Kevin Gilmore devient président de l’Impact de Montréal

Kevin Gilmore succède à Joey Saputo à titre de président de l’Impact de Montréal.
Photo: Graham Hughes La Presse canadienne Kevin Gilmore succède à Joey Saputo à titre de président de l’Impact de Montréal.

Les rumeurs qui avaient commencé à circuler lundi soir se sont confirmées avec la nomination de Kevin Gilmore à titre de président de l’Impact de Montréal.

Lors d’une conférence de presse tenue mardi matin au stade Saputo, le propriétaire de l’équipe de la MLS, Joey Saputo, en a fait l’annonce.

Saputo, à qui Gilmore succède à la présidence, a expliqué que l’organisation montréalaise a besoin d’un « changement majeur » pour lui permettre de grandir, d’évoluer et de continuer de faire mieux. Or, a-t-il ajouté, un tel changement commence à la tête de l’organisation avec un président complètement dévoué au succès de l’Impact dans le quotidien.

Kevin Gilmore n’est pas le dernier venu dans le domaine du sport à Montréal. Pendant cinq ans, entre 2011 et 2016, il a été associé au Canadien de Montréal à titre de vice-président exécutif et chef de l’exploitation.

Assis à la droite de Saputo, Gilmore a affirmé que le soccer professionnel, par la MLS, a clairement pris sa place parmi les grandes ligues professionnelles, et que les indices de croissance démontrent clairement que ce n’est que le début.

Kevin Gilmore a été clair : l’Impact de Montréal doit adopter une attitude digne des plus grands marchés.

« Je pense que ça prend un changement de culture, a souligné Gilmore. Peut-être parce qu’on est dans l’ombre du Canadien, on se dit que nous sommes dans un petit marché. Montréal, c’est un gros marché. Un marché en croissance économique, un marché où le sport est très important pour les gens. Pas seulement le hockey : tous les sports. Il y a 2,1 millions de partisans de sports, dont 1,9 million de partisans de soccer. De ce nombre, 1,3 million de personnes regardent le soccer à la télévision. La culture doit donc changer. On doit agir comme un club de gros marché. »

« Ce club doit s’établir de plus en plus et jouer un rôle un peu plus grand, a-t-il ajouté. Non seulement par rapport à la communauté et à nos partisans, mais aussi en ce qui concerne nos partenaires d’affaires, ainsi que dans le domaine du sport et du divertissement à Montréal et au Québec », a-t-il poursuivi.

Afin d’y arriver, Gilmore aura plusieurs défis à relever. Il devra notamment rehausser le nombre de détenteurs d’un abonnement de saison. Gilmore est aussi bien conscient que les succès aux guichets devront passer par la réussite sur le terrain, qui ne rime pas nécessairement avec folles dépenses.

Saputo accepte ainsi de prendre un pas de côté après avoir mené à bout de bras cette organisation depuis 25 ans. Le propriétaire de l’Impact a décidé de céder les rênes de l’équipe afin de pouvoir investir davantage de son temps au sein de ses autres entreprises. « On a eu la chance de travailler ensemble sur un autre dossier. J’ai vu qu’il y avait une certaine synergie et je me sentais très à l’aise sur ce plan-là. J’étais prêt à donner la relève à quelqu’un d’autre, c’était le bon moment pour le faire, a expliqué Saputo. […] Je laisse cette équipe avec un sentiment de fierté. »

« Si je souhaite que sa croissance se poursuive, je dois me retirer de ses opérations quotidiennes. »