Les Raptors miseront sur leur expérience pour en finir avec les Bucks

L’expérience qu’amènent Leonard et d’autres joueurs semble d’ailleurs avoir beaucoup de valeur en vue de la finale de l’Association Est.
Photo: Frank Gunn La Presse canadienne L’expérience qu’amènent Leonard et d’autres joueurs semble d’ailleurs avoir beaucoup de valeur en vue de la finale de l’Association Est.

Cette situation est peut-être nouvelle pour la ville de Toronto, mais elle ne l’est pas pour Kawhi Leonard.

La vedette des Raptors de Toronto en connaît beaucoup sur les matchs importants en séries de la NBA grâce à son passage avec les Spurs de San Antonio. L’expérience qu’amènent Leonard et d’autres joueurs semble d’ailleurs avoir beaucoup de valeur en vue de la finale de l’Association Est.

Plutôt que de s’écrouler devant l’adversité, les Raptors ont effacé un retard de 0-2 dans la série pour prendre les devants 3-2 à l’aube du sixième match contre les Bucks de Milwaukee, samedi, au Scotiabank Arena.

« L’expérience y est pour beaucoup, a déclaré Leonard après avoir aidé les Raptors à effacer deux retards de plus de 10 points lors de leur victoire à l’étranger au match numéro cinq. J’ai déjà été dans cette situation. J’ai joué en finale de la NBA, alors ce n’est pas nouveau pour moi. Tu dois simplement avoir du plaisir et profiter du moment. C’est ce que j’ai dit à mes coéquipiers jeudi, alors que nous tirions de l’arrière par 10 points. »

Si les équipes récentes des Raptors ont connu leur part d’ennuis en séries, l’équipe version 2018-2019 semble calme et à l’aise dans les situations corsées.

Le meilleur exemple est survenu lors du cinquième duel. Les Raptors ont commis quatre revirements dès les cinq premières minutes de jeu et ils tiraient de l’arrière 18-4 au premier quart.

La formation de Toronto n’a ensuite commis que deux revirements pendant tout le reste de la rencontre. Les Raptors ont gagné 105-99 même s’ils n’ont réussi que 36,9 % de leurs tirs sur la surface, comptant surtout sur une excellente défensive à mi-terrain pour contenir l’attaque des Bucks. En attaque, Leonard et Fred VanVleet ont réussi des paniers clés.

« Je crois que l’expérience vient nous aider de plusieurs façons, a mentionné l’entraîneur-chef des Raptors, Nick Nurse. Je pense qu’on peut évidemment parler des situations en fin de partie. Les joueurs ont déjà vécu ça et ils savent comment gérer ces moments. Il y a aussi une question de repos, car les matchs sont rapides et intenses. Les joueurs nous donnent 40 minutes et ils savent qu’ils ont une journée et demie pour récupérer. »

Les cinq partants des Raptors lors du cinquième match totalisaient une expérience de 264 parties éliminatoires avant l’amorce des séries. Les partants des Bucks n’en totalisaient que 88.

L’ailier des Raptors Pascal Siakam, de loin le partant le moins expérimenté en séries, a dit que le calme des vétérans déteignait sur lui.

« Oui, ça m’aide vraiment d’avoir des joueurs comme Kawhi, Marc [Gasol], Kyle [Lowry] et Danny [Green], qui me disent de rester concentré, d’être plus intelligent dans mes décisions et que tout va bien aller », a exprimé Siakam.

Si un septième affrontement est nécessaire, il aura lieu lundi, à Milwaukee. Nurse ne regarde toutefois pas trop loin devant.

« La sixième partie en sera une au cours de laquelle il faudra tout faire pour gagner. C’est une soirée au cours de laquelle les minutes sont illimitées. C’est comme tous les autres matchs sans lendemain, a soutenu Nurse. Je répète que nous jouons contre une très bonne équipe. La même qui a gagné les deux premières rencontres et qui a forcé deux prolongations lors de la troisième. Nous avons dû jouer très bien et avec beaucoup d’intensité pour aller chercher nos victoires. »

Le gagnant de la finale de l’Est croisera le fer avec les Warriors de Golden State lors de la finale de la NBA.