Retour des Expos: le Groupe de Montréal envisagerait un stade ouvert

Il est indiqué que «le nouveau stade sera ouvert et de dimension humaine (capacité d’environ 30 000 sièges)». Stephen Bronfman et son groupe ont toujours privilégié un stade autour de 32 000 sièges par le passé.
Photo: Andrew Vaughan La Presse canadienne Il est indiqué que «le nouveau stade sera ouvert et de dimension humaine (capacité d’environ 30 000 sièges)». Stephen Bronfman et son groupe ont toujours privilégié un stade autour de 32 000 sièges par le passé.

Le Groupe de Montréal aurait arrêté son choix sur un stade de baseball « ouvert ». C’est du moins ce qu’on peut lire dans le document qu’il a déposé auprès de l’Office de consultation publique de Montréal en vue d’une consultation à venir.

Dans ce document, il est indiqué que « le nouveau stade sera ouvert et de dimension humaine (capacité d’environ 30 000 sièges) ». Stephen Bronfman et son groupe ont toujours privilégié un stade autour de 32 000 sièges par le passé.

Le document précise également que « l’implantation du nouveau stade offrira une occasion unique d’aménager un vaste espace qui accueillera, en plus du stade, un complexe immobilier complet à usages multiples », notamment grâce à la présence de « commerces, d’espaces de bureaux, d’ateliers, et d’espaces consacrés à la santé (clinique, centre d’entraînement) ou au tourisme (hôtel, restaurants) ».

Le Groupe de Montréal ajoute que ce nouveau stade permettrait de présenter « une programmation complète de matchs, de spectacles et d’activités communautaires » toute l’année, notamment des tournois de ligues semi-professionnelles ou amateurs.

Il rappelle que la proximité d’une station du futur REM est essentielle à la réalisation du projet.

Le Groupe de Montréal aurait décidé d’aller de l’avant avec un stade ouvert à la suite de la vaste consultation qu’il a menée auprès de plus de 13 000 amateurs de baseball, l’automne dernier. Les résultats de cette enquête ont permis au groupe de déterminer qu’une majorité d’éventuels détenteurs d’abonnements préféraient un stade ouvert.

Dans un entretien accordé à La Presse canadienne plus tôt en mai, Earl Santee, qui a signé les plans de 15 des stades des ligues majeures pour sa firme d’architectes Populous, laissait d’ailleurs croire qu’un toit n’était pas nécessaire pour le marché montréalais.

Il rappelait notamment la façon dont le Target Field, domicile des Twins du Minnesota, avait été conçu. La portion supérieure des estrades de ce stade est entièrement recouverte d’une voûte, la majeure partie des coursives est chauffée, comme la surface de jeu. Plusieurs sections intérieures donnant sur le terrain sont également chauffées.

Par ailleurs, Santee soulignait également que le fait d’avoir un stade de 32 000 sièges ne signifie pas une capacité maximale de 32 000 personnes.

« Au cours des trois dernières années, l’attention a été portée sur la création d’expériences à l’intérieur des stades. Nous sommes passés d’une expérience assise à des expériences plus sociales, toujours à l’intérieur de la bâtisse. Alors vous pouvez avoir un stade de 32 000 sièges, mais dont la capacité totale est de 40 000 personnes », avait-il indiqué.

Le choix peut également avoir été motivé par les coûts très élevés liés à l’ajout d’un toit rétractable. Santee estimait les coûts actuels d’un toit rétractable et de sa structure indépendante à quelque 250 millions $US, soit environ 336 millions $CAN.

Une personne au fait du dossier a d’ailleurs indiqué à La Presse canadienne que le Groupe s’interroge sur la pertinence de dépenser cette somme pour quelques matchs en début de saison.