Omar Browne: un joueur timide qui s'exprime sur le terrain

Omar Browne s’amène à Montréal avec de belles habiletés techniques, mais une méconnaissance évidente de son nouvel environnement.
Photo: Nathan Denette La Presse canadienne Omar Browne s’amène à Montréal avec de belles habiletés techniques, mais une méconnaissance évidente de son nouvel environnement.

Omar Browne s’amène à Montréal avec de belles habiletés techniques, mais une méconnaissance évidente de son nouvel environnement. Ce sera aux joueurs de l’Impact de faciliter son intégration pour qu’il devienne une pièce maîtresse de l’équipe aussi rapidement que possible.

Le milieu de terrain Samuel Piette et le gardien Evan Bush en ont tour à tour parlé mercredi, après que le Panaméen eut pris part à une deuxième séance d’entraînement avec sa nouvelle équipe sur la pelouse du Centre Nutrilait.

Or, il semble qu’il n’existe pas de normes définitives en la matière, selon Piette.

« Chaque cas est différent. Je ne peux pas donner un nombre de jours exacts. Ça peut prendre du temps, ça peut ne pas prendre de temps non plus. S’il joue samedi et qu’il nous donne deux buts, tout le monde va nous dire qu’il s’est ajusté rapidement. Mais s’il ne marque pas dans les trois ou quatre prochains matchs, les gens vont dire peut-être que ça prend un peu plus de temps. »

De plus en plus présent au sein du groupe de leaders de l’équipe, Piette est conscient qu’il a un rôle à jouer pour faire en sorte que Browne (prononcer Brownie) se sente comme chez lui avec l’Impact. D’autant plus que Browne donne l’impression d’être un jeune homme plutôt gêné.

« Pour moi, c’est naturel, déjà que j’échange beaucoup avec les joueurs qui parlent espagnol. Ce n’est pas une corvée de plus et ça va me faire plaisir de bien l’intégrer au groupe », note celui qui a joué le rôle de capitaine en l’absence d’Ignacio Piatti au cours du dernier mois.

« C’est quelqu’un qui semble assez timide, donc ce n’est pas quelqu’un avec qui on va discuter beaucoup. Je ne pense pas qu’il veut ça non plus pour l’instant. Je pense que plus les jours vont avancer, plus il va se sentir à l’aise et qu’il va très bien s’intégrer au groupe. Il y a beaucoup de joueurs qui parlent espagnol et qui vont essayer de l’aider. »

Si la nature timide de Browne pouvait retarder son intégration au sein du groupe, Bush, de son côté, pense que les qualités athlétiques du Panaméen lui seront d’un précieux secours.

« Il semble avoir de bons réflexes, il semble rapide, ce qui correspond pas mal à ce qui avait été annoncé à son sujet. Ça va lui prendre un peu de temps pour s’acclimater aux joueurs autour de lui, mais je pense qu’il pourra compter sur sa rapidité », estime le gardien américain.

« Avec des joueurs comme lui, ce n’est pas aussi long parce qu’ils peuvent se fier à cet atout. Alors, même si le courant n’est pas parfait avec les gars, vous avez toujours cette carte dans votre manche. »

Bush soulève un autre point qui, croit-il, aidera Browne à faire sa place rapidement avec l’Impact.

« Il est ici parce qu’il le voulait. Et ça va aider à accélérer la période d’adaptation. Mais il reste que c’est un environnement différent. Il n’a jamais joué à l’extérieur du Panama. Il entre dans un nouveau monde, et c’est notre responsabilité de l’aider à cet égard. »