’Impact se mesurera au champion en titre de la MLS, l’Atlanta United

Le gardien de l'Impact de Montréal (en premier plan), Evan Bush, élimine le ballon de l'attaquant du FC Cincinnati lors d'un match de soccer de la MLS.
Photo: Albert Cesare / The Cincinnati Enquirer /Associated Press Le gardien de l'Impact de Montréal (en premier plan), Evan Bush, élimine le ballon de l'attaquant du FC Cincinnati lors d'un match de soccer de la MLS.

Le gardien Evan Bush croit que l’Impact de Montréal n’a pas encore atteint son plein potentiel.

L’Impact (9-7-3), qui occupe le deuxième rang de l’Association Est dans la MLS, pourrait se hisser au sommet avec une victoire contre le champion en titre, l’Atlanta United (8-6-2), sur sa pelouse, samedi.

Le onze montréalais accuse deux points de retard sur l’Union de Philadelphie dans l’Est.

« Je ne crois pas que nous ayons dévoilé notre véritable identité. Nous pouvons encore nous améliorer, a dit Bush. Nous n’avons pas atteint notre plein potentiel, notamment à cause de nos nombreux matchs à l’extérieur en début de calendrier et de blessures à nos éléments clés. »

« Notre objectif doit être la première place, ou le titre de favoris en séries éliminatoires, a-t-il ajouté. Quand nous retrouverons tous nos éléments, alors nous serons en mesure d’effectuer une poussée encore plus impressionnante. »

L’Impact a dû composer avec son lot d’obstacles jusqu’ici cette saison.

Les Montréalais ont disputé huit de leurs neuf premiers matchs du calendrier à l’extérieur du stade Saputo.

Puis, des blessures à Ignacio Piatti (à l’écart pendant trois mois), à Saphir Taïder (blessure récurrente à une cuisse) et à Orji Okwonkwo (à l’écart un mois) ont mis à l’épreuve la profondeur du club montréalais.

Les nombreux rappels de joueurs par leur sélection nationale ont également contraint l’entraîneur-chef, Rémi Garde, à jongler avec ses effectifs. Samuel Piette, Zachary Brault-Guillard, Daniel Lovitz et Omar Browne participent présentement à la Gold Cup. Le milieu de terrain Michael Azira joue en Coupe d’Afrique des nations.

C’est sans compter les autres pépins : Harry Novillo a perdu son passeport, l’équipe s’est retrouvée clouée sur le tarmac de l’aéroport de Montréal à quelques heures de son match contre le Revolution de la Nouvelle-Angleterre et la pelouse du complexe d’entraînement a dû être complètement refaite en deux mois.

Tous ces facteurs auraient pu faire dérailler la saison 2019 de l’Impact. Les hommes de Garde se retrouvent plutôt au coeur de la course aux séries éliminatoires dans l’Est après 19 rencontres. Au même moment la saison dernière, l’Impact occupait le neuvième rang du classement.

« Nous nous sommes battus pour chaque point de classement cette saison, a mentionné Bush, qui a effectué 42 arrêts et signé six jeux blancs jusqu’ici. Nous avons trouvé des façons d’arracher des points et d’obtenir de bons résultats. Au début de la campagne, nous disions que nous voulions être parmi les quatre meilleurs afin d’obtenir un match éliminatoire à domicile. C’est encore notre objectif. »

L’Impact vient de signer une victoire de 2-1 à domicile contre les Timbers de Portland, mercredi. Okwonkwo a réussi un doublé, mais s’est surtout illustré avec son tourniquet, qui lui a permis d’inscrire le filet victorieux à la 66e minute.

Il s’agissait du premier duel de l’Impact après une pause de trois semaines. Il disputera maintenant deux matchs en quatre jours. Garde devra donc jongler avec ses effectifs, ce qui signifie que les réservistes Mathieu Choinière et Novillo devraient obtenir des départs.

Pour sa part, l’Atlanta United, qui occupe le quatrième rang dans l’Est, vient d’encaisser une défaite crève-coeur de 3-2 contre le Toronto FC, mercredi. Le TFC a touché la cible sur un coup de pied de réparation dans les arrêts de jeu pour prendre les devants, et l’Atlanta United en a obtenu un quelques instants plus tard — sauf que le milieu de terrain Pity Martinez n’a pas cadré son tir.

Les champions en titre de la MLS avaient remporté leurs quatre matchs précédents, toutes compétitions confondues.