La FIFA interdit les surfaces synthétiques pour la CM de soccer féminin de 2023

Certaines joueuses de soccer estimaient que le gazon synthétique était plus dommageable que le naturel sur leur corps, car il pouvait provoquer plus de blessures.
Photo: Oli Scarff Agence France-Presse Certaines joueuses de soccer estimaient que le gazon synthétique était plus dommageable que le naturel sur leur corps, car il pouvait provoquer plus de blessures.

Fini, le gazon synthétique comme celui du Stade olympique de Montréal. La FIFA a annoncé mercredi qu’elle prônera uniquement l’utilisation du gazon naturel pendant la Coupe du monde de soccer féminin de 2023.

Cette condition fait partie des exigences requises pour les pays qui souhaitent présenter leur candidature pour l’obtention du prestigieux tournoi.

Elle a été ajoutée à la suite de la controverse entourant l’utilisation du gazon synthétique qui a éclaté lors de la Coupe du monde de 2015 au Canada.

Certaines joueuses ont déposé une poursuite pour discrimination — qui a finalement été retirée — liée à l’utilisation du gazon synthétique il y a quatre ans, puisque tous les matchs de la Coupe du monde de soccer masculin doivent être présentés sur du gazon naturel.

Elles estimaient que le gazon synthétique était plus dommageable que le naturel sur leur corps, et donc qu’il pouvait provoquer plus de blessures. Les plaignantes ont aussi mentionné que le ballon circulait et rebondissait différemment sur le gazon synthétique. La FIFA a dit qu’elle préférait que la même surface de jeu soit présente dans tous les stades.

Le tournoi, qui regroupera 24 pays et qui se déroulera en France cet été, aura lieu dans neuf stades, tous recouverts de gazon naturel. La FIFA a souligné que le recours au gazon synthétique serait inacceptable en 2023. Cependant, elle autorisera un système hybride qui est utilisé dans de nombreux grands stades, où des millions de fibres synthétiques de gazon sont tissées au travers — et sous — du gazon naturel.