La situation des Rays qualifiée de ridicule par le maire de St. Petersburg

Le maire de St. Petersburg Rick Kriseman (à droite) avec le commissaire du baseball majeur Rob Manfred (à gauche) et le propriétaire des Rays de Tampa Bay Stuart Steinberg (au centre)
Photo: Chris O'Meara Associated Press Le maire de St. Petersburg Rick Kriseman (à droite) avec le commissaire du baseball majeur Rob Manfred (à gauche) et le propriétaire des Rays de Tampa Bay Stuart Steinberg (au centre)

Le maire de St. Petersburg, Rick Kriseman, ne souhaite pas être impliqué dans la situation « ridicule » dans laquelle Rays de Tampa Bay sont présentement.

En conséquence, il dit qu’il ne présentera pas un accord proposant de diviser la saison des Rays entre Tampa Bay et Montréal.

« Je n’ai aucune intention de soumettre cette idée à notre conseil municipal pour qu’il l’examine, a déclaré le maire lors d’une conférence de presse jeudi. En fait, je pense que ça devient un peu ridicule. »

Les Rays ont reçu la permission du comité exécutif du Baseball majeur afin d’étudier la possibilité de disputer quelques matchs en début de saison à Tampa Bay, avant de compléter leur calendrier à Montréal, l’ancien domicile des Expos.

L’objectif serait de consolider le marché de Tampa, mais d’améliorer les conditions économiques du club en jouant une partie de leurs matchs dans la métropole québécoise.

Plusieurs embûches se dressent toutefois sur leur route. D’abord, les Rays ont un bail très sévère qui les lie au Tropicana Field jusqu’en 2027. D’ici là, les Rays n’ont pas le droit de jouer quelque rencontre que ce soit ailleurs sans négocier au préalable un protocole d’entente avec la ville de St. Petersburg.

Kriseman dit qu’il ne permettra pas que cet accord soit conclu avant la fin du bail.

« J’ai toujours pensé que cette équipe constituait un atout régional, a renchéri Kriseman, lors d’un entretien dans une station de radio locale. L’impact sur notre ville et notre région dans son ensemble est très différent si les Rays disputent leurs matchs dans une autre ville et dans une autre région. Nous parlons de centaines de millions d’autres dommages potentiels. »

Le projet proposé dépend également de la construction de nouveaux stades à Montréal et dans la région de Tampa.

Jusqu’ici en 2019, les Rays n’ont attiré que 14 456 spectateurs par match, la deuxième plus faible moyenne du Baseball majeur. Ils ont attiré la plus faible foule de leur histoire (5786 spectateurs) contre les Blue Jays de Toronto le mois dernier. Ils ont terminé derniers au chapitre des assistances de 2012 à 2017, et ont terminé au 29e rang l’an dernier.

Les Expos ont occupé le dernier rang au chapitre des assistances lors de leurs sept dernières saisons à Montréal, mais les matchs préparatoires présentés au Stade olympique depuis 2014 ont attiré de bonnes foules.