Commotions cérébrales: des lignes directrices dévoilées pour protéger les athlètes

Le médecin en chef et directeur de la médecine sportive à l’Institut canadien du sport, Brian Benson
Photo: Jeff McIntosh La Presse canadienne Le médecin en chef et directeur de la médecine sportive à l’Institut canadien du sport, Brian Benson

La communauté canadienne du sport de haute performance a dévoilé les lignes directrices nationales en matière de commotions cérébrales liées au sport, conçues pour protéger ses athlètes nationaux et ceux de la prochaine génération.

Les lignes directrices exhaustives et normalisées en matière de commotions cérébrales liées au sport ont été élaborées par les médecins en chef du Réseau des instituts du sport olympique et paralympique (RISOP) du Canada, d’À nous le podium (ANP), du Comité olympique canadien (COC) et du Comité paralympique canadien (CPC).

Elles reflètent un engagement commun à diriger l’élaboration de politiques nationales et à offrir des soins de santé de premier plan sur la scène internationale pour les athlètes de haute performance, les entraîneurs, le personnel et les officiels du système sportif canadien.

Selon le docteur Brian Benson, médecin en chef et directeur de la médecine sportive à l’Institut canadien du sport, à Calgary, l’approche multidisciplinaire utilisée par le RISOP et ses partenaires a permis de développer une expertise de pointe afin de devenir un chef de file dans la gestion des commotions cérébrales liées à la pratique sportive.

Les grandes lignes des directives s’attardent notamment à la définition d’une commotion cérébrale, à la politique, au protocole et à la sensibilisation en matière de commotions cérébrales liées au sport.

En collaboration avec le COC et le CPC, les lignes directrices seront reconnues avant et pendant la période des Jeux olympiques et paralympiques et des Jeux panaméricains et parapanaméricains, avec une entrée en vigueur immédiate.

« Cette collaboration est un excellent exemple de comment le RISOP du Canada peut contribuer à la normalisation de la santé et de la sécurité des athlètes de haute performance à travers le pays », indique Dr Robert McCormack, médecin en chef du COC.

« C’est une grande étape et nous appuyons ces lignes directrices qui éclaireront notre approche pour les Jeux à venir, soit à Lima, à Tokyo et au-delà. Il est important qu’Équipe Canada soit protégée et profite d’une évaluation de la plus haute précision, sur la plus grande scène sportive au monde. »

« Nous croyons que cet engagement collaboratif positionne le Canada comme un chef de file mondial dans la protection des athlètes de haute performance en matière de commotions cérébrales et nous espérons que cela établisse la norme aux Jeux », conclut Dr Andy Marshall, médecin en chef du CPC.