Les États-Unis éliminent la France en quarts de finale de la Coupe du monde féminine

La France tentait de devenir la première nation à détenir en même temps les titres mondiaux masculin et féminin.
Photo: Lionel Bonaventure Agence France-Presse La France tentait de devenir la première nation à détenir en même temps les titres mondiaux masculin et féminin.

Megan Rapinoe a réussi un doublé et les États-Unis ont défait la France 2-1, vendredi, pour accéder aux demi-finales de la Coupe du monde féminine de soccer.

Rapinoe a marqué pendant les 5e et 65e minutes de jeu pour les championnes en titre, tandis que Wendie Renard a répliqué à la 81e minute de jeu pour le pays hôte.

Les États-Unis affronteront l’Angleterre en demi-finale le 2 juillet à Lyon.

La France tentait de devenir la première nation à détenir en même temps les titres mondiaux masculin et féminin, mais l’avantage du terrain n’a pas tourné en sa faveur.

« Il faut rendre hommage à l’équipe française. Je crois qu’elle a été meilleure que nous avec le ballon, mais nous avons été solides défensivement, a dit Rapinoe. Nous avons été opportunistes et ça leur a fait mal. Cette équipe a énormément de coeur. »

Rapinoe a inscrit son premier but de la rencontre sur un coup franc. Le ballon s’est faufilé à travers la circulation et a échappé à la gardienne Sarah Bouhaddi. Après avoir marqué, Rapinoe s’est dirigée dans le coin du terrain et a levé les deux bras au ciel devant un groupe de partisans américains.

Elle a pu à nouveau lever les bras à la 65e minute de jeu, quand elle a profité d’un centre de Tobin Heath pour battre à nouveau Bouhaddi. Il s’agissait pour Rapinoe d’un cinquième but depuis le début du tournoi.

La France, classée quatrième au monde, a vu l’espoir renaître quand Renard a marqué de la tête sur un coup franc de Gaëtane Thiney pour son quatrième filet du tournoi. Les Bleues ont toutefois été incapables de terminer la remontée.

« Le match a répondu à nos attentes et je suis contente de pouvoir le dire », a affirmé l’attaquante étoile des États-Unis Alex Morgan.

Les arrières américaines ont tenté du mieux possible de contenir l’offensive française et la gardienne Alyssa Naeher a excellé en deuxième demie, multipliant les arrêts jusqu’à ce qu’elle cède devant Renard.

Les États-Unis ont affronté la France 24 fois, mais les Bleues ont eu le meilleur seulement trois fois. Toutefois, les trois derniers duels avant celui de vendredi avaient tourné à l’avantage de la France, avec deux victoires et un verdict nul. Leur dernier choc avait eu lieu en janvier, quand Kadidiatou Diani, qui n’a pas été retenue par la France pour la Coupe du monde, avait marqué deux fois dans un gain de 3-1.

« Les médias et les partisans répétaient que c’était une finale disputée un peu tôt. Et c’était le cas. Ce fut un grand match, a affirmé Morgan. Je crois que nous avons l’avantage sur elles lors des tournois majeurs et de la Coupe du monde, mais elles ont eu l’avantage lors des derniers matchs amicaux. Je pense que ce fut un grand match pour les deux équipes. »

En raison de la défaite de vendredi, la France n’a pas obtenu son billet pour les Jeux olympiques de 2020. Les trois meilleures équipes européennes au Mondial se qualifiaient automatiquement pour ce tournoi.

« Oui, c’est un échec au football, a dit l’entraîneuse de la France, Corinne Diacre. Je ne pense pas que nous pouvons le nier. »

Les Françaises avaient aussi atteint les quarts de finale il y a quatre ans au Canada, mais avaient perdu contre l’Allemagne en tirs de barrage à Montréal. Le meilleur résultat de la France demeure une quatrième place en 2011.

Pour leur part, les Américaines sont triples championnes du tournoi, un record. Elles avaient aisément battu le Japon 5-2 en finale en 2015, à Vancouver.

Le pays hôte a cédé deux fois face à Megan Rapinoe.