Alex Harvey obtient l'argent à la poursuite de 15 km à Québec

Le Québécois Alex Harvey
Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne Le Québécois Alex Harvey

Le Québécois Alex Harvey s’est adjugé la médaille d’argent lors de la poursuite de 15 km style libre aux finales de la Coupe du monde de ski de fond, qui a été remportée dimanche par le Norvégien Johannes Hoesflot Klaebo.

Klaebo, qui disposait d’un coussin de 50 secondes sur son plus proche rival au départ, a complété l’épreuve en 29 minutes et 5,4 secondes. Harvey a vaincu le Russe Alexander Bolshunov lors d’un sprint final endiablé, et il n’a concédé que 2,8 secondes à Klaebo. Ce dernier s’est d’ailleurs adjugé le globe de cristal, remis au champion du classement général de la Coupe du monde, pour une deuxième année de suite.

Il s’agissait de la deuxième médaille d’argent du fondeur de Saint-Ferréol-les-Neiges en autant de jours, après sa deuxième place la veille lors de l’épreuve 15 km style classique en départ de groupe.

Ce résultat est d’autant plus spectaculaire que Harvey, qui est âgé de 30 ans, avait entrepris la poursuite avec un déficit de 52,8 secondes sur Klaebo, à l’occasion d’une journée ensoleillée, mais froide, sur les plaines d’Abraham.

Il s’agissait de la dernière épreuve du Québécois en carrière.

Nilsson se plaît à Québec

La Suédoise Stina Nilsson affectionne particulièrement la ville de Québec. Et pour cause !

Après y avoir savouré la victoire en sprint en 2016 et 2017, la fondeuse de 25 ans a poursuivi sa domination sur les plaines d’Abraham, dimanche matin, en remportant la poursuite 10 kilomètres des Finales de la Coupe du monde de ski de fond.

« C’est un week-end parfait. Je n’aurais pu demander mieux. J’aime beaucoup le Québec ! » s’est exclamée Nilsson, avouant sa surprise d’avoir raflé les trois épreuves au programme de ce mini-tour.

Nilsson a complété l’épreuve en 23 minutes et 55,1 secondes, devançant respectivement les Norvégiennes Therese Johaug et Ingvild Flugstad Oestberg de 12,9 et 15,1 secondes.

Partie 33 secondes devant Oestberg et 49 secondes devant Johaug, Nilsson croyait être rattrapée rapidement par le duo norvégien.

« Quand j’ai vu qu’elles ne l’ont pas fait, j’ai commencé à penser que je n’aurais peut-être pas à livrer un sprint à la fin. À la dernière montée, avec 20 secondes d’avance, j’étais soulagée. J’ai pu savourer les derniers 100 mètres. »

Après avoir remporté le sprint vendredi, Nilsson avait tenu tête aux favorites norvégiennes pour s’imposer au 10 km classique en départ de groupe samedi. La Suédoise a ainsi terminé en tête du classement de cette coupe du monde, qui se dispute selon une formule de mini-tour.

Oestberg a néanmoins mis la main sur le grand globe de cristal, remis à la championne du classement général de la Coupe du monde.

Pour sa part, Emily Nishikawa, de Whitehorse, au Yukon, a été la meilleure fondeuse canadienne en vertu de sa 31e place, à 3:53,9 de Nilsson.

Katherine Stewart-Jones, de Chelsea, a réussi une belle course en se classant 44e après avoir pris le départ du 51e rang.