Alex Harvey termine en deuxième place de l’épreuve de 15 km à Québec

Le Québécois Alex Harvey
Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne Le Québécois Alex Harvey

Dans un scénario digne de Hollywood, le Québécois Alex Harvey a terminé au deuxième rang de l’épreuve de 15 km des Finales de la Coupe du monde de ski de fond, présentée samedi matin sur les plaines d’Abraham à Québec.

Grâce à une spectaculaire poussée dans les derniers mètres de la course, Harvey a franchi la ligne d’arrivée en 36 minutes 11,7 secondes, seulement huit dixièmes de seconde derrière le Norvégien Johannes Hoesflot Klaebo.

Didrik Toenseth, également de la Norvège, s’est classé troisième en 36 : 12,2.

À son dernier week-end de compétition en carrière, devant ses compatriotes, Harvey a paru émotif dans les minutes qui ont suivi sa performance. Il l’était encore lorsqu’il s’est présenté sur la deuxième marche du podium, sous les cris et applaudissements de la foule.

En 2017 à Québec, l’athlète de 30 ans de Saint-Ferréol-les-Neiges avait brillé en remportant le sprint et pris le deuxième rang de la poursuite. Toutefois, il avait reconnu jeudi que les attentes étaient différentes, cette fois, même s’il disait rêver de mettre un point final à sa carrière avec un podium d’ici dimanche.

Vendredi après-midi, il avait terminé en dixième place du sprint, une performance qui l’avait généralement satisfait.

Une deuxième pour Nilsson

Plus tôt en journée, la Suédoise Stina Nilsson a poursuivi sa maîtrise des plaines d’Abraham.

Au lendemain de sa victoire au sprint, elle a tenu tête aux favorites norvégiennes pour s’imposer au 10 km classique en départ de groupe.

Nilsson a franchi la distance en 25 minutes 51,6 secondes, devançant au fil Therese Johaug de deux dixièmes de seconde et Ingvild Flugstad Oestberg de 1,5 seconde.

L’athlète de 25 ans a ainsi interrompu la séquence victorieuse de Johaug, elle qui visait à terminer l’hiver sans avoir connu autre chose que la victoire en distance.

« J’étais en grande forme aujourd’hui et mes skis étaient parfaits pour les conditions, a confié celle qui a signé une quatrième victoire à Québec depuis 2016. À la fin, je voulais être la plus proche possible et j’ai été capable de combler l’écart pour le sprint final. »

Avec ses deux victoires en autant de jours, Nilsson est en tête du classement de cette coupe du monde qui se dispute selon une formule de mini-tour.

« Je pense avoir fait une très bonne course aujourd’hui mais Stina était très forte à la fin, a pour sa part reconnu Johaug. Je n’ai jamais réalisé un sprint comme ça auparavant, je suis donc satisfaite de ma fin de course.

« C’est un parcours assez facile avec de la glace sur certaines portions, c’était difficile de creuser un bon écart avec les autres. Je suis passée en tête avec deux tours pour faire le travail et je suis contente d’avoir réussi un bon sprint. »

Emily Nishikawa a été la meilleure Canadienne avec une 38e place, en 27 : 47,7.

Katherine Stewart-Jones, de Chelsea, s’est classée 52e en 29 : 18,8.

« J’ai vraiment eu un bon départ et je me sentais bien. Mais au deuxième tour, je suis tombée dans la grosse descente sur la glace, a mentionné la fondeuse de 23 ans. J’ai perdu beaucoup d’élan et ça m’a pris un peu de temps de retrouver mon rythme. »