Pierre Dorion croit que des jours meilleurs attendent les Sénateurs d’Ottawa

«Nous ne sommes pas seulement dans un plan de reconstruction, nous bâtissons et nous sommes dans la phase 2 de la reconstruction», a affirmé le directeur général Pierre Dorion des Sénateurs d’Ottawa.
Photo: Adrian Wyld La Presse canadienne «Nous ne sommes pas seulement dans un plan de reconstruction, nous bâtissons et nous sommes dans la phase 2 de la reconstruction», a affirmé le directeur général Pierre Dorion des Sénateurs d’Ottawa.

Le directeur général Pierre Dorion des Sénateurs d’Ottawa est d’avis que des jours meilleurs sont à venir pour l’organisation.

Si l’on tient compte de toute la tourmente autour de l’organisation au cours des deux dernières années, ce serait difficile de croire qu’il en serait autrement.

Lors de sa conférence de presse de fin de saison mardi, Dorion a couvert de nombreux sujets, notamment l’embauche d’un nouvel entraîneur-chef et d’un président des opérations hockey, de même que la progression du plan de reconstruction. Mais le message d’ensemble du directeur général des Sénateurs, c’est qu’il s’attend à voir la situation s’améliorer.

Les Sénateurs ont terminé au dernier rang dans la LNH avec un dossier de 29-47-6, et même si ce rendement a été extrêmement décevant, Dorion croit qu’il y a de bonnes raisons d’être optimiste. Pour dresser ce constat, il se fie aux espoirs et aux choix au repêchage acquis dans les transactions qui ont envoyé des joueurs comme Erik Karlsson, Mark Stone, Matt Duchene et Ryan Dzingel sous d’autres cieux.

« Nous ne sommes pas seulement dans un plan de reconstruction, nous bâtissons et nous sommes dans la phase 2 de la reconstruction, a affirmé Dorion.

« Le pire est derrière nous et en tant que groupe, nous en sommes emballés. Je sais qu’il y a eu des périodes plus difficiles, mais nous avons le sentiment que de bons moments nous attendent. L’an prochain, nous allons devoir commencer à aspirer à une place aux séries éliminatoires. Dans deux ans, nous allons devoir être une équipe des séries éliminatoires et dans trois ans, nous allons devoir être une équipe qui connaît du succès dans les séries. »

Pour y parvenir, les Sénateurs auront besoin de voir une progression continue chez leurs jeunes joueurs.

Le défenseur Thomas Chabot, qui a mené l’équipe pour le nombre de points cette saison, sera un moteur de ce groupe. Les négociations pour un nouveau pacte pourront commencer le 1er juillet puisque l’athlète de 22 ans entame la dernière année de son premier contrat professionnel.

« Nous espérons, quand le moment sera venu, accorder à Thomas Chabot une longue prolongation de contrat. Notre objectif est de le garder pendant de nombreuses années et, nous le souhaitons, qu’il soit un Sénateur pour toute sa carrière. »

Dorion a eu de bons mots à l’endroit de Brady Tkachuk, quatrième joueur sélectionné en juin dernier, qui a surpassé les attentes. Le rendement de Tkachuk rend plus facile à accepter la décision des Sénateurs de transférer à l’Avalanche leur choix de première ronde en 2019.

Ce choix, inclus dans l’échange qui a permis d’obtenir Matt Duchene l’an dernier, pourrait rapporter d’énormes bénéfices à l’Avalanche. Toutefois, les Sénateurs disent ne pas avoir de regrets.

« Nous sommes chanceux d’avoir Brady Tkachuk. Personne n’est parfait. Peut-être avons-nous fait des erreurs. J’ai commis des erreurs dans le passé. Mais je sais que je suis fier, et il en est de même de notre personnel aux opérations hockey, d’avoir choisi Brady Tkachuk. Ce qu’il apporte, vous ne trouvez pas ça partout. »

Le défi, maintenant, sera de trouver le bon entraîneur-chef pour guider un groupe aussi jeune. Dans le meilleur des mondes, les Sénateurs aimeraient nommer leur prochain entraîneur-chef avant le repêchage de juin. Dorion prévoit de rencontrer cinq ou six candidats.

Marc Crawford, qui a affiché un dossier de 7-10-1 à titre d’entraîneur-chef par intérim, sera un candidat.

« Marc a réalisé de l’excellent travail et nous sommes heureux de ce qu’il a apporté. Mais d’un autre côté, et je pense que nous le devons à nos fans, l’organisation et nos joueurs, nous devons nous assurer d’engager le meilleur entraîneur-chef disponible. »

L’embauche d’un président des opérations hockey fera aussi partie des missions à remplir chez les Sénateurs au cours de l’été.