Les organisateurs des Jeux de Tokyo sabrent les dépenses

Le nouveau stade de Tokyo en construction
Photo: Kyodo News Associated Press Le nouveau stade de Tokyo en construction

Les organisateurs des Jeux olympiques de Tokyo sont pris entre l’arbre et l’écorce.

Ils tentent de sabrer les dépenses afin de répondre aux directives du Comité international olympique, qui est régulièrement critiqué pour sa tendance à encourager la ville-hôte à bâtir des « éléphants blancs » — parfois au détriment des contribuables.

Ça, c’est l’arbre.

Et maintenant, l’écorce.

Certaines des coupes budgétaires visent les fédérations internationales, qui animent pourtant le spectacle. Et celles-ci sont mécontentes, à 15 mois des JO. « Il ne fait aucun doute que Tokyo livrera des JO spectaculaires », a déclaré Andy Hunt, le directeur de la fédération mondiale de voile en entretien téléphonique avec l’Associated Press mercredi. « Mais des décisions concernant les restrictions budgétaires ont été prises dans les hautes sphères du comité organisateur, sans qu’on prenne en compte les réels impacts sur le terrain. »

Hunt a mentionné que des « choses très communes » sont menacées : les tentes, les lieux d’entreposage, les réserves d’eau pour les athlètes et les lieux de repos. Même la nourriture pour les athlètes.

« Je n’ai pas honte de dire que je n’ai jamais demandé de choses qui sont superflues », a-t-il martelé.

Hunt a fait partie des nombreux dirigeants des fédérations sportives qui ont critiqué publiquement les organisateurs des JO de Tokyo mardi en Australie, lors d’une conférence annuelle dédiée aux Jeux olympiques d’été. Il dit avoir mentionné aux dirigeants du comité organisateur que les « hôtels semblaient hors de prix » et a ajouté qu’ils semblent avoir « sous-estimé le nombre d’hôtels accessibles nécessaires (pour la durée des JO) ».

D’autres se sont plaints de la mise en marché et de « l’esthétisme des JO », ainsi que d’autres éléments que les organisateurs japonais ont qualifié de simples « décorations ». « Nous ne voulons pas revivre Rio [de Janeiro], où tout semblait de mauvaise qualité », a dit Larisa Kiss, une dirigeante de la fédération internationale de judo.

Les organisateurs des JO de Rio en 2016 ont sabré partout dans les derniers mois avant l’événement, et ils ont même dû solliciter l’intervention du gouvernement afin de boucler leur budget. Trois ans après la fin des JO, les organisateurs brésiliens doivent encore des millions à leurs créanciers et la plupart des installations olympiques sont à l’abandon.

Tokyo n’a toutefois pas le même problème. Le comité organisateur semble avoir un budget équilibré.

Le coût de fonctionnement de 5,6 milliards, qui provient essentiellement du secteur privé, est deux fois plus élevé que celui de Rio. Tokyo a engrangé un record de 3 milliards uniquement grâce à la vente de commandites locales pour l’événement — sans compter les 15 milliards offerts par les différents ordres gouvernementaux pour revitaliser les infrastructures existantes et préparer le pays pour l’ouverture des JO.